Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Malaassot - le blog de mordehai - ! ברוך הבא
  • Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא
  • : Défenseur de l'unité et de l'indivisibilité de Jérusalem Juive et capitale de l'Etat d'Israel sans aucun partage
  • Contact

Recherche

27 mai 2016 5 27 /05 /mai /2016 22:03

Par Vic Rosenthal

http://abuyehuda.com/2016/05/kissingers-promise-and-obamas-fulfillment/

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif

 

Henry Kissinger le vieux champion de la realpolitique était dans l'actualité récemment, quand il s'est assis avec Donald Trump, pour le faire bénéficer de son expérience. Cela m'a fait penser aux nombreuses tentatives de Kissinger d'obtenir d'Israël de se retirer des territoires qu'il avait conquis en 1967, avant, pendant et - surtout - après la guerre du Kippour.

 

Kissinger est allé en Irak en Décembre 1975 pour essayer d'éloigner le régime de l'Union soviétique et d'améliorer les relations avec les États-Unis. Dans une discussion avec Saadoun Hammadi , le ministre irakien des Affaires étrangères, Kissinger a suggéré que lesoutien américain à Israël était le résultat du pouvoir politique et financier juif, il a promis que les Etats - Unis travaillaient pour forcer Israël à revenir aux frontières d'avant 1967, et a indiqué que les Etats-Unis ne soutiendraient pas l'élimination d'Israël, car il croyait que son existence n'était que temporaire. Voici un extrait ( la totalité vaut la lecture):

 

Je pense que, lorsque l'on regarde l'histoire, quand Israël a été créé en 1948, je ne pense pas que quiconque a compris. Il est né de la politique intérieure américaine. Il était loin et peu compris. Ce n'était donc pas une conception américaine pour obtenir un bastion de l'impérialisme dans la région. C'était beaucoup moins compliqué. Et je dirais que jusqu'en 1973, la communauté juive avait une énorme influence. C'est seulement dans les deux dernières années, en raison de la politique que nous poursuivons, qu'il a changé.

 

On n'a pas besoin d'Israël pour l'influence dans le monde arabe. Au contraire, Israël nous fait plus de mal que de bien dans le monde arabe.Vous-même vous nous dites que votre opposition à nous c'est Israël. Sauf peut-être que nous sommes des capitalistes. Nous ne pouvons pas négocier sur l'existence d'Israël, mais nous pouvons réduire sa taille à des proportions historiques.Je ne suis pas d' accord que Israël soit une menace permanente. Comment une nation de trois millions peut être une menace permanente? Ils ont un avantage technique maintenant. Mais il est inconcevable que les peuples avec la richesse, de la compétence et la tradition des Arabes ne développent pas la capacité qui est nécessaire. Donc ,je pense que dans dix à quinze ans, Israël sera comme le Liban-qui lutte pour son existence, sans influence dans le monde arabe. [je souligne] ...

 

Kissinger a également promis que l'aide à Israël, qu'il a présenté à la suite de l'influence politique juive, serait considérablement réduite. Il a indiqué que les changements juridiques aux États-Unis - il a dû se référait à la création de la Commission électorale fédérale en 1974 pour réglementer les contributions de campagne - ce qui atténuerait le pouvoir juif et donc le soutien américain à Israël. Naturellement, il ne prévoyait pas l'accord de paix israélo-égyptien, qui a établi de façon permanente un niveau élevé de l'aide militaire aux deux pays.

 

Il a en outre promis que les Etats-Unis soutiedraient un Etat palestinien de l'OLP si l'OLP acceptait la résolution 242 du CSNU et reconnaissait Israël. Cela c'est bien sûr ce qui est arrivé soi-disant dans les accords d'Oslo.

 

Kissinger a insisté pour que «Personne ne se prononce en faveur de la destruction d'Israël je ne vais pas vous induire en erreur, je ne le suis pas non plus. " Mais son allusion qu'un plus petit qu'Israël pourrait ne pas survivre est claire. Certes, il a compris qu'Israël de la taille d'avant 1967 (ce que Aba Eban appelé «lignes d'Auschwitz») n'aurait aucune chance de survivre, simplement en raison de la géographie stratégique de la région.

 

Kissinger avait tort à propos des Arabes qui développeront la capacité de défier Israël, mais leur place a été prise par l'Iran-nucléaire et ses mandataires, qui sont beaucoup plus dangereux que les Etats arabes ne l'ont jamais été.

 

La politique américaine, cependant, a gardé plus ou moins la même apparence, sauf que l'hypocrisie d'insister pour que les Etats-Unis soutiennent l'existence d'Israël, mais dans une taille d'avant 1967 est encore plus flagrante. La substitution de l'OLP aux Etats arabes comme destinataire souhaité du pays à prendre les d'Israël a à peine fait une vague que ce soit en Amérique ou chez les Arabes, ce qui suggère que la politique est plus sur Israël d'abandonner les territoirs aux Arabes.

 

La motivation originale pour les promesses de Kissinger était censée être le désir des États-Unis de remplacer l'Union soviétique comme le patron des Etats arabes. Après l'effondrement de l'URSS et la fin de la guerre froide en 1991, cependant, il n'y a eu aucun changement dans la politique. Bien que les accords d'Oslo ont été initiées par les Israéliens de Gauche, les États-Unis avec impatience les adoptèrent, et le soi-disant «processus de paix» est devenu un bâton permanent pour battre Israël.

 

Le président Obama est particulièrement habile à souligner le soutien pour l'existence d'Israël, tout en exigeant en même temps qu'Israël fasse des concessions qui rendraient son existence impossible. En étant d'accord avec Kissinger sur le pouvoir juif, Obama a travaillé pour réduire l'influence pro-Israël des juifs américains dans de nombreuses façons, par exemple en donnant accès à la Maison Blanche pour des groupes comme J Street et le Forum des politiques d'Israël, tout en marginalisant les organisations sionistes traditionnelles comme ZOA.

 

La demande presque antisémite de Kissinger que le soutien américain à Israël est acheté avec de l'argent juif était probablement faux en 1975 et est encore moins aujourd'hui, quand une grande partie des Juifs américains, y compris les riches, ont choisi leurs politiques libérales ou progressistes sur le sionisme. La lutte à venir sur l'introduction d'une planche pro-palestinienne dans la plate-forme démocratique est une indication que le parti et avec elle, beaucoup de ses partisans juifs, se dirige vers la position d'Obama.

 

Le programme de l'administration Obama pour se sortir du Moyen-Orient a été d'habiliter l'Iran comme la nouvelle puissance régionale et a donné un nouvel élan à la politique de rétrécissement d'Israël. L'Iran considère Israël comme un obstacle majeur à son hégémonie, à la fois géopolitique et des raisons religieuses / idéologiques, et est déterminé à éliminer l'État juif. Obama a jugé nécessaire de retenir Israël de bombarder les installations nucléaires iraniennes au moins une fois (en 2012), et semble être préparé pour sacrifier Israel pour atteindre son but d'établir la dominance régionale iranienne

 

Certains vont même plus loin et disent que cet objectif idéologique primaire d'Obama est d'éliminer Israël et le pari iranien est un moyen d'arriver à cette fin, mais qui est hautement spéculatif ! Ou peut-être une question de choix.

 

Henry Kissinger ne nous a pas fait des faveurs, mais je pense que le fil anti-Israël dans la politique américaine aurait été assez fort sans lui, la course du secrétaire d'État de Truman George C.Marshall  mène à l'écurie des antisionistes d'Obama comme Rob Malley et Ben Rhodes.

 

Aujourd'hui, Israël est révolue depuis longtemps du Sinaï, plus récemment de Gaza, et probablement que grâce à la désintégration de la Syrie, tenant toujours les hauteurs du Golan. Je voudrais croire que le Premier ministre Netanyahu avait raison quand il a déclaré qu'Israël ne quittera jamais le Golan. En ce qui concerne la Judée, la Samarie et Jérusalem, je pense que nous sommes sur le point de commencer à un moment très difficile, car l'administration Obama est susceptible de monter une campagne dans ses derniers jours pour remplir finalement la promesse de Kissinger aux Arabes .

  •  

Partager cet article

Repost 0
mordeh'ai