Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Malaassot - le blog de mordehai - ! ברוך הבא
  • Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא
  • : Défenseur de l'unité et de l'indivisibilité de Jérusalem Juive et capitale de l'Etat d'Israel sans aucun partage
  • Contact

Recherche

22 juillet 2016 5 22 /07 /juillet /2016 23:26

Par Yoram Ettinger

http://www.israelhayom.com/site/newsletter_opinion.php?id=16757

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif

 

Le 11 Juillet, 2016 un rapport de l'Autorité palestinienne affirmant que les Juifs sont une minorité à l'ouest du Jourdain est un cas classique de " mensonges, mensonges et fausses statistiques." Le Bureau central de statistique palestinien manipule souvent des statistiques afin de déformer la réalité et d'induire en erreur les observateurs d'une manière délibérée afin que systématiquement et, en dépit d'un vent arrière démographique juif puissant et une occidentalisation rapide de la démographie musulmane à l'ouest de la rivière Jourdain, et dans tout le monde musulman en dehors de la région sub-saharienne.

 

L'utilisation déliberée et abusive des statistiques par les palestiniens a entraîné le pessimisme démographique injustifié et le fatalisme à la fois en Israël et parmi les partisans d'Israël. L'objectif principal de cette manipulation démographique a été de convaincre les décideurs politiques israéliens de rendre la Judée et la Samarie sous la fausse hypothèse que ce serait le seul moyen d'assurer une majorité israélienne en Israël.

 

Malgré les statistiques palestiniennes, et l'affichage de négligence grave de la création internationale en acceptant les données à leur valeur nominale, sans vérification adéquate, il y a actuellement, une majorité juive de  66%-majorité dans la zone combinée de Judée, de Samarie et de pré -1967 Israël, bénéficiant d'un solide vent arrière sans précédent de la fécondité juive et l'immigration. En outre, il existe un écart de 1,15 millions de personnes entre le nombre d'Arabes Palestiniens prétendent qui vivent en Cisjordanie (2,9 millions) et le nombre bien documenté de 1,75 million.  

 

Alors, comment le PCBS manipule ses statistiques de la population?

 

Cela a commencé en Juin 1997, avec le premier recensement palestinien en Judée, en Samarie et à Gaza. Dans cette enquête, 648.000 personnes ont été ajouté artificiellement. Le recensement a été effectué par l'Autorité palestinienne, qui, à l'époque, craignait que l'arrivée en Israël de 1 million de Juifs soviétiques dissiperait le mythe de la bombe démographique, arabe à retardement ce qui élimine la motivation engendrée par la peur juive de devenir une minorité à l'ouest de la rivière Jourdain.

 

Le recensement de 1997 de la population palestinienne en Judée-Samarie et Gaza a été gonflée en y incluant 325.000 résidents à l'étranger, tel que documenté par le site Web du PCBS; qui a compté les 210.000 Arabes de Jérusalem deux fois, car ils ont également été inclus dans le recensement israélien; et incohérences documentées (des 113.000 personnes) entre les PCBS d'une part et le ministère de la Santé palestinien et les ministères de l'éducation et de la Commission électorale centrale de l'autre.

 

Comme preuve supplémentaire, en 1996, les données palestiniennes de la Commission électorale centrale de la population (2.146 millions) et de la santé et les données des ministères de l'éducation (2.270 millions) étaient considérablement plus bas que le recensement de 1997 (2.783.000), mais presque identiques à celles du Bureau Central d'Israël des statistiques (2.111 millions), qui a validé ses chiffres par rapport au nombre de cartes d'identité nouvellement émises et les dossiers de vaccination.

 

La démonstration de la créativité des statistiques palestiniennes, Hassan Abu Libdeh, à la tête du PCBS  a admis le 26, Février 1998 à la Conférence  de presse à el-Bireh - en violation des normes internationales -" nous avons compté 325.000 personnes [13% de la population totale!] vivant à l'extérieur des terres palestiniennes depuis plus d'un an ".

 

L'ajout des résidents d'outre-mer dans les comptages officiels a également été pratiqué par d'autres organismes palestiniens. Par exemple, selon un communiqué de presse publié le 14 Octobre, 2004 par la Commission électorale centrale, 200.000 résidents d'outre-mer ont été inclus dans la (dernière) élection palestinienne en 2005. Selon une étude réalisée en 1993 par la Banque mondiale, 350.000 résidents d'outre-mer ont été ainsi inclus dans les statistiques palestiniennes .

 

Expliquer les incohérences entre les PCBS et d'autres ministères palestiniens, Louie Shabanah, un ancien chef des PCBS, a déclaré le 8 Juin, 2005 lors d'un débat à Haïfa que " les comptes du ministère palestinien de la Santé comptabilisé moins de naissances parce que - contrairement à la PCBS - il excluait les naissances à l'étranger. "

 

Les statistiques susmentionnées sont gonflées ce qui entraine une expansion chaque année, d'où l'écart des 1150000 grandissant en Cisjordanie en 2016. L'écart se compose de:

 

  • 400.000 résidents à l'étranger, tel que réaffirmé par le vice-ministre palestinien de l'Intérieur Hassan Ilwi qui a déclaré: " Depuis 1995, nous avons enregistré environ 100.000 enfants nés à l'étranger,"

  • 300.000 Arabes avec des cartes d'identité israéliennes de Jérusalem sont comptés deux fois - en tant que résidents d'Israël et en Cisjordanie.

  • Une émigration de 240.000  Arabes de Cisjordanie ont été documenté par la police des frontières d'Israël depuis le recensement palestinien de 1997 .

  • Plus de 100.000 Palestiniens (principalement en Cisjordanie) Arabes ont épousé des Arabes israéliens depuis 1997, et ont reçu des cartes d'identité israéliennes, mais sont toujours (doublement) comptés comme résidents de Cisjordanie. En Novembre 2003, la Knesset a adopté une loi mettant fin à l'admissibilité automatique pour une carte d'identité israélienne en épousant un citoyen israélien.

  • Une inhérente sous-documentation des décès (représentés par l'inclusion des Arabes nés en 1847 dans le recensement de Juin, 2007) comprenant environ 110.000 personnes, et plus-la documentation des naissances (représentée par une étude de la Banque mondiale documentant un écart de 32% entre sa propre documentation et les statistiques de naissance de PCBS).

 

En 2016, le taux de fécondité juive d'Israël (3,15 naissances par femme) est plus élevé que le taux de fécondité de tous les pays arabes autres que le Soudan, le Yémen et l'Irak, qui se traduit par une augmentation unique de 73% du nombre de naissances en 1995 (80.400) à 2015 (139,000), quelle que soit la baisse modérée de la fécondité des femmes ultra-orthodoxes, mais en raison de la fertilité séculaire robuste. La norme d'un à deux enfants parmi les Israéliens laïcs il y a 20 ans s'est maintenant déplacé dans une norme de trois à quatre enfants.

 

Les tendances démographiques récentes exposent le manque de fiabilité des statistiques palestiniennes. Cela augure bien pour la posture d'Israël dans le processus de négociation avec l'Autorité palestinienne, mais surtout pour Israël l'économie et la sécurité nationale, qui bénéficiera d'une croissance naturelle exceptionnellement élevée (quantitativement et qualitativement), par rapport à toutes les autres économies avancées, qui peut avoir à compter sur les travailleurs étrangers afin de soutenir la croissance économique.

Partager cet article

Repost 0
mordeh'ai