Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Malaassot - le blog de mordehai - ! ברוך הבא
  • Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא
  • : Défenseur de l'unité et de l'indivisibilité de Jérusalem Juive et capitale de l'Etat d'Israel sans aucun partage
  • Contact

Recherche

20 février 2016 6 20 /02 /février /2016 11:47

Par Ruthie Blum

http://www.israelhayom.com/site/newsletter_opinion.php?id=15311

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif

 

Jeudi après-midi, deux Palestiniens de 14 ans, n'ont pas hésité à tuer un Sergent de Tsahal de 21 ans, Tuvia Yanai Weissman, dans un supermarché en Samarie (Cisjordanie), marié et père d'un bébé de 4 mois, et blesser modérément un autre Israélien.

 

Weissman, comme les autres acheteurs qui ont fasciné les terroristes avec leurs caddies, n'était pas en service; il était tout simplement venu au magasin d"épicerie faire des courses pour sa famille.

 

Ce genre de scénario est devenu une tragiquement familier du paysage israélien depuis le début de l'appel du terrorisme palestinien en Septembre. Bien que communément appelé le «Intifada du couteau», elle est également caractérisée par l'utilisation de pierres, de cocktails Molotov, de tirs de fusils et de véhicules-béliers comme armes pour tuer les Juifs.

 

Parce que les terroristes sont des adolescents, quand ils sont neutralisés (abordés, battus ou descendus) - que ce soit par des membres de la police des frontières ou des civils armés - le grondement coutumier de l'étranger au sujet de l'utilisation par Israël de force «excessive» ou «disproportionnée » suit toujours.

 

Aussi honteux que ce double standard est en relation avec l'Etat juif en général et sa réponse en particulier à des actes d'agression, qui mettent la vie en danger, il est tenu par les mauvais sympathisants d'Israël. Il est contre ces propagandistes que le vice-ministre des Affaires étrangères Tzipi Hotovely et d'autres d'Israël ont travaillé inlassablement et minutieusement à combattre sur le champ de bataille des idées.

 

Imaginez notre stupéfaction, lorsque le haut responsable israélien qui commande l'arène de guerre fournit des munitions à l'ennemi.

 

C'est précisément ce que le Chef d'état-major de Tsahal le lieutenant-général Gadi Eizenkot a fait. C'est choquant car il ne commence pas à décrire son sapement répété de la lutte idéologique contre les détracteurs d'Israël.

 

Mercredi, tout en répondant à des élèves du secondaire à Bat Yam, Eizenkot dit que les soldats israéliens ne devraient utiliser que "la force nécessaire" contre les terroristes. C'est pas grand chose. C'est le code avec lequel  l'armée israélienne vit toujours - et ceux qui l'enfreignent vont en cour martiale. Eizenkot le sait très bien. Bien qu'il n'occupe son poste actuel que depuis un an, il a une longue carrière dans Tsahal derrière lui.

 

" Lorsqu'une jeune fille de 13 ans, brandit des ciseaux ou un couteau, et il y a une barrière entre elle et les soldats, je ne voudrais pas qu'un soldat à ouvre le feu et vide un chargeur sur la fille comme ça, même si elle commet un acte très grave ", a déclaré Eizenkot. «Nous ne fonctionnons pas sur la base d'adages [talmudiques] comme «Si quelqu'un vient pour te tuer, lève-toi et tue-le d'abord» " Nous ne tuons pas n'importe qui tient une paire de ciseaux. Un soldat peut enlever la sécurité de son arme et tirer si lui ou ses camarades sont en danger ".

 

Il dit alors: « Si nos règles d'engagement étaient contraire à l'éthique, cela mettrait en péril l'ensemble de l'armée israélienne.»

 

Encore une fois, rien de nouveau à ce sujet. Alors pourquoi dire si jusqu'à présent les Israéliens n'ont pas adhéré à ce principe, souvent au péril de leur vie?

 

Ne serait-ce pas la première fois qu'Eizenkot révéle ses vraies couleurs politiques - celles qui lui ont valu le respect dans les pages du Haaretz et sur les bancs des partis de Gauche de la Knesset. Pas seulement contre les mesures de sécurité, telles que les fermetures, les couvre-feux et les démolitions des maisons familiales des terroristes, il a également tenu compte de l'ONG d'extrême - Briser le Silence- un groupe d'anciens soldats et d'officiers de Tsahal qui vont accusé de par le monde leurs camarades de crimes de guerre et lors d'une conférence à Herzliya au début du mois que l'ensemble des revendications de cette ONG seront prises au sérieux et doneront lieu à une enquête.

 

Lors de cette même conférence le 9 février, a eu lieu à la mémoire de l'un de ses prédécesseurs, Amnon Lipkin-Shahak, Eizenkot a décrit une réunion qu'il a eu avec les commandants de Tsahal pour discuter de l'évaluation des menaces. Lors de cette réunion, Eizenkot raconté, " je l'ai dit la vague de terrorisme a commencé pour trois raisons: le changement dans le statu quo sur le Mont du Temple, la baisse de la stature de dirigeants arabes et une dure réalité économique [des Palestiniens]. "

 

Ce mensonge, propagé par une direction palestinienne qui a élevé ses enfants sur la haine du Juif et un désir de détruire Israël, est plus mortel qu'un missile du Hezbollah ou la rocket du Hamas. Que les hauts gradés de l'armée israélienne répéte comme un fait est horrible.

 

Il n'y avait pas eu de changement dans le statu quo du Mont du Temple. Les Juifs et  les chrétiens ne sont toujours pas autorisés à y prier, tandis que le Waqf musulman continue à contrôler le lieu saint. Les Palestiniens ont répandu ce mensonge du Mont du Temple pour irriter et pousser les masses à commettre des actes terroristes. Du coup, Eizenkot a donné à leur reproche inventé un sceau de légitimité.

 

L'autre réclamation d'Eizenkot, qu'il est «nécessaire pour préserver l'espoir de la population palestinienne du mal à gagner leur vie»est tout aussi dangereux. Non seulement cela signifie qu'Israël - et non l'Autorité palestinienne - est responsable de la situation des résidents des zones que dirige l'AP; mais il accepte l'hypothèse de ce mensonge flagrant que les difficultés économiques provoquent le terrorisme.

 

Plutôt qu'éreinter Eizenkot pour le mal qu'il fait, le Ministre de la Défense Moshe Ya'alon l'a défendu jeudi.

"Nous ne devons pas nous permettre de devenir insensible ou d'avoir des démangeaisons des doigts sur la gachette. Nous ne devons pas perdre notre morale et devenir fou parce que notre sang est en ébullition," a-t-il dit. " Nous devons être pondérés et calmes et éviter de nuire à des innocents ou de créer des situations où notre colère nous fait perdre la boussole morale d'une manière qui saperait la justice sur notre chemin. Nous devons défendre ces valeurs, comme soldats, policiers et êtres humains. pour gagner et rester des êtres humains ".

 

Honte à tous les deux pour ce qui implique que nous n'ayons jamais été ou fait autrement. C'est pas notre humanité qui reste un point d'interrogation, mais plutôt notre capacité à gagner avec ces personnes en charge de la défense nationale.

Partager cet article

Repost 0
mordeh'ai