Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Malaassot - le blog de mordehai - ! ברוך הבא
  • Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא
  • : Défenseur de l'unité et de l'indivisibilité de Jérusalem Juive et capitale de l'Etat d'Israel sans aucun partage
  • Contact

Recherche

3 mai 2016 2 03 /05 /mai /2016 12:57

Le plateau du Golan est leur dernière "indignation"

Par P. David Hornik

http://www.frontpagemag.com/fpm/262643/muslim-countries-slam-israel%E2%80%94-protecting-them-p-david-hornik

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif

 

Mardi, l'Organisation de la Coopération Islamique a tenu en "urgence" une réunion "extraordinaire" à Jeddah, en Arabie Saoudite.

 

L'OCI comprend des pays ravagés par la violence comme la Syrie, l'Irak, le Yémen, la Libye, l'Afghanistan, le Nigeria, et d'autres, ainsi que les pays très pauvres et dysfonctionnels comme le Burkina Faso, la Somalie, le Bangladesh, et d'autres. Pas un seul des 57 pays de l'organisation est un précurseur en termes de liberté et de prospérité, et la plupart sont bien en deçà de ce niveau.

 

Mais le thème de la "réunion d'urgence" de mardi était que le 17 Avril, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a déclaré que: «Israël ne se retirera jamais des hauteurs du Golan."

 

Le communiqué final de la réunion "condamne fermement Israël, puissance occupante, et ses actes macabres à modifier le statut juridique, la composition démographique, et la structure institutionnelle du Golan syrien occupé." Il a également "exprime son soutien inconditionnel au droit légitime du peuple syrien pour rétablir leur pleine souveraineté sur le Golan syrien occupé ».

 

La Ligue arabe dont les 22 États membres constituent une bonne partie importante de l'OCI-avait déjà pesé sur les paroles de Netanyahu le 21 Avril, appelant à mettre en place un tribunal pénal spécial et mettre Israël enjugement pour sa transgression.

 

Le Golan a été contrôlé par la Syrie 1948-1967, au cours de cette période les canonniers syriens ont tiré souvent sur les communautés israéliennes en-dessous et ont forcé leurs habitants à dormir dans des abris. Israël a conquis le Golan à la Syrie en 1967 lors de la guerre des Six jours-et heureusement, depuis lors, l'a gardé et développé.

 

Aujourd'hui, avec la Syrie qui est dévolue à une guerre hobbesienne et sa fragmentation, les hauteurs sont d'autant plus stratégiques vitales pour Israël, et l'idée de les échanger pour la «paix» a — au moins dans le discours israelien —  est mort d'une mort bien méritée. A propos du Golan, il ne représente que moins de 1 pour cent du territoire syrien, et la perte pour la Syrie de celui-ci est le moindre de ses problèmes il y a déjà près de 50 ans.

 

Mais il y a encore l'ironie de la Ligue arabe et des réactions de l'OCI aux paroles de Netanyahu.

 

À l'heure actuelle, Israël est engagé dans une coopération stratégique étroite avec deux de ses voisins  —  l'Egypte et la Jordanie — contre ISIS, l'une des deux plus dangereuses entités qui combattent maintenant en Syrie. Plus largement, selon de nombreux rapports, ainsi que des notes qui ont fuité par les dirigeants israéliens et certains leaders arabes, Israël et les arabes sunnites Etats-dirigés par l'Arabie Saoudite, également travaillent ensemble contre l'axe iranien, la seconde des deux forces les plus menaçantes qui oeuvre maintenant en Syrie.

 

Alors, non seulement, les pays arabes et musulmans comme des personnes morales dénoncent Israël comme un "sinistre" criminel même lorsqu'il agit comme un allié crucial pour quelques-uns de ces pays. Ils réagissent également avec indignation à la politique de retention du Golan qui garde Israël fort face à des menaces émanant du territoire syrien.

 

Les signataires du communiqué de mardi à Jeddah savent que plus il existera un «peuple syrien» dont la souveraineté sur le Golan pourrait être restauré. Certains des signataires savent aussi qu'un Israël fort est aujourd'hui l'un des garants de leur survie; et plus précisément, que la présence d'Israël sur le Golan comme bouclier aide la Jordanie contre le péril imminent

 

Que les mots de Netanyahu sur le maintien du Golan continuent de susciter des dénonciations féroces, puis, reflètent quelque chose de plus profond: une, profonde antipathie constante à l'égard d'Israël qui est, sous contrôle-juif car toute cette terre est considérée comme un domaine musulman, par des droits. De ce point de vue, même pour Israël de tenir un ruban de terre de ce qui était autrefois la Syrie, gagné dans une guerre défensive il y a près d'un demi-siècle, est désagréable.

 

Cette même antipathie a été exposée plus tôt ce mois-ci lorsque sept pays, y compris arabes comme l'Egypte ont obtenu que l'UNESCO adopte une résolution particulièrement vicieuse niant tout lien juif avec les plus sacrés des sites du judaïsme à Jérusalem, en les déclarant exclusivement sites musulmans, et allant jusqu'à accuser Israël (Parmi les «oui» la voix.: de la France,de l'Espagne et de la Suède) "de placer des tombes de faux juifs dans ... les cimetières musulmans."

 

Ces éruptions rhétoriques suggèrent que, malgré les croissants derrière les coulisses de la collaboration, Israël reste très loin d'être accepté et légitimé dans la région. Son meilleur pari est de continuer à construire son pouvoir, qui obtient de la part de certains de ses voisins à traiter avec lui de façon pragmatique et rationnelle.

 

Quant aux pays arabes et musulmans, qu'ils continuent leur complexe avec l'Etat juif géographiquement minuscule, et les affichages répétés de se liguer contre lui dans une juste fureur, sont peu édifiants et liés à leur incapacité à résoudre leurs problèmes réels.

Partager cet article

Repost 0
mordeh'ai