Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Malaassot - le blog de mordehai - ! ברוך הבא
  • Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא
  • : Défenseur de l'unité et de l'indivisibilité de Jérusalem Juive et capitale de l'Etat d'Israel sans aucun partage
  • Contact

Recherche

5 avril 2016 2 05 /04 /avril /2016 17:06

 

 

http://www.memri.fr/2016/04/05/un-organe-de-media-russe-revele-quel-armement-restera-en-place-en-syrie-suite-au-retrait/

 

russie4

Jets russes Su-30 atterrissent à la base aérienne de Hmeymim (Source : Sputniknews.com, 20 mars 2016).

 

Le 20 mars 2016, Sputnik, affilié à l’Etat russe, présente un article intitulé « Not Coming Home: What Russian Hardware Stays in Syria After Pullout and Why”. L’article recense le matériel militaire qui restera à la base aérienne de Hmeymim en Syrie, après le retrait ayant débuté le 15 mars 2016. Le rapport de MEMRI publié le 15 mars mentionne du matériel supplémentaire.

Le 14 mars, le jour de l’annonce du retrait, le président Vladimir Poutine a souligné que la base navale à Tartous ainsi que la base aérienne stratégique de Hmeymim continueraient de fonctionner. Le 17 mars, lors d’une cérémonie honorant les officiers russes ayant participé à la campagne syrienne, Poutine a déclaré que la Russie était en mesure d’activer sa campagne militaire en Syrie en « quelques heures ». [1]

Traduction d’extraits de la version en anglais de l’article de Sputnik [2] publiée sur le site sputniknews.com le 20 mars 2016 :

Poutine : La Russie peut renforcer sa présence militaire en Syrie en quelques heures seulement

Près de 20 avions de combat russes, un système de défense aérien et quelque 2 000 membres du personnel resteront à la base aérienne de Hmeymim en Syrie. Selon les experts, le groupe de travail a plusieurs objectifs : lutter contre le terrorisme, soutenir le président Bachar Al-Assad et contrôler la région. [...] Un escadron de bombardiers tactiques Su-24, dont des avions 9-12, sera maintenu en service en Syrie. Au cours de la phase principale de la campagne militaire, ces avions ont assuré la majeure partie des frappes aériennes.

Les nouveaux jets de combat Su-30 et Su-35 resteront également à la base aérienne de Hmeymim pour assurer la protection aérienne, a confié une source du ministère de la Défense au quotidien économique russe Vedomosti. Une source proche du commandement militaire a confirmé à RBK que les jets de la génération Su-35 4 ++ resteraient à la base. La Russie a déployé quatre Su-35 en Syrie le 31 janvier 2016. Le ministère de la Défense n’a pas signalé leur retrait.

Moscou laissera également en place son système de défense aérien en Syrie. « Les défenses aériennes russes seront en mission de combat en Syrie et seront utilisées contre toutes les cibles présentant un danger pour les forces russes », a déclaré Poutine [à la cérémonie le 17 mars 2016 honorant les équipes militaires et de la défense ayant participé à la campagne aérienne en Syrie]. [3] Il a ajouté qu’un complexe de moyenne et longue portée S-400 et un système de défense aérien Pantsir-S1 resteraient en service en Syrie. En outre, les hélicoptères d’attaque Ka-52 et Mi-28N ont été repérés à la base aérienne, leur nombre exact étant inconnu.

L’expert militaire Viktor Litovkine a mentionné plusieurs objectifs prioritaires : des frappes aériennes contre des cibles terroristes, en soutien à l’armée syrienne et ses alliés, et le contrôle de l’espace aérien dans la région. « Les trois avions [Su-24, Su-30 et Su-35] sont capables de mener des frappes aériennes contre des terroristes. Mais le Su-24 n’a pas été conçu pour le combat aérien, et requiert le soutien d’avions de combat », a-t-il confié à RBK. En plus des jets, l’espace aérien syrien et la base aérienne de Hmeymim seront également protégés par un système de défense aérien S-400 », a déclaré Ruslan Pukhov, directeur du Centre d’analyse des stratégies et des technologies. [...] Et d’ajouter qu’avec un S-400 déployé à la base, les Forces aérospatiales russes pourraient établir une zone d’exclusion aérienne, non seulement au-dessus de la base aérienne de Hmeymim, mais également sur toute la province de Lattaquié, où est concentrée la majeure partie de l’armée syrienne. Le système a une portée d’acquisition maximale de 600 km et une portée d’attaque maximale de 400 km. « Dans ce rayon, tout aéronef peut être suivi, puis escorté par des jets », a expliqué Pukhov.

 

Des bombardiers tactiques russes Su-24 à la base aérienne de Hmeymim dans le gouvernorat de Lattaquié en Syrie. (Sputniknews.com, le 20 mars 2016)

 

Selon Litovkin, des hélicoptères d’attaque peuvent être utilisés contre de petits groupes ennemis et des cibles blindées qui ne peuvent être touchés par des bombardiers. « Les Ka-52 et Mi-28N sont armés de missiles antitanks Vikhr et Ataka ainsi que d’un pistolet de 30 mm », précise l’expert. [...]

En outre, quelque 200 à 300 spécialistes civils resteront à la base de Hmeymim. Les militaires ne pourront maintenir les avions et les hélicoptères tout seuls. « Un total de 2 000 membres du personnel [russes] sont nécessaires pour faire fonctionner la base. Cependant, ils ne seront pas tous impliqués dans des missions de combat », conclut Pukhov. Les deux experts ont convenu que le reste des forces russes en Syrie suffirait à atteindre les objectifs actuels. « Dans le cadre des pourparlers de paix, l’intensité des combats a diminué. Voilà pourquoi la configuration actuelle des forces russes en Syrie est rationnelle », a déclaré Litovkin. Dans le même temps, lors de sa rencontre avec les troupes [militaires russes et le personnel de la défense ayant participé à la campagne aérienne russe en Syrie], Poutine a souligné que la Russie était en mesure de renforcer sa présence militaire en quelques heures. [...]

Il est évident qu’il n’est pas question d’effectuer un retrait total des forces russes de Syrie. La Russie maintiendra une petite force à la base de Hmeymim. Elle poursuivra également son assistance technique et militaire à Damas. […]

Partager cet article

Repost 0
mordeh'ai