Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Malaassot - le blog de mordehai - ! ברוך הבא
  • Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא
  • : Défenseur de l'unité et de l'indivisibilité de Jérusalem Juive et capitale de l'Etat d'Israel sans aucun partage
  • Contact

Recherche

25 août 2016 4 25 /08 /août /2016 17:40

Par Isi Leibler

http://wordfromjerusalem.com/exposing-the-criminal-society-and-the-culture-of-death/

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif

Palestinian-Incitement-938x535

Nous perdons la bataille dans la guerre des idées pour la simple raison que nous sommes en permanence sur la défensive alors que ceux qui veulent activement notre destruction nous diabolisent sans relâche.

 

Depuis les Accords d’Oslo, les gouvernements israéliens successifs se sont senti obligés de les sous-estimer et même se rejeter la haine et la terreur palestinienne afin de maintenir un soutien public interne aux politiques qui, hélas avec le recul, étaient vouées à l’échec. A des stades très précoces, le Président de l’autorité palestinienne Yasser Arafat avait dit à son peuple que le but ultime était la fin de la souveraineté juive – et nous avons rejeté ces débordements comme des mots vides simplement conçus pour calmer ses adversaires radicaux de l'intérieur.

 

Mais comme le gouvernement avait faussement loué notre partenaire de la paix, ils ont trompés beaucoup d’Israéliens en leur faisant croire que le terrorisme, auquel nous avons été confrontés était une aberration extrémiste et que les Palestiniens se sont engagés à mettre fin au conflit sur la base d’une solution à deux Etats. De même, la plupart du monde a adhéré à  leur valeur nominale et à nos louanges répétées d’Arafat et de son successeur, Mahmoud Abbas, comme des modérés et des partenaires d'une paix véritable.

 

Cette situation convenait à la politique palestinienne à long terme de nous détruire par étapes. Ils ont facilement accepté des concessions et des retraits, mais sans compromettre d'un iota leur diabolisation et ils continuent de contester notre légitimité.

 

Mais le pire aspect était notre incapacité à mettre en évidence le lavage de cerveau toxique, que l’autorité palestinienne avait infligé à sa population. Alors que l’hostilité des Arabes envers les Juifs a régné même pendant la période requise, elle n’était pas comparable à la culture de mort et au maléfique qui aujourd'hui sature tous les aspects de la vie palestinienne.

 

Les Palestiniens ont déclaré explicitement que leur état sera Judenrein et que les Juifs ne seraient jamais autorisés à vivre dans leur maison ancestrale, même s’ils étaient disposés à accepter la juridiction palestinienne. En effet, les Palestiniens ont été sauvagement exécutés lorsqu’ils ont été jugé pour avoir vendu des terres à un juif.

 

L’autorité palestinienne est devenue une société criminelle et elle peut être comparée à l’Allemagne d'avant guerre, quand les Nazis avaient transformé leur population en barbares génocidaires représentant les Juifs comme des sous-hommes. Les Palestiniens eux, représentent les Juifs comme « des descendants de singes et de cochons » et en appellent à leur extermination. Pas même cela subtilement mais avec des déclarations flagrantes journalières à cet effet par jour qui découlent de dirigeants religieux et politiques et accessibles à de vastes sources documentaires compilées par Palestinian Media Watch, MEMRI et d’autres.

 

Une société dans laquelle les enfants depuis la maternelle sont endoctrinés en leur faisant croire que le but le plus élevé dans l’Islam est de réaliser le martyre dans le cadre de tuer des Juifs peut seulement être décrit comme criminel.

 

La diabolisation d’Israël et des manifestations de la culture de la mort sont promues sans inhibition par les dirigeants, les mollahs dans les mosquées et les médias contrôlés par l’État. Ils constituent une incitation directe pour les particuliers de supprimer et de tuer des Juifs en concert ou dans le désordre. Les scènes «héroïques» de jeunes poignardant des Juifs, l'éloge d'Abbas lui-même des martyrs  «avec le Saint-sang » et la frénésie religieuse totalement artificielle, accusant les Israéliens de vouloir détruire la mosquée Al-Aqsa, des coups de couteau se fondent dans une infusion des sorcières de rage et de haine primitives.

 

L’Autorité Palestinienne fournit des salaires généreux de l'État aux terroristes appréhendés par les Israéliens, et s’ils sont tués, leurs familles sont rémunérés — par des fonds fournis par les pays occidentaux. Des dirigeants religieux et politiques à tous les niveaux sanctifient les terroristes comme des héros et martyrs nationaux. Des places de villes, les écoles et même des clubs de football sont nommés en leur honneur.

 

La barbarie ingurgitée par les Palestiniens se reflète dans les célébrations de rues qui éclatent spontanément après chaque meurtre d’un israélien. Encore plus nauséeuses elles sont répétées à l’affiche de la télévision des mères exprimant la fierté que l’un de ses enfants était devenu un martyr exprimant habituellement l'espoir que ses autres enfants suivraient l’exemple.

 

Dans ces circonstances, il n’est pas étonnant que les sondages d’opinion palestiniens reflètent le soutien du public aux attaques terroristes contre Israël et l’opposition à une solution à deux Etats. Le processus d’endoctrinement Arafat/Abbas a radicalisé les générations successives en leur faisant croire que la seule solution au conflit était la cessation permanente de la souveraineté juive dans la région.

 

Il y a des preuves irréfutables de la nature barbare et génocidaire de la société palestinienne. En effet, la réalité est que, malgré le maintien d’une attitude «modérée» au monde extérieur, en interne les Palestiniens et ISIS sont des oiseaux d’une même plume — bien que les Palestiniens soient probablement plus corrompus.

 

Aux côtés de la turbulence dans la région et les menaces de l’Iran et d'ISIS, pourrait-on envisager qu'un pays qui lorsqu'il accepte un État voisin qui sera inévitablement un État criminel qui s'est engagé à la destruction ou à être un candidat pour une reprise d’ISIS ou de l'Iran? Ce serait inconcevable.

 

Encore que la plupart de la communauté internationale, y compris les États-Unis, considère cela comme une question de deux nations arguant du même territoire. Auquel cas, les Palestiniens n'auraient pas dû rejeté l’offre des premiers ministres Ehud Barak et Ehud Olmert, qui étaient disposés à concéder jusqu'à 97 % des territoires anciennement contrôlés par les Jordaniens.

 

Israël a été la cible d'une diffamation répétée et de délégitimation encore fondamentalement et n’a été que sur la défensive, cherchant à réfuter les mensonges diffusés. Mais comme Joseph Goebbels avait dit, si on répète un mensonge en permanence, les gens commencent à y croire. Ce dictum a maintenant été réalisé; beaucoup dans le monde occidental ont avalé le récit palestinien déformé qu’Israël est un Etat d’apartheid, un occupant et un pays né dans le péché.

 

Ironie du sort, la faiblesse de notre position réside dans le fait que, jusqu'à tout récemment, afin d’apaiser nos alliés et de « protéger » les Israéliens d’être confrontés à la dure réalité, nous nous sommes délibérément retenu de dire la vérité et n’avons pas pu mettre en évidence la nature barbare et criminelle de notre partenaire de sa prétendue paix.

 

Avions-nous monté des campagnes au début, en exposant les horreurs perpétrées par nos voisins, elles n'ont pas pu avoir influencé les antisémites et la gauche délirante, mais elles auraient eu un impact significatif sur l’ouverture d’esprit.

 

Mais même maintenant, tardivement l'exposition de la barbarie de nos voisins devrait être une priorité dans nos efforts de politique étrangère, plutôt que les litiges sans fin sur le bien-fondé des minuscules 2 % du territoire comprenant les implantations (qui ne seront pas agrandis) sont justifiés.

 

La récente initiative du Ministre de la défense Avigdor Lieberman à établir des relations avec les Palestiniens indépendants, à part le fait qu'elle n'a pas l’approbation du cabinet, donc elle est vouée à l’échec parce que tout palestinien engagé dans de telles négociations serait immédiatement assassiné. La pression doit être exercée pour encourager les Palestiniens que leurs intérêts seront servis quand ils nommeront les dirigeants qui soutiendront véritablement le processus de paix. Hélas, pour l’instant, ce n’est pas encore à l’horizon.

 

Aujourd'hui, nous devons aller de l’avant et promouvoir un effort ciblé avec une exposition documentée détaillée de la nature maléfique de la société palestinienne, ce qui rendra beaucoup plus difficile et embarrassante pour les américains et les européens de continuer à faire pression sur Israël à accepter la création de ce qui sera toujours un État criminel — notamment dans le cadre du chaos qui règne dans la région et les menaces terroristes maintenant ayant une incidence sur le cœur de l’Europe.

Partager cet article

Repost 0
mordeh'ai