Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Malaassot - le blog de mordehai - ! ברוך הבא
  • Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא
  • : Défenseur de l'unité et de l'indivisibilité de Jérusalem Juive et capitale de l'Etat d'Israel sans aucun partage
  • Contact

Recherche

10 septembre 2016 6 10 /09 /septembre /2016 13:04

Par Gregg Roman 

http://www.meforum.org/6269/israel-win-lose-solution

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif

 

Lors de sa première séance d'information de sécurité, Avigdor Liberman, ministre israélien de la Défense, a déclaré qu'Israël n'a plus «le luxe de mener des guerres d'usures.» 100 jours dans son mandat, sans aucun signe de ralentissement du conflit depuis des décennies, il est clair que le temps est venu d'appliquer ce principe au processus de paix israélo-palestinien.Pour qu'il y ait la paix entre Israël et ses voisins arabes, Israël doit gagner et les Palestiniens doivent perdre.

 

 

Tout au long de l'histoire de l'humanité, la victoire militaire a mis fin aux guerres. La Pax Romana, une période de 200 ans de paix relative dans l'Empire romain, a commencé seulement quand Augustus a vaincu Marc-Antoine dans la bataille d'Actium. Lorsque le Nord a ravagé le Sud dans la guerre civile américaine, le conflit apparemment insoluble a coûté la vie à trois quarts de million d'habitants au cours de quatre années de guerre. Le Sud, sachant qu'il a été vaincu, n'a jamais cherché à créer de nouveaux ennuis. L'hostilité allemande et japonaise envers les démocraties Occidentales lors de la Seconde Guerre mondiale s'est rapidement dissipée, et grâce à la pilule amère de défaite; l'amitié a rapidement suivie.

 

L'opinion communément admise que les conflits sont mieux résolus par la négociation et le compromis n'est tout simplement pas vraie.

Mais regardons les faits. Après 40 ans de négociations pour réunir Chypre, l'île reste divisée, et 60 ans d'impasse sur la péninsule coréenne ont été atteint. En Syrie, le massacre se poursuit sans relâche, malgré cinq ans de négociations pour réconcilier les sunnites et les Alaouites. Et en même temps, des années d'efforts diplomatiques pour faire reculer le programme nucléaire de l'Iran a pris fin avec la capitulation de l'Occident devant la demande de Téhéran.

 

L'aberration de la négociation est particulièrement évidente dans le conflit israélo-arabe.

 

Le nœud du conflit est simple: Israël veut survivre; la direction palestinienne veut le détruire. Certains dirigeants palestiniens ne font aucun secret. L' incitation ouverte des dirigeants du Hamas à la violence a engendré la soi-disant « intifada du couteau » et le président de l' Autorité palestinienne Mahmoud Abbas salue les "martyrs" palestiniens et nomme des rues de leurs noms. D'autres parlent de la paix, mais exigent un «droit au retour» des Palestiniens à Israël, une exigence qui aurait pour effet d'éviscérer l'Etat juif en permettant à des millions d'Arabes d'origine palestinienne de se réinstaller de façon permanente à l'intérieur des frontières d'Israël. Mais peu importe leur angle, tous les dirigeants palestiniens prêchent la haine envers Israël.

 

La politique américaine a été longtemps d'empêcher Israël de parvenir à une victoire militaire décisive sur ses adversaires.

En 1956, le président Eisenhower a forcé Israël à abandonner ses gains territoriaux lors de la crise de Suez. De même, après la guerre des Six Jours de 1967, les Etats-Unis ont aidé à concevoir une résolution de l'ONU appelant Israël à évacuer les non spécifiés " territoires occupés" pris pendant la guerre. L'administration Reagan a arrêté Israël d'anéantir les forces de l'OLP de Yasser Arafat au Liban en 1982, et, plus récemment, l'administration Obama a fait pression sur Israël pour limiter ses objectifs dans sa guerre 2014 contre le Hamas. Ces concessions, qui sont souvent unilatérales et irréversibles, notamment le gel des colonies, la libération de prisonniers et la confiscation du territoire.

 

Ces politiques donnent des résultats pernicieux; «la Contrainte» américaine d'Israël encourage ses ennemis à prendre des risques. Tout comme les sauvetages gouvernementaux encouragent les banques à faire des investissements à haut risque, couteux en supprimant les conséquences de l'échec, les adversaires d'Israël ne doivent pas se tourmenter pour la perte irrévocable parce qu'ils savent que la communauté internationale admonestera Israël pour les gains quil obtiendra.

 

En outre, en restreingnant la légitimité d'Israël, elle nourrit le rejectionisme palestinien, tel que le refus de reconnaître la souveraineté israélienne et le droit des Juifs à vivre dans leur patrie ancestrale. Parce qu'il est reconnu qu'il n'y aura pas de conséquences pour sa guerre de propagande sophistiquée, l'Autorité palestinienne peut continuer à diaboliser Israël. " Pour devenir un peuple normal, celui dont les parents ne favorisent pas leurs enfants à devenir des kamikazes, les Arabes palestiniens doivent subir le creuset de la défaite," écrit Daniel Pipes Président du Forum du Moyen-Orient  .

 

La peur de la défaite écrasante est une arme puissante dans la neutralisation de la résistance palestinienne.

Lorsque Israël a permis, sans opprobre américain, de libérer sa puissance militaire après une roquette ou une attaque terroriste palestinienne, comme quand Liberman a ordonné plus de 50 frappes aériennes sur l'infrastructure militaire du Hamas à Gaza en réponse à une roquette, les Palestiniens battent en retraite.

 

Le traitement du conflit israélo-arabe par  l'Amérique empêche le genre de métamorphose de la pensée palestinienne sur Israël et ce que la paix exige. Il est temps pour Washington de permettre à Israël de démolir le rêve palestinien d'une solution à un Etat, libéré des Juifs. Comme l'a dit Ronald Reagan au sujet de la lutte américaine contre le communisme, la seule façon de « gagner c'est si ils perdent ».

 

Cela ne signifie pas que les États-Unis devraient soutenir un gagnant qui remporterait tout le règlement du conflit israélo-palestinien. Mais nous devons renoncer à l'illusion d'une percée diplomatique américaine négociée et qu'Israël céde seulement une concession ou deux. Comme l'a dit le célèbre Général Douglas MacArthur, «il n'y a pas de substitut à la victoire».

Partager cet article

Repost 0
mordeh'ai