Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Malaassot - le blog de mordehai - ! ברוך הבא
  • Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא
  • : Défenseur de l'unité et de l'indivisibilité de Jérusalem Juive et capitale de l'Etat d'Israel sans aucun partage
  • Contact

Recherche

31 mai 2016 2 31 /05 /mai /2016 05:32

Par Tsvi Sadan

http://www.israeltoday.co.il/NewsItem/tabid/178/nid/29297/Default.aspx

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif

 

gauchistes manifestent à Tel-Aviv contre le gouvernement élu d'Israël. (Flash90)

 

Le Jour, commémoratif de l'Holocauste  Le Maj.gén. Yair Golan, chef adjoint d'état-major de l'armée israélienne, a déclaré: «s'il y a une chose qui m'effraie dans le souvenir de l'Holocauste, c'est l'identification des processus de refroidissement qui ont lieu en Europe, notamment en Allemagne il y a 70, 80 et 90 ans, et de trouver des éléments de preuve qui prennent place parmi nous, ici, aujourd'hui, en 2016.»

 

Cette déclaration, et le soutien que Golan a reçu du ministre de la Défense Moshe Ya'alon, a non seulement conduit à la démission de ce dernier, mais il y a un début d'une campagne anti-gouvernementale dans laquelle des journalistes de renom préconisent maintenant ouvertement - un coup d'état.

 

Les colporteurs de cette idée sont Nahum Barnea du quotidien Yediot Aharonot et Zvi Bar'el du quotidien Haaretz. Sans surprise, ce sont des gauchistes qui jouent avec cette notion dangereuse qui pleurent sans cesse sur les dangers de la démocratie israélienne est confrontée depuis quelques temps aux vagues du «processus de refroidissement»  émanant de la droite.

 

Mettre fin à la démocratie afin de la sauver c'est la derrière logique de cette nouvelle fantaisie.

 

Intéressant dans ce dernier tollé c'est de savoir comment, en un clin d'œil, l'armée israélienne qui à ce jour a été traité par de nombreux gauchistes comme l'outil criminel entre les mains de  "l'occupation" est devenue la coqueluche de la gauche par ceux qui perçoivent que le chef d'état-major adjoint a atterri carrément dans leur camp.

 

D'abord pour suggérer que le signal avait été donné pour la révolte avait été donné par Zvi Bar'el dans son article "Vers la rebellion de l'Armée" publié plus tôt ce mois-ci.

 

Les mots hébreux "révolution" et "signal"("l'indice") sont différents dans leur signification, c'est l'utilisation intelligente de Bar'el qui les rend presque identique cela n'a pas échappé au regard acéré de Bar'el qui comprend bien qu'il est en train de perdre sa bataille idéologique contre la droite - fasciste. " Cette dérive fasciste doit être arrêtée," dit-il, mais comment? Puisque la démocratie ne peut pas empêcher la majorité des Israéliens de devenir plus traditionalistes, c'est le travail de l'armée d'y mettre fin.

 

«Pour commencer une révolution l'armée n'a pas besoin de prendre d'assaut la Knesset, le bureau du premier ministre ou les chaînes de télévision», écrit Bar'el. "L'armée ... devra décider ce qui constitue la menace ultime pour la sécurité et l'existence d'Israël." Et la menace ultime, selon Bar'el, ce ne sont pas l'Iran et ses mandataires antisémites, ni les nombreuses actions «Palestiniennes» visant à rayer Israël de la carte. la plus grande menace d'Israël est Netanyahu, qui en aucun cas, n'a accepté la vision de Haaretz, qui n'est pas si différente de celle du dirigeant palestinien Mahmoud Abbas.

 

Selon ce point de vue intéressant de protéger la démocratie, la responsabilité du major général est de se révolter contre un gouvernement élu et d'installer à sa place une partie au gré de Bar'el, comme Meretz, qui au mieux ne représente que 6% du vote de circonscription électorale d'Israël .

 

Cela dit l'armée devra décider le départ de la révolte contre un gouvernement élu, Bar'el se contredit et dit que «la révolution ou l'agitation militaire est la fin de toute démocratie.» On pourrait spéculer que Bar'el a écrit cette phrase pour échapper à l'accusation d'incitation à la mutinerie, ce qui pourrait lui valoir cinq ans de prison.

 

Prenant courage de l'absence de toute contestation judiciaire à l'appel de Bar'el pour mutinerie, deux jours plus tard, Nahum Barnea a écrit sa pièce "Expiation Rooster" *, ce qui suggère une sorte de repère doux qui ne comporte pas de chars et d'armes à feu ni de cadavres dans les rues . Au lieu de la violence, Barnea envisage un processus de sélection dans laquelle seuls les officiers partageant sa vision du monde seraient qualifiés pour les postes de hauts gradés. La plus grande peur de Barnea ce n'est ni la gauche ni la droite. Au contraire, c'est plus la peur de D.ieu, ou, plus précisément, des Juifs craignant D.ieu.

 

Barnea a été horrifié par  le ​​commandant du bataillon Givati, le colonel Ofer Winter osant encourager ses soldats avec des paroles de foi avant d'entrer dans la bataille dans la guerre de Gaza de 2014. " Ofer Winter s'embrouillait", écrit Barnea. «Il ne comprenait pas qui l'a envoyé sur sa mission et de qui il prend les ordres.» Craignant D.ieu craignant des soldats juifs qui depuis des temps immémoriaux ont cherché l'aide de D.ieu avant d'entrer dans la bataille, Barnea veut les empêcher d'atteindre les sommets.

 

Tremblant terriblement à l'idée que pour les «dix ans à venir toutes les visages de l'état-major seront comme ceux de l'hiver,» Barnea suggère de prendre dès maintenant des «mesures préventives» garantissant qu'Israël nomme des généraux selon des critères partisans.

 

Joseph Staline a appris à la dure la façon désastreuse, ce sont aux commissaires de commander l'armée. Mais la crainte de D.ieu de Barnea est assez grande pour justifier le risque d'un état-major général rempli de second choix.

 

Barnea, et tous ceux qui sont encore sur le terrain de la gauche, ont renoncé à l'espoir d'être réélus. « La gauche est plus active, peut-être même morte », se lamente Barnea, ce qui explique pourquoi «il n'a pas le choix, mais pose ses balises de détresses sur les généraux de l'armée israélienne.»

 

Bar'el et Barnea fantasment. Leur crainte de D.ieu est devenue si aiguë qu'ils cherchent maintenant refuge dans le camp de leur adversaire. Pourtant, la pensée de l'armée israélienne sauveur de la gauche est aussi réaliste qu'attendre de Barnea de mettre sa confiance dans le sauveur d'Israël.

*(abattage d'un coq blanc comme celui qu'on offre en expiation à Erev Kippour)

Partager cet article

Repost 0
mordeh'ai