Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Malaassot - le blog de mordehai - ! ברוך הבא
  • Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא
  • : Défenseur de l'unité et de l'indivisibilité de Jérusalem Juive et capitale de l'Etat d'Israel sans aucun partage
  • Contact

Recherche

19 février 2016 5 19 /02 /février /2016 19:09

Par Yoram Ettinger

http://www.israelhayom.com/site/newsletter_opinion.php?id=15309

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif

 

Le bon sens suggère que les hypothèses simplistes et erronées produisent des politiques simplistes et erronées, comme cela a été le cas avec toutes les initiatives des États-Unis sur la question palestinienne. En effet, c'est parce que l'établissement de politique étrangère des États-Unis a perçu faussement que la question palestinienne était la racine et la cause profonde du conflit israélo-arabe.

 

Par conséquent, il y avait l'opposition des États-Unis à la première initiative de paix Israël-Egypte de 1977 et la tentative d'inserrer la question palestinienne dans les pourparlers à la veille de la cérémonie de signature en 1979; en 1987 les US reconnaissaient l'OLP, reconnaissance qui a récompensé et renforcé le modèle du terrorisme international; le rôle passif des USA dans l'initiative de paix israélo-jordanienne de 1994; l'approbation des États-Unis du Président de l'OLP Yasser Arafat pour le Prix Nobel de la Paix et l'étreinte auto-destructrice d'Oslo en 1993; l'échec de punir l'Autorité palestinienne pour son éducation de haine et d'autres violations systématiques des Accords d'Oslo; et l'échec retentissant des initiatives du président américain Barack Obama en soulignant la question palestinienne.

 

Contrairement à la vision du monde de l'establishment de la politique étrangère américaine, la guerre de 1948 israélo-arabe n'a pas été lancé par les pays arabes au nom des aspirations palestiniennes. Les Arabes ont lancé la guerre afin de faire progresser leurs propres - et non ceux des Palestiniens - intérêts par le biais de l'occupation de la zone stratégique entre le Jourdain et la mer Méditerranée. En fait, les Palestiniens accusent les dirigeants arabes pour ce qu'ils apellent "la débâcle de 1948."

 

En outre, l'objectif de la guerre de 1948 était d'empêcher la création d'un "infidèle" - l'entité juive sur des terres que les Musulmans croient qu'elle a été divinement octroyée aux «croyants» (Waqf). Ainsi, lors du Sommet panarabe d'Octobre 1947, le secrétaire général de la Ligue arabe d'alors Abdul Rahman Azzam a déclaré: «La création d'un Etat juif conduirait à une guerre d'extermination et à un massacre mémorable, qui sera comparé au massacre de Mongolie et des croisades ... Cette guerre se distinguera par trois choses sérieuses: ... le plus court chemin vers le paradis ... une opportunité pour un vaste pillage ... et venger le martyre des Arabes palestiniens ".

 

La Jordanie a rejoint la guerre de 1948 pour étendre son territoire depuis la rive Est du Jourdain à la Méditerranée comme une étape vers la domination du monde arabe. L'Égypte nourrissait des ambitions similaires et a cherché à déjouer la stratégie ambitieuse de la Jordanie. L'Egypte a déployé certains de ses soldats dans la région de Jérusalem pour vérifier les mouvements militaires jordaniens. L'Irak aspirait à contrôler les 585-miles de longueur de l'oléoduc Irak-Haïfa, qui partait depuis les champs pétrolifères de Kirkouk / Mossoul via la Jordanie aux raffineries de Haïfa. La Syrie, pour sa part, considérait la guerre comme l'occasion de conquérir certaines sections du sud de la «Grande Syrie».

 

À la fin de la guerre de 1948, l'Irak a occupé la Samarie (nord de la Cisjordanie), mais l'a transféré à la Jordanie, pas aux Palestiniens. La Jordanie a occupé la Judée (au sud de la Cisjordanie) et en Avril 1950 a annexé les deux zones (en les nommant Cisjordanie) au royaume hachémite, la rive Est du Jourdain. Le royaume a interdit les activités palestiniennes et a puni ou expulsé des activistes palestiniens. L'Egypte a conquis la bande de Gaza et a imposé un couvre-feu (qui a pris fin quand Israël a pris le contrôle de Gaza en 1967). L'Egypte a interdit les activités nationales palestiniennes et a expulsé les dirigeants palestiniens. La Syrie a occupé et annexé le secteur d'al-Hama sur les hauteurs du Golan.

 

En 1948, la Ligue arabe a formé le «All Palestine Government» (Un gouvernement Palestinien) comme un département au sein du siège de la Ligue arabe au Caire, et l'a dissous en 1959.

 

Indépendamment de la question palestinienne, la campagne du Sinaï en 1956 a été déclenché par les aspirations mégalomanes du président égyptien Gamal Abdel Nasser de régner sur le monde arabe. Nasser a conclu un important contrat d'armement avec la Tchécoslovaquie et a formé un commandement militaire conjoint Egypte-Syrie-Jordanie contre ses rivaux arabes et Israël. Il a nationalisé le canal de Suez-britannique et français en propriété nationale et exclusive, il a soutenu l'insurrection algérienne contre la France, a bloqué le port sud d'Israël d'Eilat, et a déclenché le terrorisme contre Israël depuis Gaza, visant à occuper des parties du Néguev dans le sud d'Israël.

 

Indépendamment de la question palestinienne, la guerre de 1967 des Six Jours a été lancé par Israël en réponse au: blocus d'Eilat le port pétrolier d'Israë par l'Egypte; au déploiement des troupes égyptiennes dans le Sinaï, à la violation de l'accord de 1957 de démilitarisation du Sinai; le pacte militaire Egypte-Syrie-Jordanie promettant la destruction d'Israël; le bombardement syrien des communautés israéliennes en dessous des hauteurs du Golan; et le bombardement jordanien de Jérusalem.

 

Sans rapport avec la question palestinienne, la guerre d'usure de 1967-1970 a été réalisée le long du canal de Suez, comme une extension de la guerre de 1967.

 

Indépendamment de la question palestinienne, et compatible avec l'objectif de faire progresser leurs intérêts nationaux et d'éradiquer "l'infidèle Etat juif", l'Egypte, la Syrie, la Jordanie et l'Irak ont ​​lancé en 1973 la Guerre du Kippour.

 

Les Arabes ont systématiquement et traditionnellement fourni beaucoup de rhétorique, mais n'ont fourni que des ressources financières minimales et n'ont pas répandu de sang pour les Palestiniens. En 1982 lors de Guerre du Liban - qui a préempté un assaut massif de l'OLP sur le nord d'Israël - c'était la première guerre sans intervention militaire des pays arabes. La guerre a éclaté le 6 Juin 1982, mais la Ligue arabe a convoqué une session d'urgence seulement en Septembre, après que l'OLP avait déjà été expulsée de Beyrouth. En outre, les pays arabes producteurs de pétrole  - à un moment où ils contrôlaient le marché du pétrole - ont refusé de faire étalage de leur force pétrolière pour le compte de l'OLP.

 

De même, lors de la première Intifada 1987-1992 et de la deuxième Intifada 2000-2003 par les Palestiniens ne se sont pas transformées en une guerre israélo-arabe. Il n'y avait aucune implication militaire arabe. Il n'y avait pas de marché financier, seulement du phraser. En fait, les aides financières des États-Unis et de l'Europe occidentale aux Palestiniens dépassent considérablement la contribution arabe.

 

2008, 2012 et 2014 les guerres d'Israël contre le terrorisme palestinien basé à Gaza ne sont pas des priorités pour les dirigeants arabes, dont la plupart accuse le Hamas de l'éruption de la guerre de 2014.

 

Les supputations erronées occidentales que le conflit israélo-arabe a été déclenché par la question palestinienne ont conduit à des politiques erronées. Il est temps pour ceux qui soutiennent "la Palestine d'abord " ("Palestine Firsters") de se désengager de la shématisation et de renouer avec la réalité complexe du Proche-Orient.

Partager cet article

Repost 0
mordeh'ai