Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Malaassot - le blog de mordehai - ! ברוך הבא
  • Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא
  • : Défenseur de l'unité et de l'indivisibilité de Jérusalem Juive et capitale de l'Etat d'Israel sans aucun partage
  • Contact

Recherche

21 décembre 2016 3 21 /12 /décembre /2016 22:53

 Par Isi Leibler

http://wordfromjerusalem.com/european-meltdown-threatens-jews/

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif

Aujourd'hui, les communautés juives de la Diaspora souffrent de graves traumatismes alors qu'elles subissent l'érosion de l'acceptation et de la sécurité dont ils jouissaient depuis un demi-siècle. Que ce soit Paris, Johannesburg, New York, Melbourne ou n'importe quelle autre ville avec une communauté juive, l'antisémitisme exprime la haine que la fièvre de l'Etat juif - incubée au cours de la dernière décennie due au melting-pot des musulmans et des sorcières  de l'extrême-gauche traditionnellement antisémites - est à nouveau en train de transformer de nombreux Juifs en parias.

 

Toutefois, l'épicentre est sans aucun doute l'Europe où la situation s'est aggravée depuis un an en raison de l'immigration d'un grand nombre de migrants en provenance de Syrie et d'Afrique du Nord, permise par la politique d'ouverture de la chancelière allemande Angela Merkel. Beaucoup ne sont pas des réfugiés, mais de jeunes musulmans valides qui cherchent à améliorer leur niveau de vie et cette vague de migrants comprend des partisans et, dans certains cas, des militants du jihad mondial. Ils déstabilisent considérablement la cohésion sociale et la sécurité des pays qui les hébergent.

 

Au cours des dernières décennies, la plupart des immigrés en Occident en provenance du Moyen-Orient étaient attirés par la démocratie et ont cherché à s'intégrer à leur nouvel environnement. Mais beaucoup de ceux qui arrivent maintenant n'affichent aucune inclination à s'intégrer, ils considèrent la démocratie avec mépris et ont été endoctrinés par de vils préjugés antisémites. En effet, les musulmans modérés sont intimidés, réduits au silence et certains même assassinés tandis que d'autres qui sont descendants d'immigrants de deuxième génération respectueux des lois, y compris bardés de diplômés universitaires, ont été radicalisés et ont perpétré la terreur.

 

Mis à part les 1.750 djihadistes européens qui, selon un rapport de l'UE, sont rentrés de Syrie avec ordre de se livrer à la terreur dans leur propre pays, les demandes agressives, la violence et les activités criminelles des «réfugiés» ont déjà eu des répercussions dans toutes les communautés dans lesquelles ils résident. Malheureusement, dans un effort futile pour minimiser les tensions, les gouvernements et les médias sous-estiment et même couvrent l'étendue de leurs dégâts dans le tissu social.

 

Avec la diminution de la population autochtone et le taux de natalité musulmane alarmant, à moins que le flux de migrants ne soit stoppé, il est très probable que d'ici la fin du siècle, les fondements de la civilisation européenne seront détruits.

 

La Syrie et d'autres pays du Moyen-Orient sont retournés à l'âge des ténèbres avec leur barbarie excessive. Le sort des civils massacrés en Syrie et ailleurs, est une catastrophe humanitaire déchirante, mais la solution est pour la communauté internationale d'intervenir avec force pour stabiliser la situation plutôt que d'ouvrir les portes à une émigration qui pourrait saper les sociétés démocratiques.

 

Ce sont les Juifs qui sont les principales cibles pour les terroristes et subissent proportionnellement le plus grand nombre de victimes.

 

Pourtant, paradoxalement, de nombreux Juifs libéraux sont à l'avant-garde des campagnes pour ouvrir la porte à l'immigration généralisée des «réfugiés» musulmans et même faire des analogies ridicules à la situation des Juifs pendant l'Holocauste. Ce faisant, ils facilitent l'entrée dans leurs communautés de hordes d'antisémites aigris qui ont été élevé à considérer les Juifs comme «descendants de singes et de porcs»."

 

Ils mettent aussi en colère beaucoup de leurs voisins qui détestent ces «réfugiés» et craignent que ce flot d'immigration ne détruise leur mode de vie. De nombreux Européens ne sont pas simplement outrés par l'accélération des taux de criminalité, mais sont profondément indignés de la censure gouvernementale imposée dans des efforts vains pour conjurer la violence islamiste par des actes d'apaisement. Toute critique du comportement musulman est automatiquement condamnée comme de l'islamophobie et il est maintenant effectivement illégal de critiquer l'islam, comme en témoigne la condamnation par le tribunal néerlandais de Geert Wilders le leader du Parti Liberté pour le «crime» de «discours de haine».

 

La réponse a été la montée fulgurante des mouvements d'extrême droite radicale dans tous les pays européens - Jobbik en Hongrie et l'Aube Dorée en Grèce qui sont des mouvements antisémites et néo-nazis purs et simples.

 

En France, Marine Le Pen, leader du Front national (le plus grand parti politique aujourd'hui en France) a vigoureusement condamné et dissocié son parti de son père ancien Président du dit-parti anti-sémite et qui s'est même vu expulsé à cause de ses remarques anti-juives et négationnistes .

 

L'aile droite du Parti UK Independence, qui a dirigé la campagne Brexit, a cherché à purger les anti-sémites de ses rangs.

 

Le Parti autrichien de la liberté, dont le candidat a été battu de justesse à l'élection présidentielle, cherche à se distancer de son ancien passé nazi.

 

Dans toute l'Europe, les partis politiques d'extrême droite et anti-musulmans sont sur l'ascendant. Tous, sauf les néo-nazis hongrois et grecs, soutiennent même Israël mais beaucoup dans leurs rangs sont d'impénitents antisémites traditionnels.

 

Les nominations prévues dans l'administration de Trump se sont combinées avec des exemples horribles de comportement criminel chez les immigrants (y compris des viols collectifs et des meurtres) polariseront sans aucun doute la situation et renforceront les forces populistes en Europe. Les bureaucrates qui ont avec arrogance présidé l'Union européenne ont de bonnes raisons de craindre l'effondrement de la structure de l'Union Européenne toute entière.

 

En France et en Allemagne, les tribunaux de la charia contournent le système juridique de l'État et la polygamie et le mariage des enfants prolifèrent. Pour calmer l'indignation du public, de nombreux gouvernements doivent maintenant durcir leur position envers les migrants afin d'endiguer le flux de leur soutien envers les partis d'extrême droite. Même la chancelière Merkel propose d'interdire les bourkas.

 

Dans de telles circonstances dans lesquelles la gauche anti-israélienne est en déclin et la plupart des groupes d'extrême droite - autre que la Hongrie et la Grèce - cherchent à se distancer de l'antisémitisme et de se concentrer sur la menace islamiste, il pourrait être suggéré que les Juifs ont moins de motifs de préoccupation.

 

Cependant, dans ce climat tout à fait chaotique dans lequel le populisme et l'instabilité règnent en maîtres absolus, les précédents historiques indiquent que le bouc-émissaire désigné est le juif. Le préjugé de plus en plus dirigé contre les musulmans et les efforts déployés par les partis politiques de droite radicale à se distancer de l'antisémitisme ne diminuera pas la haine pour les Juifs, même si ils essaient de le cacher.

 

Ne sera pas non plus endigué l'antisémitisme croissant mené par les «progressistes» et les «libéraux» qui, dans les années 1930 ont été les adversaires les plus forts de l'antisémitisme. Hélas, la réalité est que l'anti-israélisme, se transformant en anti-sémitisme direct, est devenu indispensable à l'ADN politique de quiconque prétend être «progressiste», y compris même des Juifs.

 

De plus, les musulmans sont beaucoup plus nombreux ce qui leur permet d'intensifier leur antisémitisme avec leurs alliés de gauche.

 

La situation pour des Juifs va donc seulement et probablement se détériorer. Comme il est, ils vivent dans des sociétés où les attaques terroristes horribles contre leurs écoles, leurs synagogues, les musées et les supermarchés ont nécessité des gardes armés ou des militaires pour assurer la sécurité. Les Juifs dans certaines régions évitent de porter les kippot et se sentent obligés d'adopter un profil bas pour éviter d'être agressé; beaucoup d'enfants fréquentent les écoles juives en nombre record non pas à cause de l'éducation juive, mais à cause de l'antisémitisme qu'ils rencontrent dans les écoles publiques; les étudiants des universités sont sous attaque continue.

 

L'opinion publique est en général plus hostile aux Juifs que la plupart des gouvernements ce qui augure mal de l'avenir. Il y avait un petit rayon de soleil récemment lorsque le gouvernement britannique a adopté une définition réaliste de l'antisémitisme qui pourrait bien servir de modèle à d'autres pays. Mais cela doit être équilibré par le fait que, pour la première fois, le Parti travailliste d'opposition au Royaume-Uni pourrait être dirigé sans vergogne par des anti-sémites.

 

Il y a probablement dans les environs de 1,4 million de Juifs en Europe. Quel genre de vie les Juifs peuvent-ils attendre pour leurs enfants et petits-enfants quand ils vivent dans de telles conditions et tous les indicateurs suggèrent une augmentation de l'antisémitisme? Alors que beaucoup sont susceptibles de rester, leurs communautés sont susceptibles de réduire de façon spectaculaire.

 

Ceux qui le souhaitent pour leurs enfants de maintenir la fierté de leur patrimoine et de ne pas être élevé dans une atmosphère où ils sont sous la pression sociale pour cacher leur identité juive ou se retourner contre leur propre peuple seraient bien avisés d'envisager d'émigrer. Si ils sont incapables de le faire, ils devraient encourager leurs enfants à quitter le pays où ils vivent.

 

Ils ont de la chance qu'aujourd'hui, ils ne doivent pas prier pour demander des "visa d'entrée"; l'Etat juif fournit un refuge pour tous les Juifs.

 

Alors qu'en Israël leur avenir juif est presque assuré, malheureusement, beaucoup décident d'émigrer vers d'autres communautés juives de la Diaspora où il n'y a aucune garantie qu'ils conserveront leur identité juive.

 

L'une des principales raisons pour cela est que le gouvernement israélien et l'Agence juive ont omis de fournir des installations adéquates pour la classe moyenne et les immigrants professionnels. Israël a l'une des économies les plus réussies dans le monde et l'incapacité à faire le maximum d'efforts pour absorber plus de ces immigrants  cette occasion est une tragique occasion manquée. Remédier à cette situation doit devenir une priorité absolue pour le gouvernement.

 

Hélas, la situation européenne pour les Juifs est lamentable et il faut espérer que beaucoup partent et nous rejoignent en Israël et participeront à la renaissance historique de notre peuple.

Partager cet article

Repost 0
mordeh'ai