Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Malaassot - le blog de mordehai - ! ברוך הבא
  • Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא
  • : Défenseur de l'unité et de l'indivisibilité de Jérusalem Juive et capitale de l'Etat d'Israel sans aucun partage
  • Contact

Recherche

31 décembre 2016 6 31 /12 /décembre /2016 11:09

Par Boaz Bismuth

http://www.israelhayom.com/site/newsletter_article.php?id=39171

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif

 

Professeur Alan Dershowitz, qui travaille sans relâche pour défendre Israël sur la scène mondiale, est indigné par l'abstention des États-Unis sur la résolution anti-israélienne de l' ONU • Il a dit à Israël Hayom: Obama est «un président sortant en colère qui a essayé tout simplement de prendre sa revanche,» .

 

«Je pense que [le président américain Barack] Obama rejoindra Jimmy Carter comme quelqu'un qui se lèvera toujours contre Israël, mais qui sera jeté dans la poubelle de l'histoire en ce qui concerne le Moyen-Orient, et cela nuira énormément, à son héritage» a estimé le professeur-juriste Alan Dershowitz qui le confie à Israël Hayom dans une interview spéciale cette semaine.

 

Dershowitz a dit qu'il croit qu'une fois que le président élu Donald Trump prendra ses fonctions le 20 janvier prochain, il n'y aura plus l'hostilité de l'administration actuelle envers Israël.

 

Il a dit: «Je ne pense pas que cela aura un grand impact, pas plus que la haine de Jimmy Carter en Israël n'a eu un impact sur la politique américaine».

 

Au cours de l'entrevue, il est apparu clair que le professeur de Harvard de 78 ans fulminait encore contre Obama suite à la rapide abstention sur Israël au Conseil de sécurité de l' ONU la résolution condamnant l'entreprise de colonisation.- juste avant qu'il ne quitte ses fonctions. 

 

Dershowitz, qui est devenu l'un des atouts les plus importants d'Israël de la diplomatie publique sur la scène internationale, a déclaré que le comportement d'Obama était comme un acte de vengeance contre le Premier ministre Benjamin Netanyahu, visant à le souffler pour se défouler. Purement et simplement. Dershowitz a dit, Obama, a manqué à plusieurs engagements de ne pas laisser de telles résolutions passer.

 

L'entrevue a eu lieu peu de temps après son retour d'une autre visite en Israël et pas longtemps après la résolution controversée adoptée. Je lui ai demandé s'il a été surpris que le président Obama ait choisi de faire quelque chose comme ça juste avant de quitter son poste.

 

«Je ne fus pas surpris, mais j'été déçu parce que le président Obama m'a personnellement promis dans le bureau ovale qu'il n'abandonnera jamais Israël et qu'il avait le dos d'Israël. Je ne savais pas que ce qu'il voulait dire en ayant le dos d'Israël est qu'il le viserait avec un couteau et poignarderait Israël dans le dos. et la résolution est tout simplement stupide. C'est le meilleur mot qui me vient. S'il était mon étudiant à Harvard --- et [l'ambassadeur américain à l'ONU] Samantha Power était mon étudiante - je leur donnerais une note d'échec sur la rédaction de la résolution».

 

«La résolution en fonction de l'administration Obama est censée être à propos de l'expansion des colonies en Cisjordanie, mais le texte de la résolution comprend bêtement tous les lieux saints juifs du Kotel [Mur occidental] au mont Scopus au quartier juif, ce qui était juste qu'une provocation inutile. Je ne sais pas si cela était juste la vengeance d'un président sortant contre Israël ou s'il ne savait pas qu'il couvrait le Kotel où il a «illégalement» prié. Si cette zone est illégale, pourquoi est-ce qu'il y a prié? Je ne sais pas si cela était de la stupidité ou de la malveillance ou tout simplement une mauvaise politique, mais il n'y a aucune excuse pour le texte de la présente résolution».

 

Dershowitz travaille sans relâche pour défendre Israël sur la scène mondiale, même si il n'a pas l'obligation de le faire. Il y a plus d'une décennie, bien avant que les Israéliens ont dû faire face au mouvement de boycott, de désinvestissement et de sanctions(BDS), il a écrit son fameux livre «The Case for Israel», qui a fourni à de nombreux diplomates et aux défenseurs israéliens le fondement juridique nécessaire pour élaborer le cas d'Israël. Depuis, il a publié des livres supplémentaires qui ont également contribué à des efforts de diplomatie publique d'Israël.

 

Je lui ai parlé de ma rubrique du dimanche, "Obama, nous ne vous regretterons pas," et lui ai demandé comment les choses pourraient changer après le 20 janvier et est-ce que la résolution aurait un impact plus tard sur les relations américano-israéliennes.

 

Il a dit: «Je ne pense pas que cela aura un effet durable sur les relations de l'Amérique avec Israël». " La relation est basée sur le soutien américain;. Il est très profond Nous ne savons pas trop  ce que sont les vues du nouveau président Trump , il a exprimé des opinions très fortes envers Israël et a nommé un ambassadeur avec un point de vue aussi fort. Mais seul le temps le dira."
 
 

Quelle réponse Israel devrait-apporter à long terme. Est-il réaliste d'essayer de défaire cette résolution?

"Je pense qu'il devrait compter sur le nouveau président et le Sénat entrant et le Congrès à nier son impact. Il y a plusieurs choses qui peuvent être faites. Le numéro un, le Congrès doit mettre en œuvre la Loi sur Embassy Jerusalem 1995. Je pense que la meilleure réponse à cette déclaration que Jérusalem est illégale et doit rester divisée est pour les Etats-Unis de reconnaître Jérusalem comme la capitale d'Israël et sous la souveraineté d'Israël, et ils doivent déplacer l'ambassade".

«La seule raison pour laquelle il n'a pas bougé l'ambassade là-bas c'est parce qu'il a dit qu'il voulait préserver le statu quo, mais l'ONU a changé le statu quo de la légalité de facto à l'illégalité de jure. Et je pense que les États-Unis devraient répondre par ce qui en fait est clair que ce n'est pas la politique des États-Unis ou du Congrès ou du nouveau président. C'est très difficile d'annuler une résolution du Conseil de sécurité des Nations Unies en raison du veto. Même s'ils obtiennent une majorité pour le défaire, je pense que la Chine opposerait son veto à [la résolution de l'annulation], peut-être d'autres pays mettraient leur veto aussi Je pense donc que nous sommes coincés avec cette résolution, mais je pense que le Congrès et le président peuvent faire beaucoup pour annuler cet impact».

 

Q: Beaucoup de gens en Israël et parmi les amis d'Israël critiquent les implantations. Et vous les avez critiqué vous-même.

«Je suis opposé à la politique de colonisation en commençant 1973. Je l'ai toujours été en faveur de l'occupation militaire continue mais pas du projet de construction de colonies En ce qui concerne les zones de peuplement tout autour de Jérusalem -.. Vous ne pouvez pas changer les Personnes ni déplacer les banlieues de Jérusalem de Maaleh Adumim ou de Gilo, et donc je pense que les échanges de terres pour les préserver dans le cadre d'Israël sont essentiels, mais qui doivent être soumis à des négociations bilatérales, et non pas par l'ONU l'ONU ne doit pas être autorisée à venir clore le conflit israélo-palestinien, parce que chaque fois qu'elle le fait, elle rend la paix plus difficile à atteindre». 

 

Q: Vous êtes contre cette résolution car elle est à sens unique ou parce qu'elle est contre-productive?

«Je suis opposé pour plusieurs raisons. Tout d'abord, je ne veux pas que les Nations Unies s'approchent du conflit israélo-palestinien, Elles le font mal. Ce serait comme un tribunal du sud dans les années 1950, essayant de rendre justice à un noir . Personne pour lui faire confiance il y a une histoire de partialité et de sectarisme, et les Nations Unies ne doivent jouer absolument aucun rôle. La seconde raison est qu'elle a déclaré des zones illégales qui sont le cœur et l'âme d'Israël juive Troisièmement -... elle rend beaucoup plus difficile pour les Palestiniens de venir à la table des négociations. donc, je suis opposé à cela pour plusieurs raisons. Je ne peux pas penser à un seul argument en sa faveur, autre que la colère du président sortant et sa tentative de redorer son héritage et plus égoïstement que pour une paix future au Moyen-Orient ou des intérêts des États-Unis».

Quand je lui ai rappelé que l'ambassadeur américain Dan Shapiro a promis que Obama pourrait bloquer les résolutions anti-Israël à l'ONU, Dershowitz vilipende une nouvelle fois Obama pour ne pas avoir tenu la promesse qu'il a faite publiquement et en privé.

«Il a brisé sa promesse qu'il m'a faite, il m'a assis dans le bureau ovale et m'a promis qu'il supporterait toujours Israël, il a brisé sa promesse à l'ambassadeur des États-Unis, et je le soupçonne qu'il a rompu sa promesse à Samantha Power j'ai lu.. son texte très attentivement. Je pense que ce discours a été raisonnablement écrit pour justifier un veto américain, parce que beaucoup plus de celui-ci est consacré à la raison pour laquelle l'ONU est pas un endroit approprié pour résoudre ces problèmes, et je pense qu'en dernière minute, elle a été surprise de recevoir l'ordre de la Maison blanche de s'abstenir plutôt que d'opposer un veto. Donc, il a tiré le tapis sous les pieds de tout le monde. il a menti, il a agi par duplicité, il a joué à l'appât, ce qui est l'un des actes présidentiels les plus honteux dans ma mémoire».

"Il a poignardé Israël dans le dos. Il n'a pas soutenu Israël. Il l'a fait contre l'objection de beaucoup dans son administration et contre l'objection de 88 sénateurs et malgré l'opposition de la grande majorité des membres du Congrès et il l'a fait sans l'approbation du peuple américain. Et il l'a fait à un moment où il n'y a pas de freins et de contrepoids en fonctionnement, car c'est un président sortant, et que le Congrès est hors session ".

 

Q: Quelles sont les conséquences à long terme de cette résolution? Israël devrait prendre des mesures concrètes contre l'ONU ou même quitter les organisations?

"Je pense que les États-Unis devraient prendre des mesures contre les Nations Unies. Regardez ce qui est arrivé lorsque l'Arabie saoudite a menacé de couper les fonds. Lorsque l'Arabie saoudite a menacé de couper les fonds quand elle a été inscrite sur une liste noire pour avoir abusé des enfants,Elle est allée simplement voir Ban Ki-moon, et lui a dit, à moins que vous nous enleviez de la liste noire, nous allons couper les fonds. et le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon l'a rayé de la liste noire. C'est un modèle pour ce que les États-Unis devraient faire à l'ONU Ils devraient menacer de couper tout financement jusqu'à ce que ou à moins que cette résolution est annulée, et nous allons voir comment l'ONU répondra à cela. Je pense qu'Israël devrait compter sur ses amis au Congrès, au Sénat, et maintenant dans la Maison blanche (à partir du 20 janvier) pour mener ce combat pour Israël à l'ONU; à l'ONU aujourd'hui il n'a pas la capacité de mener un combat loyal ".

 

Q: En vertu du droit international, un pays a-t-il le droit de se défendre, et cela peut conduire à la capture de territoire. Pourquoi l'ONU a ignoré tout cela dans son vote?

"L'hypocrisie. ... La Russie la vote. En 1945, la Russie a capturé la ville très importante de Koenigsberg, aujourd'hui Kaliningrad. Il l'a capturé militairement. Il l'a ethniquement nettoyé de chaque résident allemand, et les a remplacé par des centaines de milliers de colons russes, puis elle a simplement occupé et a repris la terre, sans le consentement des gens de là-bas. la Chine a occupé le Tibet depuis le milieu des années 1940, la Nouvelle-Zélande est un pays crée par du colonialisme, établi à la même époque que la première Aliyah, à travers un projet colonial de Grande-Bretagne: l'envoi de colons pour tuer la population indigène et faire du nettoyage ethnique, et l'hypocrisie du vote en Nouvelle-Zélande contre Israël quand toute son pays est basé sur un projet colonialiste ... l'histoire du colonialisme de la France, l'histoire du colonialisme de la Grande-Bretagne, l'un des seuls les pays non coloniaux dans l'Organisation des Nations Unies c'est Israël la résolution du Conseil de sécurité ne peut pas avoir éventuellement l'effet de la loi parce qu'Israël n'avait pas la possibilité de s'y opposer Israël n'a jamais siégé au Conseil de sécurité..; il n'avait pas la possibilité de fournir des mémoires et des arguments juridiques en faveur de sa position. Il était, simplement et ipse dixit, un acte accompli par la majorité sans procédure régulière. Je ne pense pas que cela a pour effet de la loi. Aucun système judiciaire n'a jamais permis un tel texte à mettre en oeuvre sur la base des procédures imposées par le Conseil de sécurité, il est donc un acte de non-droit."

 

Q: Est-ce qu'Israël doit se préoccuper de l'attaque asymétrique juridique mené contre lui et de l'activité de la Cour pénale internationale ou d'autres organismes? Les sanctions sont-elles susceptibles?

«Tout d'abord, la Cour pénale internationale n'a pas compétence sur Israël. Il serait absolument sans foi ni loi pour un tribunal que Israël est pas membre et mette l'un de ses citoyens à la barre. Tout comme il serait illégal pour la CPI d'amener des soldats américains ou des politiciens au procès. Dans un monde démocratique, vous devez consentir, et Israël n'a jamais consenti à la compétence de la CPI. Si la CPI devait ester des Israéliens, ce serait faire plus de dégâts à la CPI qu'à Israël. Et je me rendrais disponible pour tout israélien qui est amené devant la CPI. Nous allons mettre en place la meilleure équipe juridique de l'histoire à opposer à cette tyrannie en utilisant la loi comme un véhicule de la tyrannie».

 

Q: Quelle est la logique derrière le mouvement d'Obama? Il n'a pas de résolution potentiellement qui nuit à des intérêts américains?

" Vous supposez que l'action des États-Unis a été basé sur la logique. Elle n'a pas été basé sur la logique. Elle est basée sur la colère, la vengeance et sur une décision très personnelle du un président sortant en colère qui a été tout simplement essayer d'obtenir réparation lui-même. Et je pense que le peuple américain comprend que très peu de gens dans les médias américains défendent cette position même les gens du Parti Démocrate et la Gauche, il y a très peu de voix qui défendent cette résolution les gens comprennent que ce n'était pas un reflet du peuple américain, mais celui de la colère d'un homme. "

 

Q: Les Israéliens devraient-ils être optimistes de l'ère de Trump ? Au-delà des mouvements symboliques comme le déménagement de l'Ambassade américaine à Jérusalem, vous attendez-vous à ce que la nouvelle administration fasse quelque chose de radicalement différent que le président sortant ?

«Pour donner au diable son dû, l'administration Obama a été très favorable à Israël militairement. ... Il reste à voir ce que les actions de Trump seront. ... Il y a certainement toutes les raisons d'essayer de maintenir de bonnes relations entre l'entrée du président et le gouvernement israélien, et je suis optimiste que cela arrivera».

 

Q: Vous venez de visiter Israël et rencontrer à peu près tous les officiels de haut rang. Je veux savoir ce que votre intuition sur l'avenir d'Israël. Est-ce qu'Israël est en train de gagner la bataille de BDS?

"Je pense qu'Israël se porte bien. Il a perdu quelques batailles. Il a perdu quelques batailles parmi les jeunes sur les campus universitaires. Il est en train de perdre la bataille dans certaines parties de l'Europe occidentale. Il en gagne un peu et en perd d'autres. Ce qui m'inquiète aussi c'est- qu'au moment où l'attention du premier ministre est nécessaire non pas 24/24 mais 24/25, le Premier ministre Netanyahu doit faire face aux affaires d'Israël chaque minute de chaque jour, de chaque semaine. Et l'idée que les médias, particulièrement Yedioth Ahronoth et quelques autres, sont juste après lui sur certaines accusations....... et qu'il y a des enquêtes sur sa femme et sur lui, et des attaques contre ses enfants, et tout ce qui peut le distraire de son rôle le plus important au cours d'une période très critique dans la vie d'Israël, mais c'est une tendance partout dans le monde d'essayer de défaire les votes démocratiques ."

 

Q: Quel est votre conseil pour d'autres personnes qui veulent se lancer dans la sensibilisation du public, officiellement ou officieusement, pour Israël?

"Eh bien, je pense tout d'abord, que tout le monde doit être instruit sur le conflit israélo-palestinien. Une grande partie du problème vient de l'ignorance. Quand je parle sur les campus universitaires, la grande majorité des étudiants ne sont pas conscients de l'offre Barak-Clinton de 2000; ils ne connaissent pas la offre d'Ehud Olmert [ancien Premier ministre] en 2008; ils ne savent pas que les Palestiniens ont rejeté un Etat en 1937 et 1948, et ils ne sont pas conscients de l'histoire. Tous ceux qui veulent être un défenseur d'Israël doivent s'éduquer eux-mêmes à l'histoire et être prêts à répondre tout le temps. Quand nous répondons  la vérité aux mensonges, nous avons généralement tendance à gagner."

 

Q: Sommes-nous une obsession?

«Israël est le Juif parmi les nations. Le monde a toujours été obsédé par les Juifs Même si les Juifs forment un petit pourcentage de la population dans un pays donné. Regardez ce qui se passe dans une petite ville dans le Montana appelé Whitefish;... Croyez-le ou non, il y a une ville appelée Whitefish, Montana. Il a à peine un minyan. Il y a des marches à Whitefish contre les Juifs et l'influence juive dans le Montana. Cela ressemble à quelque chose d'un mauvais film de Sacha Baron Cohen, que le néo-nazis dans Whitefish, Montana devraient manifester contre les Juifs. Mais c'est ce qui se passe partout dans le monde. Israël est un petit pays qui a apporté davantage au monde en 60 ans, proportionnellement, que tout autre pays à travers l'histoire. Et le monde devrait être reconnaissant. Mais au lieu de cela, le monde est obsédé par chaque nouveau bâtiment dans l'Est de Jérusalem et toute action militaire de la défense;. vous ne pouvez pas obtenir une manifestation aujourd'hui sur les campus universitaires contre ce qui se passe en Syrie les gens ne se soucient pas qu'un demi-million de Syriens aient été tués et beaucoup d'autres exilés; les gens ne se soucient pas parce qu'il n'y a pas de Juifs impliqués. Vous voulez attirer l'attention - apporter des Juifs».

 

Q: Comment vous résumez-vous 2016? Quelles sont pour nous les attentes pour l' année prochaine?

«Eh bien, 2016 a été une année mitigée Il n'y avait pas eu de guerre;... Il n'y a pas eu de dépression majeure Le peuple juif est devenu plus fort et l'Etat d'Israël est devenu plus fort Donc , même avec cette très mauvaise fin de l'année, le solde 2016 est une bonne année pour Israël et pour le peuple juif. Je ne pense pas que 2017 ait la promesse d'être une meilleure année, mais c'est une année plus risquée. La seule chose que nous savons à propos de l'administration Trump c'est qu'il est imprévisible. L'imprévisibilité n'est généralement pas bonne pour le peuple juif et pour la nation juive. Je pense que nous prospérons que sur la stabilité, et je suis dans l'expectative que 2017 apportera la stabilité et la paix».

Partager cet article

Repost 0
mordeh'ai