Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Malaassot - le blog de mordehai - ! ברוך הבא
  • Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא
  • : Défenseur de l'unité et de l'indivisibilité de Jérusalem Juive et capitale de l'Etat d'Israel sans aucun partage
  • Contact

Recherche

9 octobre 2016 7 09 /10 /octobre /2016 18:47

En considérant la fin du président Shimon Peres, la Gauche dépeind son propre camp comme optimiste et la droite toujours aussi pessimiste • La gauche ne voit pas que sa propre vision de l'avenir est beaucoup plus sombre que celle du camp dit «pessimiste».

Par Dror Eydar

http://www.israelhayom.com/site/newsletter_article.php?id=36999

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif

 

La signature des Accords d'Oslo. Ministre des Affaires étrangères Shimon Peres, serre la main avec le président de l'OLP Yasser Arafat

 

1. Au décès de l'ancien président Shimon Peres, nous avons éprouvé un moment tel que nous l'avions vécu il y a 20 ans lorsque le premier ministre Yitzhak Rabin a été assassiné. Certains parmi la gauche israélienne ont choisi de faire le deuil du pays - c'est à dire pleurer sur eux-mêmes lors de ce deuil - plutôt que Peres. L'auteur Amos Oz a répété pour la énième fois la parabole de l'appartement partagé et le fait que les Juifs " ne vont nulle part " et pas plus que les Palestiniens, et donc il n'y a "pas le choix", que celui de diviser le pays. Bien. Dites cela aux Palestiniens. Les Juifs étaient les champions de la résolution des conflits alors que les Palestiniens ont été utilisés comme des figurants dans le théâtre de l'absurde qui a été tissé ensemble par les génies de la génération sous des titres, y compris « Le processus de paix », « Un arrangement diplomatique »,« Le Désengagement » etc. En général, depuis quand est-ce que nous travaillons vers un changement historique irréversible sur "pas le choix"? N'avons-nous pas appris assez de l'échec hâtive des Accords d'Oslo? Et nous n'avons même pas discuté de la véracité de la déclaration «il n'y a pas d'autre choix»- que dire? Patience.

 

Les juifs libéraux  américains ne sont pas restés en reste, le.week-end dernier, le journaliste Jeffrey Goldberg a écrit un article sur le culte de Peres le «prophète», qui «est venu pour symboliser le grand cœur, la libre-pensée d'Israël, inventive, et la promesse démocratique." Le Premier ministre Benjamin Netanyahu - " qui symbolise laveuglement d'Israël, Israël qui ignore le statu quo tombe en ruine, Israël qui est lui-même convaincu que la guerre de 100 ans se poursuivra pendant 1000 ans, Israël qui vit un judaïsme hors de l'équilibre, captif tragique de la de l'adoration du mouvement de colonisation ". Cette semaine, Goldberg a accumulé les louanges dans son article, comme si il n'y avait pas eu des milliers comme ça que nous avons lu depuis les années 1980. Même la terminologie utilisée n'st pas originale. Ah oui, " Shimon Peres, est le meilleur, protecteur d'Israël, à l'extérieur et à l'intérieur», alors que Netanyahu, selon Goldberg, tire profit de «les douleurs et les craintes de ses électeurs traumatisés» et met en danger " l'engagement traditionnel d'Israël à la démocratie et à l'égalité." Original, n'est ce pas ?

 

Goldberg n'a manifestement pas diriger ses remarques uniquement à ces deux leaders, plutôt dans les camps politiques et idéologiques qu'ils représentent. Nous sommes habitués à la dichotomie enfantine qui accorde la démocratie et l'égalité à la gauche (Goldberg ajoute en libre penseur, l'innovation et le contrôle de l'univers), et de l'autre côté est laissée à la cécité, qui fait la rage de l'extrémisme et l'utilisation de la peur comme moyen de contrôle. Je n'ai mentionné Goldberg que sur une paire de concepts dignes de discussion: Il a loué Peres comme un «optimiste» et condamné Netanyahu comme un « pessimisme paralysant.»

 

 

2. Vous vous rendez compte que cela est juste une question de point de vue historique - qui est vraiment optimiste et qui est pessimiste. Je l'ai écrit dans le passé, alors que la gauche nous pousse à compter sur les signatures de nos ennemis, ils ne sont même pas capable de le faire dans la sphère domestique, où ils ne parviennent pas à faire confiance aux citoyens et le libre fonctionnement des forces du marché. Au lieu de cela, ils cherchent à impliquer l'Etat dans la vie civile - dans l'économie, dans l'éducation, dans les médias et plus. Les conservateurs et la droite, en revanche, font confiance aux forces du marché civil et mettent à distance le plus possible afin que l'état n''interfére pas ou surréglemente; mais dans l'arène diplomatique, ils ne font pas confiance aux autres, et certainement pas à leurs signatures.

 

Cependant, dans ce cas, nous ne traitons pas avec la théorie.C'est-ce que Goldberg décrit comme l'optimisme a été mis à l'épreuve de la réalité. Goldberg voit le président américain Barack Obama en contrepartie de Peres, et son optimisme aussi a été mis à l'épreuve de la réalité. En Israël, nous sommes plus proches des résultats. Prenez la Syrie, par exemple. Il y a environ 12 ans, les optimistes ont promis que le «désengagement» unilatéral de la bande de Gaza et la démolition des colonies juives, servirait à accroître la sécurité dans le sud d'Israël. Ancien chef de l'agence de sécurité Shin Bet Carmi Gillon a déclaré avant le désengagement. "L'Autorité palestinienne et le Hamas ont clairement intérêt à démontrer leur capacité à maintenir la sécurité et la vie quotidienne normale dans une zone où ils sont souverains Par conséquent, j'ai fait l'évaluation que il y aura le calme à Gaza ". Suite à l'incendie d'une synagogue à Gush Katif immédiatement après le retrait, Peres a déclaré que, à partir du moment où nous avons quitté la place, "Gaza est le problème des Palestiniens." C'est de la Divination? 

 

Après les accords d'Oslo, Peres a demandé s'il croyait qu'il allait voir la paix dans pendant son vivant. Il a répondu: ".!. Je ne doute pas à ce sujet, je ne doute pas et je crois que la paix est beaucoup plus proche que ce que les gens pensent et je pense que le Moyen-Orient frappe à sa porte,» (citations des archives de Neri Avneri). Est-ce l'optimisme auquel Goldberg fait référence? Il peut aussi bien avoir récité par John Lennon dans la chanson "Imagine".

 

3. Goldberg parle du judaïsme et d'un Etat juif. Allez à la recherche dans les textes juifs, de la Bible, du Midrash, du Talmud aux reponses qui font écho à l'expérience des communautés juives du monde entier - les conseils suivants est répétée: la critique des accords diplomatiques, le doute constant qui concerne de compter sur la bonne volonté des d'autres nations, certainement ceux qui nous voient comme un adversaire théologique. C'est non seulement dans les textes et l'histoire nous enseigne cela aussi.

 

J'ai récemment participé à une table ronde avec des penseurs américains. Eux aussi étaient préoccupés par «l'effondrement» de la démocratie israélienne. Je leur ai dit que, d'un point de vue historique, notre démocratie est beaucoup plus forte que la votre, car elle est ancrée dans la culture, la tradition religieuse et textuelle qui remonte à des milliers d'années. Nous sommes une nation qui a grandi dans les profonds désaccords qui ont surgi à l'intérieur. Les textes des Gens du Livre sont un appel constant sur un consensus, et notre tradition juridique suit l'ancienne règle biblique: «Tu ne suivras point la multitude pour faire le mal; et tu ne déposeras point dans un procès en te mettant du côté du grand nombre, pour violer la justice.(Exode 23: 2 ).» 

 

Et une note finale de l'utilisation de Goldberg du mot «petit» pour décrire un chef qui est réticent à perdre la patrie et de diviser Jérusalem: Il est une chose à longue pour Jérusalem depuis des générations et à le voir comme une destination et comme un rêve .Il est une autre chose à l'accepter comme un don de l'histoire - ainsi que la zone géographique qui a été le berceau de notre nation - et puis au désespoir car «il n'y a pas de choix» et nous devons être «optimiste». Dans ce cas, abandonner les lieux qui étaient la raison du retour moderne à Sion signifierait abandonner le sionisme.

 

Qu'est-ce que Goldberg appelle le pessimisme ce n'est pas une sombre perspective, c'est plutôt une perspective sobre de la réalité qui nous entoure et l'apprentissage des leçons de l'histoire  - et non celle des autres nations, mais notre propre histoire. Et pas seulement l'histoire lointaine, mais aussi l'histoire récente que nous avons connue au cours du dernier quart de siècle. La politique a la tête dure envers le monde et ne rayonne pas vers l'intérieur. Le camp "optimiste" depuis de nombreuses années a mis en garde contre des horreurs et a décrit un avenir sombre pour l'Etat juif si nous ne parvenons pas à accepter les diktats politiques. C'est aussi le message implicite dans l'article de Goldberg. En revanche, le camp "pessimiste" est très optimiste quant à notre avenir, malgré les nombreux problèmes.  Mathématiques historiques simples: Où étions-nous il y a 70 ans, et où sommes-nous maintenant? Dieu merci, nous sommes allés d'un peuple persécuté à une nation forte et prospère. Patience.

 

Partager cet article

Repost 0
mordeh'ai