Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Malaassot - le blog de mordehai - ! ברוך הבא
  • Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא
  • : Défenseur de l'unité et de l'indivisibilité de Jérusalem Juive et capitale de l'Etat d'Israel sans aucun partage
  • Contact

Recherche

18 avril 2016 1 18 /04 /avril /2016 10:34

Y a-t-il un complot visant à faire pression sur Israël afin d'accepter les termes pro-palestiniens pour la «paix»?

Par Joseph Klein

http://www.frontpagemag.com/fpm/262544/obamas-revenge-against-netanyahu-joseph-klein

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif

 

«L'État» malnommé-Palestine se prépare à une autre attaque contre Israël devant l'Organisation des Nations Unies lieu "international" préféré des Palestiniens. L'Autorité palestinienne a diffusé un projet de résolution aux diplomates pour le Conseil de sécurité de l' ONU complètement à sens unique, plus tôt ce mois-ci.

 

Le projet de résolution palestinienne demande à Israël de "cesser toutes les activités de colonisation dans les territoires palestiniens occupés, y compris Jérusalem-Est." Tout en condamnant « tous les actes de terreur et exprimant sa grave préoccupation de la poursuite des violences contre les civils », le projet de résolution accuse spécifiquement et seulement les colons israéliens pour " les actes de terreur, de violence, de destruction, de harcèlement et de provocation."  Il n'y a pas un seul mot sur la violence constante commise par des Palestiniens contre des civils israéliens.

 

Le projet a censément le soutien de suffisamment de membres du Conseil de sécurité pour être adopté, en l'absence d'un droit de veto des États-Unis. Dans un effort pour prévenir un tel veto, les rédacteurs palestiniens ont porté la résolution sur les colonies israéliennes, que l'administration Obama a régulièrement condamné.

 

En outre, les rédacteurs palestiniens ont incorporés certains édulcorants dans leur projet de résolution, sans doute destinés à convaincre l'administration Obama de s'abstenir au moins. Par exemple, le projet se réfère positivement au Quartet, dont les États-Unis sont membre. Il appelle «toutes les parties à déployer des efforts collectifs pour lancer des négociations crédibles sur toutes les questions relatives au statut final dans le processus de paix au Moyen-Orient», selon les termes approuvés par le Quartet. Le projet invite les deux parties du conflit israélo-palestinien « d'agir sur la base du droit international, y compris le droit international humanitaire», et à «s'abstenir de tout acte de provocation, d'incitation et de la rhétorique inflammatoire.» Le projet encourage « un véritable engagement à la solution de deux États », faisant référence en particulier l'Initiative de paix arabe.L'Initiative de paix arabe, dont le président Obama a fait l'éloge, qui offre à Israël une normalisation des relations avec ses voisins en échange d'un retrait complet d'Israël des «territoires occupés» ( «y compris Jérusalem-Est») essentiellement sur les lignes d'avant 1967 et un «règlement juste du problème des réfugiés palestiniens sur la base de la résolution de l'Assemblée générale de l'ONU 194. Résolution 194 a déclaré que tous les réfugiés qui souhaitent rentrer dans leurs foyers et vivre en paix avec leurs voisins devraient être autorisés à le faire au plus tôt possible ».

 

Il y a une vraie chance cette fois que les Palestiniens réussiront à avoir leur projet de résolution adopté par le Conseil de sécurité. L'administration Obama peut décider de s'abstenir, sinon voter oui, de concert avec le sentiment qui prévaut parmi les autres membres du Conseil de sécurité. Au lieu du projet palestinien qui se concentre actuellement sur la question des colonies, l'administration Obama peut sauvegarder un autre cours, qui aurait été développé par la France. Les Français se sont dits en faveur de mettre le Conseil de sécurité comme approuvant les paramètres d'une solution à deux états le long des lignes de ce que les Palestiniens ont cherché avec le soutien des Etats arabes, à accomplir dans un délai déterminé.

 

Alternativement, dans un dépit de frustration qu'il n'a pas obtenu en faisant pression sur le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu à faire des concessions importantes pour la «paix» , Obama peut décider que les États-Unis devraient parrainer leur propre résolution. Une telle résolution peut exposer la proposition de solution d'Obama à deux Etats qui est en grande partie la même que l'approche palestinienne, le gel de toutes les colonies et en poussant Israël pratiquement sur le chemin du retour aux lignes précaires d'avant 1967.

 

Si le président Obama prend une de ces lignes d'action, il endosserait essentiellement la position de l'Autorité palestinienne, un loup déguisé en mouton. Ses dirigeants ont été responsables d'incitation à des actes de violence des Palestiniens contre des civils israéliens. Il rebaptise les meurtriers en martyrs. Ses écoles ont enseigné aux enfants palestiniens à haïr les Juifs. Son idée «d'un véritable engagement à la solution de deux États» établirait les lignes d'avant 1967, avec des ajustements mineurs, comme frontière permanente du nouvel Etat palestinien avec Israël, mais Israël ne resterait pas un Etat juif. Etant donné que les Palestiniens veulent permettre potentiellement à des millions de "réfugiés" palestiniens d'exercer leur soi-disant «droit de retour» dans le pays d'Israël tel qu'il existait avant 1967. La solution à deux Etats, que la direction palestinienne définit, est un état ethniquement débarrassé des Juifs qui est entièrement contrôlé par les Palestiniens, et un second état dans lequel les Palestiniens peuvent devenir la majorité au fil du temps et détruire le caractère juif de l'Etat d'Israël.

 

Un membre éminent du comité central du Fatah du parti du président de l' Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, Tawfik Tirawi , a révélé les véritables intentions de la direction palestinienne quand il a déclaré en Janvier dernier lors d' une interview, " la Palestine s'étend de la rivière à la mer ... un Etat palestinien dans les frontières de1967, avec Jérusalem comme capitale, c'est juste une phase, pour autant que je sois concerné."

 

Au moins Tirawi fait en sorte d'expliquer qu'il était prêt à vivre avec les Juifs dans un Etat palestinien élargi: " Cela ne signifie pas que je veux jeter les Juifs à la mer. Non, je veux vivre avec eux ... Nous voulons que les gens qui sont en Palestine vivent en Palestine dans ses frontières historiques."

 

Le Hamas, sur lequel Abbas n'a aucun contrôle, reste déterminé à débarrasser Israël de tous les Juifs - par le génocide, si cela devient la méthode la plus rapide. En effet, la charte fondatrice du Hamas est un appel à tuer autant de Juifs que possible, en citant le Prophète Muhammad:

 

" Le Mouvement de la Résistance Islamique aspire à la réalisation de la promesse d'Allah, peu importe combien de temps cela devrait prendre. Le Prophète, qu'Allah le bénisse et lui accorde le salut, a dit: " Le jour du jugement ne viendra pas avant les que musulmans combattent les Juifs (tuent les Juifs), lorsque les Juifs se cacheront derrière les pierres et les arbres. Les pierres et les arbres diront «O musulmans, O Abdulla, il y a un Juif derrière moi, viens le tuer».

 

L'administration Obama refuse de s'engager à opposer son veto à toute résolution du Conseil de sécurité des Nations Unies qui soutient la position palestinienne au détriment d'Israël. 394 membres de la Chambre 435 membres des représentants ont écrit au président Obama une lettre la semaine dernière exhortant Obama à diriger un veto à toutes ces "résolutions du Conseil de sécurité d'un seul côté - Nations Unies."

 

Le président Obama peut pour une fois être à la hauteur de ses appels fréquents pour le bipartisme en prêtant attention à l'écrasant soutien bipartisan du Congrès pour Israël et faire la bonne chose à l'Organisation des Nations Unies. La question est de savoir s'il cédera plutôt à son penchant pour la petite politique et cherchera à régler son compte avec le Premier ministre Netanyahu.

Partager cet article

Repost 0
mordeh'ai