Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Malaassot - le blog de mordehai - ! ברוך הבא
  • Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא
  • : Défenseur de l'unité et de l'indivisibilité de Jérusalem Juive et capitale de l'Etat d'Israel sans aucun partage
  • Contact

Recherche

29 février 2016 1 29 /02 /février /2016 17:01

 

Par Vic Rosenthal

http://abuyehuda.com/2016/02/bring-back-the-iron-wall/

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif

 

A frame from the security video of the terror attack in Ma'ale Adumim

photo prise par la caméra de sécurité de l'attaque terroriste  dans Ma’ale Adumim

 

L' attaque crapuleuse à la hache sur un garde de sécurité non armé dans un centre commercial jeudi soir dernier se démarque parmi les centaines d'incidents similaires au cours des derniers mois en raison de son extrême brutalité, parce que le terroriste et la victime ont travaillé au même endroit et avait même pris un café ensemble , et parce qu'elle a été capté sur vidéo pour que toute la nation la voie.

 

Saadi Ali Abu Hammad, 21 ans, a été autorisé à dormir dans le centre commercial où il travaillait dans un magasin d'alimentation afin qu'il puisse commencer tôt les préparatifs pour le rush du Vendredi. Il guettait le garde, Tzvika Cohen, 47 ans, et l'a battu sans pitié avec une hache. Cohen est toujours dans un état critique, luttant pour sa vie.

 

Du point de vue des victimes, tout le terrorisme est le même. Il est impossible de dire que cette attaque était «pire» que d' autres. Mais, comme l'assassinat de Dafna Meir devant la porte de sa maison il y a cinq semaines, ou le massacre atroce de cinq membres de la famille Fogel en 2011, il met en lumière la force de la haine brûlante dans les cœurs des palestiniens.

 

Naturellement les Israéliens voudraient faire quelque chose pour mettre fin au terrorisme, qui ne montre aucun signe de ralentissement et semble plutôt empirer. La réaction de l'Autorité palestinienne est-de-dire qu'elle n'a aucun contrôle sur les actions des individus, alors que dans le même temps elle les traite comme des héros et des modèles pour la jeunesse arabe. Le Hamas, bien sûr, appelle à plus de violence.

 

Les suggestions sont nombreuses et couvrent toute la gamme: essayer de soulager le «désespoir» palestinien en fournissant un «horizon» sur lequel, sans doute, ils pourraient avoir un Etat indépendant, qu'Israël prenne la souveraineté sur toute la Judée et la Samarie, et expulse les Arabes. Entre il y a toutes sortes d'idées pour améliorer la sécurité de la population juive en augmentant la présence des forces de sécurité, la construction de murs, et ainsi de suite.

 

Yitzhak Herzog du Parti travailliste admet qu'un accord à deux Etats est impossible à ce stade , pour diverses raisons, mais il veut «se séparer» des Palestiniens en se retirant de certaines parties de la Judée et la Samarie , et construire des murs. Ceci est censé améliorer la sécurité mais toujours garder la " vision de deux Etats."

 

Il y a plusieurs problèmes avec cette idée. Le principal c'est que le retrait de toute partie des territoires sera vu par les Arabes comme une victoire pour leur stratégie d'assassiner les Juifs jusqu'à ce que nous donnions tout et partions. Elle leur fera redoubler leurs efforts. Elle pourrait même encourager plus de citoyens arabes d'Israël - qui jusqu'à présent n'ont pris seulement une petite part à "l'Intifada du couteau" - en s'y joignant, dans l'espoir que la victoire finale soit enfin réalisable.

 

On pouvait penser que ce qui est arrivé après le retrait israélien de Gaza, avait été clair et qu'il serait stupide de refaire la même erreur en Judée et Samarie. Mais la croyance que le conflit peut se terminer par l'apaisement semble être tenace.

 

L'idée que la cause de la violence d'aujourd'hui est le désespoir sur l'incapacité des Arabes à obtenir un état ​​fait partie du fantasme que ce qu'ils veulent c'est un état. La cause est pas de désespoir du tout, mais plutôt l'espoir - l'espoir qu'avec leurs alliés partout dans le monde, ils peuvent nous forcer à concéder suffisamment de terres et de sécurité afin qu'un jour ils réussiront à se débarrasser de nous.

 

Cela a été compris avant la fondation de l'Etat par Ze'ev Jabotinsky, qui a vu le désir des Arabes de se débarrasser des sionistes comme tout à fait naturel, et a fait valoir que la seule solution était d'assurer, au moyen d'un " mur de fer " de volonté (et de la puissance militaire), qu'ils n'auraient aucun espoir de succès. Jabotinsky n'avait pas envie d'expulser les Arabes; mais il a compris très bien que la coexistence ne pourrait être garantie que par la force.Ben-Gourion, qui au contraire ne l' admettra jamais et ne sera pas d'accord avec Jabotinsky à propos de quoi que ce soit, néanmoins il a entendu cela et a agi en conséquence.

 

Plus récemment Meir Kahane pensait que la coexistence était impossible dans tous les cas avec les Arabes (il ne faisait pas de distinction entre les citoyens arabes d'Israël et les résidents de Judée et Samarie) qui doivent être encouragés à partir, et si ils ne quittent pas volontairement avec compensation, ils doivent être expulsés.

 

A vigil for 23-year old Shlomit Krigman, murdered last month. The sticker on the guitar reads "Rabbi Kahane was right!"

Une veillée pour  Shlomit Krigman, 23 ans, assassiné le mois dernier. On lit sur l'autocollant collé sur la guitare "Rabbi Kahane avait raison!"

 

La récente série de meurtres et l'inhumanité qui les caractérise ont conduit de nombreux juifs israéliens à venir à la conclusion que le programme de Kahane est la bonne. Mais tout en se débarrassant de tous les Arabes permettrait de résoudre le problème du terrorisme arabe dans nos rues, il serait difficile, voire impossible à mettre en œuvre.

 

Le calme relatif de la population arabe au sein de la ligne verte indique que la solution de Jabotinsky peut être réalisable. Quelque chose que beaucoup de gens ne sont pas conscients c'est qu'entre 1948 et 1966, les Israéliens arabes vivaient sous le régime militaire. En 1966, ils ont reçu tous les droits civils, y compris le vote et le droit de siéger à la Knesset. Cette évolution a été possible parce qu'Israël, en dépit de son orientation de gauche à cette époque, a maintenu le mur de fer de Jabotinsky.

 

Qu'est-ce que cela signifierait en termes de politique réelle? Voici quelques idées:

  • renonciation explicite du processus d'Oslo
  • Annexion de tous les territoires et un engagement à les garder
  • Elimination de l'OLP
  • Une ligne dure contre le terrorisme, y compris une peine de mort pour assassinat et expulsion des familles de terroristes
  • Une politique de construction de colonies en réponse au terrorisme

 

En 1948, les Arabes avaient été sérieusement vaincus. Beaucoup ont fui pendant la guerre, y compris leur leadership. Dans les années suivantes, ils sont revenus pour voir que l'Etat juif ne partait pas, et ont réalisé que la coopération était plus pratique que la confrontation. Une des raisons pour que cette évolution soit possible c'était que les Arabes n'étaient pas soumis à l'incitation continue des grandes puissances. Un processus similaire aurait pu se produire en Judée-Samarie après 1967, si Israël avait été laissé seul.

 

Mais surtout après le choc pétrolier de 1973, le renversement de l'issue de la guerre de 1967 est devenu un objectif majeur de la politique étrangère occidentale. Une grande pression a été mise sur Israël pour se retirer des territoires plutôt que d'intégrer leurs populations arabes. En 1993, cela a culminé avec les accords d'Oslo, qui - en mettant la rejectionniste 'OLP' de retour à l'image (et dans notre pays) - a rendu possible pour les Arabes des territoires d'imaginer un monde sans Israël.

 

L'OLP a également établi son système éducation sur la haine complète, qui a depuis porté les mauvais fruits sous la forme de créatures comme Saadi Ali Abu Hammad.

 

Un retour à la politique de mur de fer de Jabotinsky signifierait probablement une rupture avec les Etats-Unis et l'UE, qui s'opposeraient avec véhémence à chaque partie du programme.

 

Le parti au pouvoir d'Israël en vertu de Netanyahu est pas préparé aujourd'hui à prendre cette mesure, et l'opposition l'est encore moins. Mais les conséquences de ne pas le faire, seront la création d'un Etat terroriste arabe à notre porte, ainsi que la radicalisation des Israéliens arabes avec lesquels nous avons jusqu'à présent coexistés. Cela signifiera la poursuite et même l'exacerbation du terrorisme.

 

Ceux qui disent que la solution au terrorisme est essentiellement politique et non militaire sont presque raison. Ils ont juste la mauvaise politique.

Partager cet article

Repost 0
mordeh'ai