Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Malaassot - le blog de mordehai - ! ברוך הבא
  • Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא
  • : Défenseur de l'unité et de l'indivisibilité de Jérusalem Juive et capitale de l'Etat d'Israel sans aucun partage
  • Contact

Recherche

24 mai 2016 2 24 /05 /mai /2016 06:18

Par Jonathan Tobin

http://www.israpundit.org/archives/63614981

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif

 

Ils n'apprennent jamais, n’est-ce pas? Bien que cela ne fonctionne presque jamais, les dirigeants américains ont tenté d’intervenir dans la politique israélienne depuis des décennies. Présidents et Secrétaires d’État pensent toujours que s’ils mettent le prix, la bonne quantité de pression sur Jérusalem ou pousser divers politiciens à faire ce qu’ils veulent, en quelque sorte cela se traduira par un gouvernement israélien qui sera plus enclin à être prêt à se soumettre à la Maison Blanche et au Département d’Etat. Selon Haaretz, c’est l’histoire derrière les coulisses des négociations de coalition entre le premier ministre Benjamin Netanyahu et le dirigeant du parti sioniste Isaac Herzog au cours de la semaine dernière. L’objectif était de transformer le gouvernement d’Israël d’une coalition de droite étroite en un gouvernement d’Union centriste avec Herzog comme ministre des affaires étrangères. Selon les témoignages, l’impulsion aux pourparlers était une tentative par le Secrétaire d’État John Kerry, de Tony Blair représentant diplomatique du Quartet et du Président égyptien Abdel Fattah al-Sisi pour pousser Herzog dans les bras de Netanyahu.

 

Mais, comme tant d’autres tentatives maladroitement menées par les Etats-Unis qui tentent de jouer avec le système démocratique d’Israël, Elle n’a pas seulement échoué en fait, elle a conduit à obtenir un résultat encore pire du point de vue des processeurs de paix du Département d’Etat. Plutôt qu’un gouvernement d’Union nationale avec un ministre des affaires étrangères maléable, Netanyahu s'est servi d'Herzog pour influencer des pourparlers avec un autre parti. Le résultat fut que Herzog a été humilié. Au lieu d’un gouvernement de droite étroit avec seulement une voix de majorité à la Knesset, Netanyahu a réussi à attirer Avigdor Lieberman et son parti d'extrême droite Yisrael Beiteinu dans la coalition.Ce qui lui a donné une majorité de sept voix plus stable tout en se débarrassant également d’un ministre de la défense qui se révélait être un problème.

 

'C’est jeu, set et match' pour Netanyahu et une autre dure leçon pour le Kerry arrogant et son patron Obama, qui aurait dû avoir appris lors de ces sept dernières années que le premier ministre est toujours en mesure de se surpasser quand il s’agit de ce genre de chose.

 

Il y a un certain nombre de strates à ce délire qui ont besoin d'être déballées.

 

La première est l'illusion que personne au Département d'État, même avec l'aide de l'ancien Premier ministre britannique et du leader égyptien, n'a un indice quant à la façon dont la politique israélienne fonctionne. Les premiers mois de prise de fonction du Président Obama ont été gaspillé avec son équipe de politique étrangère à essayer de défaire les résultats de l'élection Israélienne de Février 2009 qui a ramené Netanyahu au pouvoir. À ce moment-là, le but était de d'une façon ou d'une autre de faire queTzipi Livni renverse le Premier ministre, mais elle n'avait jamais eu cette chance. Et plus ils ont essayé, et plus l'emprise sur le pouvoir de Netanyahu est devenue plus ferme. Le modèle s'est répété dans des années ultérieures lorsque Obama a choisi des batailles injustifiées avec l'Israélien sur les implantations, les lignes d'armistice de 1967 et de Jérusalem. Chaque querelle était une tentative d'affaiblir Netanyahu, mais il impliquait toujours des ennuis attendu que le Premier ministre gagnait.

 

Après tant d’échecs, n’importe quel sot pouvait arriver à la conclusion qu'il est difficile aux Etats-Unis de tenter ouvertement un bras de fer ou de manoeuvrer Netanyahou, il est le plus fort. Mais Kerry n’est pas n’importe quel imbécile; c'est un diplomate unique désemparé qui comprend mal les tenants et les aboutissants de la politique de coalition israélienne et ne prend aucun intérêt à apprendre de ses erreurs. Comme Haaretz le rapporte, ils ont compris que le passage d’un plan de deux ans de budget signifiait qu'il y avait peu de chances de renverser Benyamin Nétanyahou par des moyens normaux parlementaires jusqu’en 2019. Donc, ils ont cherché à pousser Herzog en avant avec un plan pour tenter apparemment le premier ministre à la perspective d’une large coalition avec une majorité incontestable. Leur force était l’effet de levier que Kerry saurait tenir au loin la publication d’un rapport du Quatuor qui critiquait vivement Israël sur les colonies de peuplement.

 

Mais ni Kerry ni le Blair tout aussi désemparé n'ont compris que Netanyahu joue aux échecs en trois dimensions alors qu’ils tentaient de gagner au jeu de dames. Au lieu d’établir un gouvernement israélien avec un maillon faible, déterminé à obtenir leurs faveurs au ministère des affaires étrangères, Netanyahu a utilisé leur manœuvre pour créer un plus à son goût.

 

Il est possible que Netanyahu ait sérieusement envisagé d'ajouter Herzog à son Cabinet ce qui mène à la deuxième leçon qu'Obama, Kerry et Blair n'ont pas apprise: l'équilibre des forces politiques en Israël a déjà changé au point où personne, pas même Herzog n'allait probablement faire ce qu'ils voulaient. Quoique Herzog ait parlé beaucoup du désir de relancer le processus de paix, comme je l'ai noté, la raison pour laquelle Netanyahu était prêt à s'associer avec lui était que tous deux avaient reconnu qu'une solution à deux États était impossible dans des circonstances prévisibles. En effet, en dehors de l'extrême-gauche et des lecteurs du Haaretz, il y a un large consensus politique israélien qui se rend compte qu'il n'y a aucun partenaire palestinien pour la paix. Même si Herzog était devenu le Ministre des Affaires Étrangères il n'aurait pas créé l'ouverture que  Kerry voulait parce que tout le monde en Israël (bien qu’aucun membre de l’administration Obama) sait que l’objectif de l’autorité palestinienne doit éviter c'est d’être poussée dans les pourparlers où elle serait forcée d’accepter une paix, elle n'en veut pas ou de dire non à une autre offre israélienne d’un Etat.

 

Herzog dit que les pourparlers avec Netanyahu ont échoué parce que le premier ministre n’aurait pas mis par écrit un accord sur le gel des colonies de peuplement. Des sources du Likoud disent que c’était parce que de leur côté on savait qu’Herzog n’avait pas le soutien total de son parti à la Knesset pour le délogement. Les deux affirmations sont probablement vraies. Mais l’essentiel est que Netanyahu avait toujours l’option de Lieberman dans sa poche arrière.

 

Netanyahu avait d'autres priorités, à savoir trouver un ministre de la défense en remplacement à Moshe Yaalon qui a semblé récemment se rallier aux  généraux prolixes qui ont fait des discours qui ont semblé mettre en doute le contrôle du gouvernement et de ses politiques par le premier ministre. C’est pourquoi, comme un autre rapport du Haaretz a fait remarqué, il a préféré un accord avec Lieberman, un homme qu’il considère comme un ennemi personnel, à celui plus sympathique d'Herzog. Bien que les deux se méprisent mutuellement, libérant le sagace Lieberman pour le ministère de la défense qui mettra un terme aux jeux politiques des généraux tout en renforçant la coalition. Mais ni Kerry, ni Blair, ni Herzog qui n'était pas à la hauteur n'ont vu venir le risque d'une réaction en retour.

 

Cela signifie qu'israël sera l’objet de critiques internationales via une conférence de paix française, du rapport du Quartet concernant les établissements de peuplement et la possibilité que Obama utilisera ses derniers mois au Bureau Oval pour trahir l’Etat juif à l’ONU, si les Palestiniens essaient à nouveau de faire passer une résolution pour obtenir un État. Mais Benyamin Nétanyahou n’est pas trop impressionné. Le consensus israélien sur la paix reste solide, et il a maintenant un gouvernement plus stable lui permettant de résister à la pression occidentale pour les deux ou trois prochaines années. l’alternative Herzog, comme premier ministre probable, a juste été démoli ainsi que la réputation de son parti et les perspectives des négociations de coalition ont échoué. Et il sait que les Palestiniens se refuseroont toujours à faire la paix, peu importe combien les États-Unis s’inclineront sur le terrain diplomatique en leur faveur.

 

La leçon ici est que Hillary Clinton et Donald Trump, aussi bien celui qui sera comme le prochain Secrétaire d’Etat devrait prendre à cœur. Peu importe combien d'américains peuvent penser qu’ils peuvent pousser l’Etat juif ou user de leur énorme influence d’intervention dans la politique israélienne, leur capacité de le faire est illusoire. Qu’ils le veuillent ou non, Netanyahu  aucun responsable américain ne va pouvoir le rouler sur son propre terrain. Essayer de le faire est une course populaire de fou comme Kerry l'a prouvé maintes et maintes fois. Son successeur devrait être sage et ne pas commettre la même erreur.

Partager cet article

Repost 0
mordeh'ai