Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Malaassot - le blog de mordehai - ! ברוך הבא
  • Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא
  • : Défenseur de l'unité et de l'indivisibilité de Jérusalem Juive et capitale de l'Etat d'Israel sans aucun partage
  • Contact

Recherche

21 juillet 2016 4 21 /07 /juillet /2016 16:24

Par Isi Leibler

hebrew_buttonredo

 

 

http://wordfromjerusalem.com/global-chaos-a-byproduct-of-the-failure-to-confront-evil/

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif

ISIS-2

Il y a une génération, le terme de mal avait du sens. Il n'y avait pas cœurs saignants - certainement pas ceux des Juifs - qui minimisait la malveillance des nazis. Le mal était épouvantable.

Aujourd'hui, alors que le relativisme moral domine, le monde a effectivement abandonné le concept du mal, le remplace par un politiquement correct «sophistiqué» dans lequel les agresseurs et les victimes sont souvent considérés comme équivalents moraux. Par exemple, les critiques de la terreur islamique sont accusés d'islamophobie.

Il «choque» sur les meurtres de masse et les décapitations par des fondamentalistes islamiques, mais on nous dit qu'il est trompeur de décrire des comportements tels que le «mal» parce que cela détourne l'attention de la véritable source - l'exploitation coloniale. Nous avons également entendu à plusieurs reprises le mantra que la souffrance sociale et économique est cause de désespoir et fournit l'incitation pour le recrutement djihadiste. Pourtant, la majorité des terroristes d'ISIS opérant dans les villes occidentales sont des diplômés universitaires issus de familles de classe moyenne.

En outre, les gouvernements occidentaux, dont les pays maintenant doivent faire face à des attaques terroristes de "dormants" et partisans d'ISIS de race intérieure au pays, enfouissent leurs têtes dans le sable et refusent de faire face à la réalité de l'ennemi - le mal - du fondamentalisme islamique incubé dans les communautés musulmanes dont le rang est réticents ou craintif d'exposer les conséquences des jihadistes dans leur milieu.

Au cœur de cela c'est le refus d'identifier et de faire face à la menace islamiste comme un mal mondial cherchant à détruire l'héritage moral judéo-chrétien et de substituer à la démocratie la charia ou le califat.

Cette fuite d'utiliser des concepts tels que le bien et le mal est mis en évidence par le traitement d'Israël qui, dans ce contexte, est vraiment le canari dans la mine de charbon et met en lumière la descente mondiale dans l'amoralité. Ainsi, par exemple:

  • Israël est la seule démocratie dans la région du Moyen-Orient - une société fondée sur le droit et l'égalité et la liberté sans réserve d'expression Malgré des voisins arabes hostiles, à la recherche de sa destruction, il offre l'égalité politique complète à tous ses citoyens aussi bien arabes que Juifs Visite d'un hôpital, un centre commercial ou un parking à apprécier la façon dont il est scandaleux d'employer des termes tels que l'apartheid en Israël.

Cela contraste avec l'Autorité palestinienne et le Hamas, où les droits de l'homme fondamentaux sont niés et où une société criminelle favorise le terrorisme. Ses mollahs glorifient les "chahids" et les mères se vantent fièrement de leurs enfants-martys à la télévision et expriment l'espoir que beaucoup plus de leur progéniture suivra.

L'Autorité palestinienne et le Hamas fournissent des pensions substantielles aux familles des personnes tuées pendant le meurtre des juifs ou emprisonnées dans les prisons israéliennes. Les écoles, les places de la ville et les clubs de football sont nommés en leur honneur. De plus, chaque fois qu'un Juif est assassiné, les célébrations spontanées éclatent dans les rues palestiniennes.  Vraiment une culture de la mort.

Pourtant, la communauté internationale applique en permanence l'équivalence morale à la démocratie d'Israël et la société palestinienne criminelle. Le mal est ignoré.

  • Les propositions de deux premiers ministres israéliens, Ehud Barak et Ehud Olmert, ont été repoussées par Yasser Arafat et Mahmoud Abbas quand ils ont offert aux Palestiniens 97% des territoires précédemment occupés par les Jordaniens. La «droite», Benjamin Netanyahu, a fait beaucoup plus de concessions que Its'hak Rabin qui était toujours prêt à envisager, y compris le soutien d'une politique soumise à des garanties de sécurité et de la reconnaissance palestinienne d'Israël comme un Etat juif à deux Etats. L'objectif palestinien reste de mettre fin à la souveraineté juive dans les étapes en exigeant des concessions sans réciprocité.

Pourtant, la communauté internationale - dirigée par l'administration Obama - au mieux blâmé les deux côtés de manière égale pour la rupture des négociations, mais généralement a tenu Israël pour responsable. Encore une fois, un déni du mal et de l'application de l'équivalence morale.

  • La région du Moyen-Orient rappelle l'âge des ténèbres avec un demi-million de civils innocents massacrés et plus de 4 millions de personnes déplacées de leurs foyers.

Au lieu de faire face à ces atrocités, l'administration Obama mène le peloton qui diabolise les Israéliens pour la construction de maisons dans les quartiers juifs. Cette obsession sur les «colonies», qui autre que Jérusalem comprennent 3% des territoires administrés formellement par les Jordaniens, est tout à fait bizarre. Personne ne soutiendra qu'il est interdit à un Arabe israélien de construire sur la propriété, qu'il a acheté. Cependant, les Juifs qui ont acheté des terres légitimement sur la soi-disant Ligne verte sont criminalisés. Comment il est grotesque qu'un Israélien étendant une terrasse devant sa maison de Jérusalem pourrait conduire à des sanctions alors qu'à quelques kilomètres, c'est l'assassinat et le chaos qui se poursuivent sans relâche.

  • Les dirigeants occidentaux et leur affichage de leur lâcheté par des médias quand ils rampent devant les islamistes dans leurs rapports d'atrocités terroristes avec leurs implications que les actes terroristes comme le coup de couteau mortel à une jeune fille de 13 ans dans son lit en Israël sont de la "résistance à l'occupation".

Il est méprisable quand les représentants américains et européens restent silencieux à l'ONU alors que président de l'Autorité reçoit des ovations après avoir livré ses diffamations de sang contre Israël et nie tout lien entre les Juifs et Jérusalem. Quand ils soutiennent ou s'abstiennent le vote de résolutions de l'ONU diabolisant ou délégitimisant l'Etat juif, ils deviennent complices actifs du mal.

Equivalence morale - c'est ce qui est à l'ordre du jour en relation avec Israël - étant un précurseur d'un effondrement global de confiance des masses de bases dans les pays démocratiques.

Selon toute vraisemblance, l'histoire va définir comme le point tournant dans l'islamisation de l'Europe, de l'Union européenne, dirigée par l'Allemagne, par l'absorption de millions de «réfugiés» du Moyen-Orient - qui ironiquement avaient été rejeté comme des risques à la sécurité par l'Arabie Saoudite et les États du Golfe. La plupart de ces migrants ont été formé contre la démocratie et sont fanatiquement antisémites. Leur humiliation des femmes et des principaux éléments criminels sont minimisées par les gouvernements et les médias. Leur présence fortifie les concentrations islamiques existantes dans les grandes villes européennes et modifie de façon permanente les données démographiques.

Le refus et l'incapacité à faire face à l'ennemi le mal du fondamentalisme islamique a miné la stabilité politique mondiale et généré le chaos et la base de la révolte contre l'établissement. Aux Etats-Unis, le niveau du discours pré-électoral est descendu à un plus bas niveau. Cela vaut également pour les pays européens, avec Brexit signalant la désintégration possible de l'Union européenne. Il y a une forte augmentation des partis politiques nationalistes et de droite que les gens regardent avec horreur que leurs sociétés sont englouties par les islamistes et le visage contre le terrorisme à leur porte - la dernière étant le massacre horrible à Nice avec plus de 80 tués.

Il y a de la lumière au bout du tunnel. En fin de compte, les bouleversements  locaux, nous l'espérons créeront un appel au réveil mondial et à un leadership plus responsable et courageux qui sans équivoque combattra le mal.

Dans ce contexte, Israël n'a jamais été aussi fort qu'aujourd'hui. Il est capable de s'affirmer et nous espérons être reconnu comme un partenaire constructif et précieux dans la guerre mondiale contre le fondamentalisme islamique et cesser d'être le bouc émissaire de l'échec de la détermination par la direction mondiale actuelle.

Partager cet article

Repost 0
mordeh'ai