Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Malaassot - le blog de mordehai - ! ברוך הבא
  • Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא
  • : Défenseur de l'unité et de l'indivisibilité de Jérusalem Juive et capitale de l'Etat d'Israel sans aucun partage
  • Contact

Recherche

19 novembre 2016 6 19 /11 /novembre /2016 11:59

  Nir Barkat a dit : les deux communautés Arabe et  Juive doivent être assujetties à la même loi de la construction et de l'évacuation.

 

Par Jack Moore

http://europe.newsweek.com/jerusalem-mayor-threatens-demolish-hundreds-palestinian-homes-if-illegal-522588

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif

Le maire de Jérusalem a menacé de démolir “des centaines” de maisons palestiniennes dans Jérusalem Est si 'implantation d'Amona en Cisjordanie est évacuée.

La Cour Suprême israélienne a jugé en 2014 que l'avant-poste, qui se trouve à l'est de la ville de de Ramallah, en Cisjordanie (Rive ouest) est illégal construit sur des terrains palestiniens privés. Elle a ordonné l'évacuation de l'implantation avant le 25 décembre et lundi elle a rejeté une requête gouvernementale pour retarder l'évacuation à sept mois et trouver une alternative pour environ les 40 familles qui y résident.

Face aux objections du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu et du procureur général Avichai Mandelbilt maintenant, les ministres israéliens ont soutenu un projet de loi qui reconnaîtrait quelques structures illégales en Cisjordanie, .

House demolition in East Jerusalem

Les autorités israéliennes démolissent une maison appartenant à une famille palestinienne, que les autorités ont dite a été construit sans un permis, dans le voisinage arabe de Shuafat, Jérusalem, le 27 janvier. Ahmad Gharabli/AFP/Getty

"À moins qu'Amona ne soit légalisé, nous devrons détruire des centaines ou des milliers de maisons à Jérusalem aussi," Barkat a dit au journal israélien Haaretz. "Le verdict Amona ne nous laisse aucune discrétion pour légaliser des délits arabes de construction."

Dans une plus première lettre que Barkat a écrit au conseil légal du gouvernement le 7 novembre, il a dit que l'évacuation d'Amona “pourrait avoir des implications pour des cas similaires à Jérusalem, où des Arabes ont tiré parti illégalement de la terre privée ou municipale.”

Selon l'ONG israélienne anti-implantation IR AMIM, les autorités israéliennes ont démoli 166 structures palestiniennes illégales dans Jérusalem Est, on peut doubler le nombre pour la même période en 2015.

La municipalité de Jérusalem a maintenant adressé une instance à la Cour suprême israélienne pour demander la mise en application d'un ordre de démolition pour 14 structures palestiniennes illégalement construites dans Jérusalem Est, essayant de les faire démolir immédiatement. Dans une déclaration, Barkat a dit que “nous sommes contraints d'agir conformément à une loi applicable tant aux   Juifs qu'aux Arabes.” Un projet de loi a toujours besoin d'être approuvé par le parlement israélien mais le maire Nir Barkat a dit que si Amona n'est pas légalisé, alors les structures palestiniennes construites à Jérusalem sans les permis ad-hoc des autorités de Jérusalem seront démolies."

Les résidents d'Amona ont dit qu'ils construiront une ville de tentes qui contiendra “des milliers” de protestataires lors de la décision de la Cour suprême israélienne disant que l'avant-poste est illégal puisqu'il serait construit sur une terre palestinienne privée et ordonnerait l'évacuation de l'implantation avant le 25 décembre.

Le Secrétaire général de l'Organisation de libération de la Palestine Saeb Erekat a dit mercredi: le leadership palestinien maintient sa position que ce n'est pas à une cour israélienne de décider si une implantation est juridique ou pas en Cisjordanie, puisqu'elles sont définies comme illégales selon le droit international .

Il a dit dans une autre déclaration: “Encore une fois, nous demandons à la communauté internationale de prendre des actions concrètes pour protéger les droits du peuple palestinien et sauver la solution de deux états.

Une grande partie de la communauté internationale considère que les implantations israéliennes en Cisjordanie et Jérusalem Est sont illégales selon le droit international, donc la légalisation d'avant-postes juifs en Cisjordanie, tirant parti de la terre palestinienne, provoquerait probablement encore des critiques supplémentaires sur le gouvernement israélien.

Les critiques ont dit que la légalisation de tels avant-postes permettrait l'expropriation effective de n'importe quelle terre palestinienne privée. Le leader d'opposition israélien Isaac Herzog a dit que le projet de loi est "une tache sérieuse sur les livres de loi d'Israël parce que cela autorise le cambriolage et le vol. Il n'y a pas de précédent, dans lequel un gouvernement israélien a autorisé une loi qui permette de prendre la terre des gens privés."

 

Partager cet article

Repost 0
mordeh'ai