Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Malaassot - le blog de mordehai - ! ברוך הבא
  • Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא
  • : Défenseur de l'unité et de l'indivisibilité de Jérusalem Juive et capitale de l'Etat d'Israel sans aucun partage
  • Contact

Recherche

1 mai 2016 7 01 /05 /mai /2016 17:45

Par Jean-Pierre Bensimon

http://fim13.blogspot.fr/2016/04/une-autre-lecture-de-la-decision-de.html

 malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif

 

L'adoption de la "décision" du Conseil exécutif de l'UNESCO du 15 avril dernier a provoqué beaucoup d'émotion parmi les soutiens juifs d'Israël, d'autant qu'à la différence de plusieurs grands pays occidentaux, la France (1) a voté en sa faveur.

 

Ces soutiens ont retenu avant tout le négationnisme qui sous-tend en filigrane le texte de cette décision, d'un bout à l'autre. En effet, des noms arabes y sont attribués à tous les lieux hautement symboliques de la tradition juive (le Mont du Temple, le Caveau des Patriarches, la tombe de Rachel, etc.) et il n'est fait mention nulle part d'un lien antique des Juifs avec Jérusalem ou avec la "Terre d'Israël."

 

Le texte de la décision du 15 avril a été rédigé par les experts de l'Autorité palestinienne et il a été présenté à l'UNESCO par six pays tous arabo-musulmans à l'exception du Liban. (2) Les soutiens juifs d'Israël ne doivent pas attendre que les Palestiniens, les grands experts contemporains de la guerre idéologique, diplomatique et juridique, leur fassent le cadeau de se préoccuper de la vérité ou même de la vraisemblance quand ils rédigent leurs libelles. Ils ne doivent pas attendre de leurs ennemis implacables, ni de leurs faux amis, la reconnaissance loyale de leur identité et de leurs droits. Quand très justement Benjamin Netanyahou demande en préalable aux Palestiniens de reconnaître Israël comme l'État du peuple juif, il les met au pied du mur. Il les oblige en creux à avouer par leur refus qu'ils visent exclusivement la disparition de l'État juif de la région et non une quelconque coexistence.

 

La force de la Tradition juive ne dépend pas du consentement de Ramallah ni de Paris, mais de la conviction intime de ceux qui s'en réclament. La légitimité et la matérialité de la présence juive à Jérusalem, la pérennité du pouvoir juif en Israël, ne découlent ni de la reconnaissance de l'Autre, ni de la force des textes juridiques qui les établissent. Elles doivent tout à l'unité du peuple, à la capacité de défense et de dissuasion de l'État juif, à son aptitude à passer des alliances, et à sa contribution indispensable à la modernité du monde dans son ensemble.

 

Le narratif arabo-palestinien qui nie l'existence d'un temple juif antique à Jérusalem, qui prétend que Jésus était palestinien, ou qui affirme que les Juifs "installent de fausses tombes" dans les cimetières, est une construction cousue de fil blanc. Elle veut asseoir l'idée que les Juifs sont de purs étrangers qui ont inventé une fable pour prendre leur terre aux autochtones. Un tel "récit" provoque plutôt l'amusement du Juif , du chrétien, du théologien musulman, de l'historien, de l'anthropologue, etc (3) D'ailleurs, rien dans le Coran, a fortiori dans les Évangiles, ne donne le moindre prétexte à ces divagations. Il serait donc tout à fait réducteur de limiter la portée de la décision de l'UNESCO à un antagonisme ou à une négation cantonnés à la sphère religieuse. La lecture de la décision du 15 avril doit être fondamentalement politique, et justement, ne pas tomber dans le piège de la provocation religieuse qui est tendue.

 

De ce point de vue, la décision de l'UNESCO met à jour de cruelles vérités.

 

1) Le texte présenté sous l'intitulé "Palestine occupée" se caractérise par son extrême violence. Israël est qualifié de "puissance occupante" à chaque paragraphe. Les mensonges grossiers pullulent au point qu'il serait dérisoire d'en mentionner quelques uns. Les accusations plus acerbes les unes que les autres saturent l'espace rédactionnel. En un mot ce texte donne la preuve aveuglante que les Palestiniens (4) n'ont pas la moindre intention d'entrer dans un processus diplomatique de négociation, ni d'envisager le moindre compromis. Celui qui cherche une issue pacifique met entre parenthèses une part de ses rancœurs et tente d'imaginer les bénéfices d'un futur arrangement. Rien de semblable quand on accuse le partenaire potentiel d'installer de fausses tombes dans les cimetières, d'attaquer les écoles, de tuer les enfants, de violer ce qui est sacré, etc. Pire encore, quand on gomme systématiquement le nom du futur partenaire et ceux qu'il a donnés aux lieux, et aux lieux saints en particulier. On apprend donc avec ce texte que les Palestiniens rompent tous les ponts de la négociation avec Israël.

 

2) La France a voté sans équivoque en faveur de la décision présentée le 15 avril. Il est très important de noter que de grands pays occidentaux, le Royaume Uni, l'Allemagne, les Pays Bas et les États-Unis ne se sont pas abstenus mais ont voté contre (5).

 

Or ce vote intervient en pleine "initiative de paix française." La France a pris à son compte la relance du "processus de paix." Suite à l'échec des négociations Kerry en avril 2014, les États-Unis ont décidé de ne pas initier un nouveau cycle diplomatique, à l'approche des élections présidentielles de novembre 2016. La France s'est empressée de remplir ce vide, en proposant deux conférences internationales, des négociations et une résolution du Conseil de sécurité.

 

Mais il est inscrit à la première page de l'abcdaire de la diplomatie que la qualité première de l'intermédiaire ou du facilitateur est l'impartialité, feinte peut-être, mais toujours affichée. C'est indispensable s'il veut obtenir un minimum de confiance de la part des protagonistes et être considéré comme fiable par les tierces parties. Or par son vote d'un texte effroyablement haineux et destructeur, négationniste et hostile à tout compromis, la France plonge dans le camp de la partie palestinienne incarnée par Mahmoud Abbas et consorts, la tête la première. Par ce vote le France a donc perdu toute vocation à piloter un processus diplomatique authentique visant à un compromis. C'est la seconde leçon de l'épisode de l'UNESCO.

 

3) Mais ce n'est pas tout! On a vu que la France a voté pour la décision alors que trois grands pays de l'Union européenne, l'Allemagne, le Royaume Uni et les Pays Bas on voté contre. De plus l'Italie et la Grèce se sont abstenues. De l'autre coté, l'Espagne et la Suède ont voté pour. Cela signifie que sur cette question essentielle de politique internationale, le vote français a profondément fracturé l'Union européenne. On aurait pu imaginer que la diplomatie ait pu aboutir à une solution médiane comme l'abstention collective. Mais non, la France a tenu à son vote, quitte à faire voler en éclats la supposée solidarité européenne. Elle tenait donc davantage à son soutien à l'extrémisme palestinien qu'à l'Europe. Cela donne des indications sur la cohésion actuelle de l'Union européenne, et sur l'importance de ce paramètre dans la politique extérieure française. Mais cela nous apprend aussi que la France ne pourra pas attendre un appui effectif de ses grands partenaires européens pour la réussite de son "initiative de paix." Encore une initiative du pouvoir de François Hollande qui prend dès le début un tour chaotique.

 

4) Pire encore! Les trois grands pays européens qui ont voté à l'inverse de la France étaient en cohérence avec États-Unis. Or on sait que les États-Unis se méfient des flottements du hollandisme, ce qui n'est pas tout à fait surprenant. Mais aussi ils sont ravis de la prééminence croissante de l'Allemagne dans l'Union européenne. Ils tiennent à ce que l'Europe garde un minimum de cohésion et ils misent sur la stabilité et la prospérité de notre grand voisins de l'Est pour en assurer le leadership. Ces votes germano-américains convergents, et l'auto isolement de la France, sont le signe navrant d'un effacement croissant de Paris sur la scène européenne.

 

D'autant que le prix politique élevé que l'Hexagone est amené à payer bénéficie à une petite phalange de jihadistes vieillissants qui se remplissent les poches d'euros et de dollars à longueur de temps, dans leur palais de Ramallah.

 

La France fera un jour le bilan de son addiction "palestiniste" pluri-décennale, régimes de gauche et de droite confondus. Malheureusement, elle se rendra compte que l'addiction se paie cher et qu'elle aura été menée très bas.

 

Notes

1 - Quand nous parlons de "la France," nous désignons le président de la République, sa politique, et les équipes de l’Élysée qui agissent aujourd'hui en son nom dans le concert international, et non la nation française.

2 - Il s'agit de l'Algérie, de l'Égypte, du Liban, d'Oman, du Qatar et du Soudan.

3 - Bill Clinton l'avait pris autrement. Il raconte qu'il avait failli mettre son poing dans la figure d'Arafat quand celui-ci lui avait raconté ces sornettes à l'issue de la négociation de Camp David de septembre 2000.

4 - C'est moins vrai des six États qui ont parrainé le texte et qui ont pu obéir à des contraintes de politique intérieure ou à une assommante routine diplomatique.

5 - La Lituanie et l'Estonie ont aussi voté contre.

 

Mettre en relation le vote de la France avec son ''initiative de paix'' c est bien vu !

Mais ce faisant la France perd toute neutralité, ce qui un comble en diplomatie

Je me dis donc : les gens du Quai d'Orsay sont-ils cons au point de ne pas comprendre qu ils ont eux meme coupé la branche sur laquelle.....?

Seule une passion profonde submergeant toute raison peut expliquer une telle bevue : la haine profonde d'Israel et des Juifs

Seule conclusion logique : Vichy n'a jamais quitté le Quai d'Orsay.

JP Lledo

 

 

Partager cet article

Repost 0
mordeh'ai