Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Malaassot - le blog de mordehai - ! ברוך הבא
  • Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא
  • : Défenseur de l'unité et de l'indivisibilité de Jérusalem Juive et capitale de l'Etat d'Israel sans aucun partage
  • Contact

Recherche

3 septembre 2016 6 03 /09 /septembre /2016 21:59

Par Aaron Klein

http://www.jewishpress.com/indepth/columns/aaron-klein/quick-takes-2/2016/08/31/

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif

 

Le département d’Etat américain est profondément préoccupé par les rapports d’une décision du gouvernement israélien d’approuver les plans initiaux pour la construction de 28 logements juifs dans la ville de Cisjordanie d’Hébron, le site de la plus ancienne communauté juive dans le monde.

 

Interrogé sur la question au cours d’un briefing de presse mardi, le porte-parole du département d’Etat adjoint MarcToner a déclaré: « Eh bien, nous avons vu les rapports... que les Israéliens envisagent – un plan de construction de logements pour des 'colons' israéliens dans un camp militaire à Hébron. Certainement si ces rapports sont vrais, il me semble être un effort pour élargir des habitations civiles israéliennes dans la ville d’Hébron, et cela représenterait un pas  concernant des développements de la colonisation – expansion des colonies, plutôt, sur un terrain qui est au moins partiellement détenu par les Palestiniens. Comme vous le savez, nous nous opposons fermement à toute activité de colonisation, qui est corrosive pour la cause de la paix. « Et nous l'avons dit à plusieurs reprises que ces déplacements ne sont pas compatibles avec le souhait exprimé par Israël pour parvenir à une solution à deux Etats ».

 

Le Jerusalem Post a signalé les spécificités du projet logements et de la décision du gouvernement israélien aux plans d’infrastructure  un feu vert seulement pour 28 nouvelles maisons :

« Dans un premier temps, des plans d’infrastructure peuvent être établis, mais le projet devra encore attendre de nombreuses approbations avant de pouvoir être amorcé »..

 

« [Toner] a parlé contre le projet qui serait installé dans une base militaire existante, Plugat Hamitkanim, qui est situé à côté de la Yeshiva de Shavei Hevron, situé dans le vieux batiment  du Beit Romano.

 

« Le projet, conçu sur des les terres où six familles juives vivent dans des caravanes, a été proposé par la communauté juive de Hébron, ainsi que par les ministères de la Construction et de la Justice.»

 

Injurieusement, Toner a dit que le terrain « au moins partiellement est détenu par les Palestiniens. » Ici, le porte-parole semble prendre la parole hors de ses attributions, et décider du sort juridique d’une parcelle qui est impliquée dans une histoire politique complexe.

 

 La communauté juive d’Hébron date de l’époque biblique. La ville abrite le tombeau des Patriarches, le lieu de sépulture des patriarches et matriarches du peuple juif : Abraham et Sarah, Isaac et Rebecca et Jacob et Léa. La grotte est le deuxième site le plus sacré du judaïsme.

Afficher l'image d'origine

En 1929, arabes locaux ont effectués des pogroms meurtriers contre les Juifs de la ville et contraint l’ensemble de la communauté juive de fuir. Hébron, pour la première fois depuis des siècles s'était vidée de ses Juifs. Les Arabes unilatéralement ont confisqué des biens juifs et occupé illégalement des maisons juives.

 

La bibliothèque virtuelle juive a écrit sur l’histoire de cette période:

 

« Suite à la création de l’Etat d’Israël en 1948 et à l’invasion par les armées arabes, de Hébron, qui a été capturée et occupée par la Légion arabe jordanienne. Pendant l’occupation jordanienne, qui a duré jusqu’en 1967, les Juifs n’étaient pas autorisés à vivre dans la ville, ni – en dépit de l’accord d’Armistice – à visiter ou à prier sur les lieux saints juifs de la ville sainte. En outre, les autorités jordaniennes et les résidents ont entrepris une campagne systématique pour éliminer toute preuve de la présence juive dans la ville. Ils rasèrent le quartier juif, profané le cimetière juif et construit un parc pour animaux sur les ruines de la synagogue Avraham Avinu. »

 

Les Juifs ont été autorisé à retourner à Hébron en 1967, après qu'Israël ait reconquéri la ville lors de la guerre défensive des Six jours. C’est alors que le conflit foncier actuel est né.

 

Les articles du Jerusalem Post sur les biens en question: « l’Etat a expliqué que la propriété où se trouve les caravanes appartenait à un membre de l’ancienne communauté juive d’Hébron, qui avait fui après les émeutes arabes de 1929 dans laquelle 67 Juifs ont été massacrés.»

 

« Après la guerre d’indépendance de 1948, il passa aux mains du gouvernement jordanien en vertu de la Loi sur la propriété abandonnée. Le gardien jordanien de propriété abandonnée l'avait louée à la municipalité de Hébron, qui l’utilisa comme une station de bus.»

 

« Le gardien israélien de propriété abandonnée a continué cette situation de location lorsque l’armée israélienne a pris le contrôle de la région après la guerre des Six jours en 1967. Mais en 1983, l’armée israélienne a saisi cette propriété et un lot adjacent palestinien pour créer une base militaire.»

 

« En 1991 le ministère de la Justice a statué que les droits de la municipalité de Hébron au lot, en vertu d’un contrat de location protégé, avaient expirés et que par conséquent les maisons juives pourraient être construites sur ces lots. Mais les avis juridiques ultérieures, y compris celui de 2007, a déclaré que la municipalité de Hébron avait toujours protégé les droits d’occupation. Ces droits, l’avis de 2007 les a déclaré, comme remplacés par les besoins en matière de sécurité, tels que ceux qui prescrit la mise en place d’une base militaire. »

 

Pendant ce temps, tandis que Toner fait ses commentaires au sujet de Hébron, l’administration Obama a gardé le silence sur les constructions illégales palestiniennes rampantes sur une propriété appartenant à des Juifs dans les parties orientales de Jérusalem, y compris la construction de dizaines d’immeubles d’habitation sur environ 270 acres dans les quartiers de Jérusalem de Qalandiya et Kfar Akev et environ 50 acres dans la banlieue de Jérusalem du Nord appelée Shoafat. La terre appartient incontestablement à un groupe juif américain.

 

L’autorité palestinienne et une grande partie de la communauté internationale dit qu'Israël occupe le territoire au-delà de ce que l’on appelle les frontières d’avant 1967, ce qui signifie que la bande de Gaza, la Cisjordanie et Jérusalem-est, y compris le Mont du Temple. Israël fait référence à ces territoires comme contestés.

 

Toutefois, le parti du Fatah d'Abbas, le Hamas et autres principales factions palestiniennes systématiquement font référence à l’ensemble de l’Etat d’Israël comme territoire « occupé ».

 

Aux Nations Unies la résolution 242 du Conseil de sécurité, ne nous engage pas sur la résolution se rapportant à la Cisjordanie, qui demande à Israël de se retirer sous une future solution de statut final « des territoires occupés » à la suite de la guerre de Six jours de 1967. La résolution n’appelle pas à un retrait de « tous les territoires », une appellation délibérément laissée de côté pour assurer une caution à Israël en vertu d’un accord futur pour conserver la partie du territoire pour des raisons de sécurité.

 

La bibliothèque virtuelle juive explique: « Si le Conseil de sécurité n’a pas dit Israël doit se retirer de « tous les » territoires occupés après la guerre des Six jours. C’était tout à fait délibéré.Le délégué soviétique a voulu l'inclusion de ces mots et a dit que leur exclusion aurait signifié ‘que la partie de ces territoires pouvait rester entre les mains israéliennes.’ Les états arabes ont poussé pour le mot 'tous' à être inclus, mais cela a été rejeté. Ils ont affirmé néanmoins qu'ils liraient la résolution comme si elle inclait le mot 'tous'. L'Ambassadeur britannique Lord Caradon, qui a écrit le brouillon de la résolution approuvée, a déclaré après le vote: Ce n'est seulement la résolution qui nous liera et nous considérons sa formulation comme claire. »

Partager cet article

Repost 0
mordeh'ai