Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא

Comment arrêter les loups solitaires

4 Janvier 2016 , Rédigé par mordeh'ai

Par Vic Rosenthal

http://abuyehuda.com/2016/01/how-to-stop-the-lone-wolves/

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif

 

Pendant que j'écris, l'homme qui a tué deux jeunes Juifs sur la rue Dizengoff à Tel-Aviv et peut-être aussi un chauffeur de taxi arabe, est toujours en cavale.

 

Alors que la police affirme que cette attaque ne correspond pas tout à fait le profil du terrorisme arabe auquel nous sommes malheureusement confrontés ces derniers mois, cela m'a fait réfléchir à la manière d'arrêter la vague de terrorisme de lone-wolf meurtrier qui est tombé sur nous depuis le début du mois d'octobre.

 

En général, les auteurs étaient des jeunes (des adolescents d'une vingtaine d'années) des gens de l'est de Jérusalem ou de Judée/Samarie, homme et femme, qui agissaient par colère en réponse aux mesures prises par Israël. Justifications pour terrorisme pourraient inclure des insultes à l'Islam comme la tentative présumée de changer le statu quo sur le Mont du Temple, ou les « exécutions » des arabes revendiquées par des soldats israéliens ou de la police. Un courrier sur les médias sociaux a peut-être stimuler le terroriste à l'action, et il ou elle va prendre un couteau dans le tiroir de la cuisine et sortir poignarder un juif. Dans de nombreux cas, ils ne tentent de s'échapper, prêts à mourir en martyrs.

 

Cela se produit dans le contexte du système éducatif de l'autorité palestinienne, qui a endoctriné des enfants arabes depuis Oslo à croire que les Juifs sont maléfiques, créatures inhumaines, et que ceux qui les assassinent sont des héros, célébrés comme des modèles pour la jeunesse arabe palestinienne. Dans de nombreux cas, leur éducation religieuse leur a été enseigné — et ils y croient littéralement — qu'en tant que martyrs ils iront au paradis où ils obtiendront tous les plaisirs de la chair qu'ils se sont vus refuser dans la société arabe répressive.

 

Ces attaques sont extrêmement difficiles à stopper parce qu'elles ne sont pas habituellement directement commandées par un groupe terroriste et sont effectuées avec un minimum de planification et de préparation. Les auteurs ne sont généralement pas connus des forces de sécurité. Parfois, il y a des signaux avertisseurs, par exemple une personne devient extrêmement religieuse, perte d'intérêt sur tout sans rapport avec l'Islam, même dire au revoir aux membres de la famille.

 

Seuls quelques dizaines de terroristes qui ont frappé ces derniers mois étaient des citoyens arabes d'Israël avant 1967 comme le tireur de Tel-Aviv, qui était originaire de la région de Wadi Ara. Les Arabes israéliens ont tendance à être mieux éduqués –  pas comme ceux par l'autorité palestinienne – et moins probablement croire à certaines histoires plus scandaleuses dans les médias sociaux. Ils peuvent aussi avoir eu plusieurs rencontres avec les Juifs et, même s'ils  sentent une certaine animosité envers eux, au moins ils les considèrent comme des êtres humains. Ils peuvent être plus investis dans les études et les carrières que les Arabes des territoires.

 

Ce qui est intéressant dans cette affaire, c'est que l'identité du tireur a été découverte après que son père ait vu les vidéos de sécurité largement médiatisées de l'attaque et a reconnu son fils. L'arme appartenait au père, un officier de police bénévole et garde de sécurité, qui l'avait gardé dans un coffre fort à la maison. Après avoir vu la vidéo et qu'il s'est aperçu que son arme semi-automatique avait disparu, il en a informé la police.

 

Je ne saurais pas spéculer sur les motivations du père. Il a dit qu'il voulait que son fils se fasse prendre avant de tuer quelqu'un d'autre. Les cyniques diront qu'il s'est rendu compte que son fils aurait été identifié sur la vidéo dans tous les cas, et que ces informations pourraient aider la police à le capturer vivant, ou même qu'il voulait éviter de voir la maison familiale détruite.

 

La situation familiale est tragique. En plus de la douleur de dénoncer son propre fils à la police, le père peut perdre son emploi parce qu'il a concouru au vol de son arme. Mais ce n'est pas la première fois qu'un suspect terroriste a été trahi par des membres de la famille. Dans le cas de l'assassinat du rabbin Ya'akov Litman et son fils Netanel en novembre, l'identité du meurtrier n'était pas connu jusqu'à ce que sa famille informe la police.

 

Aucun de ces cas n'était une attaque typique de lone-wolf. Le meurtrier de Litman était membre du Jihad islamique, et le tireur de Tel-Aviv semble avoir planifié son attaque et son évasion avec plus de soin que la plupart – et ne voulait pas se faire piéger. Mais le lien familial m'a fait penser que peut-être il y a une approche qui peut être travaillée pour arrêter certaines de ces attaques terroristes.

 

Je suis sûr que certains diront que c'est immoral. Mais comprendre qu'au moins 27 israéliens ont été assassiné dans des attentats terroristes depuis le 1er octobre, et beaucoup plus sérieusement blessés. Un nombre encore plus grand d'Arabes ont été abattu en essayant de tuer des Juifs. On ne peut pas simplement autoriser à poursuivre. Les Israéliens ne peuvent pas s'attendre à marcher autour de leur quartier avec des cibles dans leur dos.

 

Dans la société arabe traditionnelle, la hiérarchie familiale est très puissante. Parfois, comme dans le cas des prétendus "meurtres d'honneur" dans lesquels une femme est assassinée par des membres de la famille parce qu'elle est soupçonnée d'embarrasser la famille en ayant eu des relations sexuelles inappropriées ou même parce qu'elle n'accepte pas la décision de la famille avec qui elle doit se marier, ce qui en soi conduit à la tragédie.

 

Je pense que la façon de mettre fin au terrorisme du « loup solitaire » c'est pour le rendre utile pour la famille et le tuer dans l'oeuf. Ceci peut être accompli en punissant collectivement les familles des terroristes. Amendes, démolitions et l'expulsion de la famille immédiate ou  plus largement étendue devraient être utilisées. Il faudrait indiquer très clairement quelles seront les conséquences quand un membre  de la famille s'engagera dans le terrorisme, et la punition doit être rapide et sûre.

 

J'entends déjà les ONG de « droits de l'homme » s'opposer à la punition collective qui viole le droit international, que c'est injuste et immoral et ainsi de suite. Mais l'assassinat terroriste, ce sont toutes ces choses aussi, et la décision de s'y engager faite par le terroriste n'est pas celle des forces de sécurité. Ainsi, la responsabilité de ce qui se passera pour la famille retombera sur le terroriste.

 

Les méthodes traditionnelles de lutte contre le terrorisme ont du mal à stopper le terrorisme totalement aléatoire. Mais  même les « loups solitaires » ont des familles.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :