Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Malaassot - le blog de mordehai - ! ברוך הבא
  • Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא
  • : Défenseur de l'unité et de l'indivisibilité de Jérusalem Juive et capitale de l'Etat d'Israel sans aucun partage
  • Contact

Recherche

17 juin 2016 5 17 /06 /juin /2016 06:30

Israël fait un revirement historique - au Nord-Est

Par Giancarlo Elia Valori, RUSSIE INSIDER

http://www.israpundit.org/archives/63615626

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif

 

Il y a beaucoup de signes qui nous font penser qu'une nouvelle relation stratégique entre la Russie et Israël est en train de naître.

 

Dans l'ensemble, nous pouvons maintenant supposer que l'Etat juif a déjà évaluer le désengagement des États-Unis au Moyen-Orient - et tente donc de définir une politique de «remplacement» par l'amélioration des liens avec la Fédération de Russie.

 

Evidemment que les mauvaises relations personnelles entre le président Barack Obama et le Premier ministre Netanyahu pèsent un poids considérable, mais nous assistons à une véritable redéfinition de l'équilibre géopolitique de toute la région. En outre, les États-Unis et l'attitude apathique de l'UE envers le traité JCPOA sur le pouvoir de l'énergie nucléaire iranienne / tant civile que militaire, à juste titre critiqué par le Premier ministre Netanyahu et l'ensemble de l'établissement politique d'Israël, avait une influence notable.

 

La Russie, qui a déjà «gagné» la guerre en Syrie, et Israël, qui a tiré toutes les conséquences géopolitiques des «printemps arabes» et le soutien initial ambigu américain pour les anti-Assad les «rebelles» syriens, font presque à eux seuls la refonte de la carte du Grand Moyen-Orient. Quoi qu'il arrive en Syrie à partir de maintenant, les États-Unis sont destinés à être progressivement marginalisés à la fois dans les régions sunnites et chiites, ne plus avoir l'influence qu'ils avaient encore il y a quelques années dans une série d'alliances (avec la Russie, Israël, l'Arabie Saoudite et la Jordanie ).

 

Les signes d'un "nouveau départ" pour les relations russo-israéliennes sont multiples. Il suffit de penser à la Russie de rendre un char israélien M48 Patton capturé par les Syriens dans la guerre du Liban en 1982 au cours d'une embuscade près de Sultan Yaakov dans lequel les trois conducteurs de char ont été tués. Il avait été envoyé par Hafez el Assad à Moscou pour étude par les services techniques soviétiques du renseignement, et plus tard placés dans le Musée des Tanks de Kubinka.

 

Cependant, il n'y a aucunes nouvelles officielles sur le sort des trois soldats de Tsahal. Il est évident que le président Vladimir Poutine a informé à l'avance Bachar al-Assad de sa décision, et rien n'empêche la direction alaouite syrienne actuelle de décider à l'avenir de fournir au gouvernement israélien des informations sur le sort des trois conducteurs du char.

 

En outre, au cours de toutes les opérations russes en Syrie, des soldats russes et israéliens se sont réunis régulièrement pour échanger des informations évitant ainsi la répétition des efforts. Les Russes ont toléré quelques intrusions - qui ont été régulièrement signalées - des avions israéliens sur les hauteurs du Golan et dans le centre de la Syrie, tandis que l'Etat juif toléré (ayant eu avertissement préalable) certains avions russes survolant son territoire. Il est clair que la sortie des négociations entre la Russie et Israël se composent de trois éléments étroitement imbriqués.

 

Israël veut que la Fédération de Russie agisse en tant que médiateur et d'user de son pouvoir de courtier crédible entre Israël et la région palestinienne, car il est reconnu par les deux parties. En outre, l'Etat juif s'oppose à tout transfert de technologie militaire, de l'information et de la logistique de la Russie à ses alliés en Syrie: au Hezbollah, aux brigades iraniennes des Pasdaran Al Qods Force, et au gouvernement de Bachar al-Assad. Nous ne pouvons pas exclure que - dans les mois ou les années à venir - un axe russe / israélien pourrait remodeler le Moyen-Orient.Actuellement, les principales puissances ont ni père ni mère, et le remplacement des grandes puissances par l'Iran et l'Arabie Saoudite ne durera pas longtemps, car ils sont trop petits pour être en mesure de créer de profondes corrélations stratégiques. D'où le temps est venu pour le Moyen-Orient de s'ancrer à une puissance mondiale, l'axe russo-chinois, avec Israël agissant comme un contrepoids régional.

 

Il convient de rappeler que la Chine a déjà fait des vols militaires sur le territoire syrien. la politique «non interventionniste» de la Chine ne signifie pas un manque de connaissance ou de l'absence de pression et d'ingérence. Les négociations russo-israéliennes impliquent également une garantie de la Russie pour Israël concernant d'éventuelles opérations militaires iraniennes, la marginalisation du «Parti de Dieu» des chiites libanais, un nouveau gouvernement Assad qui ne vise pas à détruire «l'entité sioniste», ou la division de l'actuelle Syrie en trois parties, avec l'apaisement conséquente de ses factions internes.

 

C'est la ligne des États-Unis, et en partie aussi celle de certains décideurs israéliens. Toutefois, la Russie pense que tout le sud de la Syrie devrait revenir sous le régime d'Assad, Comme en Israël, ainsi que les Etats-Unis, l'Arabie Saoudite et la Jordanie, estime qu'un mini-État en Syrie du Sud est nécessaire pour qu'Assad et ses alliés iraniens envahissent les hauteurs du Golan.

 

L'offre du Président Poutine à l'Etat juif semble être la suivante: si Israël devait accepter une "Grande Syrie", les forces russes resteraient dans la région occidentale du pays pour protéger Israël contre toute action du gouvernement d'Iran ou d'Assad.

 

Voilà pourquoi la Russie veut rouvrir les relations politiques entre Assad et Israël, pour tirer le gouvernement baasiste loin de l'Iran et de la ligne géopolitique des chiites libanais, qui n'est même pas dans son intérêt. D'où la raison stratégique du geste symbolique de la restitution du char israélien.

 

Néanmoins, il y a plus dans le nouveau projet russe du Moyen-Orient et dans la réponse israélienne à la montée de la puissance russe au Moyen-Orient.

Au cours de la visite de Netanyahu en Russie le 21 Avril, 2016, par exemple, le Premier ministre israélien et le président russe ont souligné l'intérêt de la Russie dans le développement et l'exploitation du nouveau gisement de gaz naturel au large des côtes connu comme le Léviathan, qui sera le véritable "changeur de jeu" au Moyen-Orient dans un avenir proche. Si GazProm coopère dans l'exploitation et la commercialisation du champ gazier offshore entre Haïfa et la bande de Gaza, il sera vital pour la Fédération de Russie d'assurer - avec Israël - la sécurité des communications, en particulier en ce qui concerne les actions possibles du Hezbollah du Liban ou la pression de l'Iran sur le Golan.

 

Ce nouveau système d'énergie va enfin transformer les relations entre Israël et la Turquie, qui sera la plaque tournante du gaz naturel extrait du champ Leviathan, et permettra aux entreprises pétrolières et gazières russes d'entrer sur le marché du Moyen-Orient, à l'exclusion des entreprises américaines opérant en Turquie et dans la plupart du monde sunnite. Il convient de rappeler que l'Iran et le Qatar opèrent désormais principalement sur le marché du gaz naturel, et le grand champ gazier de Leviathan israélien pourrait donner des idées à beaucoup de musulmans féroces, chiites ou sunnites adversaires de la trêve avec l'Etat juif.

 

Par conséquent, trois visites de Netanyahu en Russie en plus d'une année sont essentielles à la fois pour la politique étrangère d'Israël et son avenir économique. Par ailleurs, Israël sait que l'administration Obama estime que certains territoires conquis par l'Etat juif ont été annexés illégalement et ce fait pourrait rapprocher la Russie et Israël plus étroitement dans l'avenir. La Russie doit maintenir sa présence en Ukraine et défendre l'annexion de la Crimée au niveau international. Si Israël soutient les demandes de la Russie, il est très probable qu'elle soutienne le droit d'Israël de garder les territoires palestiniens. En outre, en termes strictement militaires, les craintes de l'Etat juif que la présence d'armes de pointe de la Russie vendues à l'Iran - comme le missile Iskander ou les batteries de systèmes de défense aérienne S-400 - rendrait le territoire syrien très dangereux pour la sécurité d'Israël.

 

Par conséquent, les garanties opérationnelles très spécifiques et une idée claire des défenses russes vers l'est et le long de la route du futur gazoduc Leviathan seront nécessaires pour rassurer Israël des bonnes intentions de la Fédération de Russie. On dit, cependant, que le déploiement du Triumph S-400 et d'autres armes russes avancées sont essentiellement de l'artifice à des fins "d'image", et certains analystes britanniques ne croient même pas que ces rapports soient fondés.

 

Pourtant, depuis 2007, la Russie a déjà mis en place un poste d'écoute sur les hauteurs du Golan, qui contrôle le trafic téléphonique d'Israël (via Internet et par voie électronique) et, surtout, ses centres de prise de décision. L'Etat juif a également des postes d'écoute là-bas et dans d'autres zones de sécurité de la région du Moyen-Orient. En d'autres termes, à la fois le président Poutine et le Premier ministre Netanyahu mettent toutes leurs cartes sur la table, étant bien conscients des projets et de la «connaissance tacite» qu'ils ont les uns des autres.

 

Compte tenu de toutes ces conditions, dans le meilleur scénario possible, Israël pourrait:

a) remplacer –- à long terme –- les Etats-Unis par la Fédération de Russie comme un allié mondial et une présence de référence dans la région du Moyen-Orient.La classe dirigeante américaine est étroitement liée au lobby saoudien, tant en termes de subventions financières que politiques. Les deux guerres de la Coalition menée par les USA en Irak ont ​​perturbé l'ennemi principal de l'Arabie Saoudite, à savoir l'Iran. Ils ont placé un système militaire occidental avancé entre l'Arabie Saoudite et son ennemi iranien et créé un centre de gravité au nord de l'Arabie Saoudite, la stabilisation de toute la région sous les sunnites saoudiens.

En outre,

b) Israël peut compter sur la puissance du courtier russe en tant que médiateur plus stable et plus crédible, à la fois vis-à-vis des Palestiniens et, à long terme, en relation avec le monde chiite et alaouite. Les États-Unis ont placé tous ses paris dans le Grand Moyen-Orient sur la démocratisation et la sécularisation des populations et des régimes qui ne possèdent pas la même culture, l'histoire ou les liens entre la religion et la politique comme ceux de l'Ouest. Il est également intéressant de noter que leurs opérations psychologiques et les opérations de propagande étaient, et sont encore, souvent incompréhensibles pour les énormes masses islamiques du Grand Moyen-Orient.

 

La modernisation réussie dans l'islam, le cas échéant, c'est le djihad, ne s'adaptant pas à l'univers culturel occidental laïcisé. Pas tous les Arabes décident d'être "shahid", à savoir des martyrs pour Al Qaïda, mais les masses arabes ont célébré - dans les rues - la destruction des Twin Towers et l'attaque du Pentagone.

 

Ce sont les nouvelles images et le récit avec lesquels nous devons parvenir à un accord, selon « la métaphysique de l'imaginal en terre d'islam ».– un concept philosophique développé par l'orientaliste Henry Corbin, qui a cru que le terme “imaginaire” avait acquis un sens très restreint dans la philosophie de l'Occident – en raison du fait que la balance de grand pouvoir au Moyen-Orient a été remplacée par de plus petits pouvoirs régionaux qui ont radicalisé leur idéologie pour cacher leur insuffisance stratégique, militaire et géopolitique ou échec.

 

Depuis les deux guerres en Irak, les États-Unis ont vu la région de l'Est à travers les yeux d' occidentaux - pour reprendre le titre d'un grand roman de Joseph Conrad, (initialement fixé - soit dit en passant - à Saint-Pétersbourg), une stratégie globale de la démocratisation et de la sécularisation qui a clairement échoué, et à laquelle la classe dirigeante américaine ne peut que répondre par la formule de Jeffersonian: aucun enchevêtrement.

 

Mais peut-il y avoir une puissance mondiale, avec une monnaie mondiale, sans enchevêtrement? Ce paradoxe de la politique étrangère des États-Unis ne peut pas être résolu à court terme.

 

Finalement

 Israël, en collaboration avec la Fédération de Russie, sera en mesure de se projeter à l'échelle mondiale. À l'avenir, il y aura une place pour Israël dans le One-Belt chinois (nouvelle route de la Soie), l'Initiative d'une route en Asie centrale, en Inde, même en Amérique latine et dans certaines régions d'Afrique. Tous les domaines maintenant dans la région stratégique russe et chinoise, tandis que l'UE se retire même de la Méditerranée (tout en augmentant son taux déjà considérable d'antisémitisme) rêvant, en collaboration avec les États-Unis, d'une renaissance irrationnelle de la guerre froide, avec les opérations actuelles de l'OTAN en Pologne.

 

Il est intéressant de noter, cependant, que les deux Crimée et Ukraine sont aux mains des Russes, au moins de facto, et qu'une opération militaire contre les positions de l'OTAN le long de la frontière avec la Fédération de Russie peut être conduite à partir de ces zones - une opération difficile pour l'OTAN de s'opposer.

Partager cet article

Repost 0
mordeh'ai