Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Malaassot - le blog de mordehai - ! ברוך הבא
  • Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא
  • : Défenseur de l'unité et de l'indivisibilité de Jérusalem Juive et capitale de l'Etat d'Israel sans aucun partage
  • Contact

Recherche

18 décembre 2015 5 18 /12 /décembre /2015 09:35

Par Vic Rosenthal

http://abuyehuda.com/2015/12/the-israeli-lefts-faustian-bargain/

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif

 

Barack Obama semble opposer à toute intervention partout. Il est particulièrement attaché à minimiser la friction entre l'Amérique et le monde musulman - même d'essayer parfois de s'aligner sur les objectifs islamiques en Amérique - et continue de réduire l'empreinte américaine en Afghanistan et à prendre le minimum de mesures que possible en Syrie.

 

Mais un seul endroit où il semble heureux de se mêler c'est Israël. Il a envoyé John Kerry faire pression pour la création d'un Etat palestinien encore une fois (et blâmer Israël pour le manque de «progrès» dans ce sens). Récemment, le 'V15' (Victoire 2015) l'organisation qui a fait campagne contre Netanyahu aux élections de février dernier renaît à la vie avec un nouveau nom ("darkeinu"', notre chemin) et lui-même met en place un lobby de la Gauche à la Knesset d'Israël . le V15 a obtenu son financement principalement de sources américaines, et a été considéré comme proche de l'administration Obama. Sans doute, le lobby le sera plus encore.

 

Divers substituts et alliés d'Obama ont rejoint le club "sauver Israël de lui-même". J Street bien entendu, a toujours pris cette voie, et à la conférence Ha'aretz / New Israel Fund à New York la semaine dernière, des représentants de chaque groupe imaginable de la gauche a poussé pour que les Etats-Unis fasse pression sur Israël d'une manière ou d'une autre.

 

"Les Américains peuvent-ils sauver Israël de son propre extrémisme?" A écrit AlufBenn le rédacteur du Ha'aretz . Benn devrait savoir que l'extrémisme quand il le voit, est présent chez son personnel qui comprend Gideon Levy, qui a causé l'annulation de centaines d'abonnements d'Israéliens quand Levy a vicieusement attaqué la moralité des pilotes israéliens, et Amira Hass, qui a affirmé que jeter des pierres sur les Juifs est le "droit d'aînesse et le devoir des Arabes" palestiniens. Les deux Levy et Hass ont parlé lors de la conférence. Certaines personnes appellent Ha'aretz " le journal palestinien publié en hébreu."

 

Dans son allocution à son congrès biennal en Novembre, l'Union de la Reforme du Judaisme (URJ) par président Rick Jacobs a annoncé que son organisation ne permettrait pas le fait qu'Israël soit sous l'assaut d'une vague de terrorisme meurtrier pour l'empêcher de pousser sa vision de " Tikkun Olam " en Israël, y compris la création d'un Etat palestinien et du mariage civil et de permettre un culte égalitaire au Mur occidental pour les droits des LGBT (même si Israël est probablement plus LGBT-friendly du Westchester County de Jacobs). Jacobs, aussi, a parlé lors de la conférence du Ha'aretz.

 

Beaucoup de ceux qui veulent sauver Israël de lui-même comme pour dire que le problème est qu'il n'y a pas suffisament de «démocratie», où la démocratie signifie des choses telles que donner plus de pouvoir à la minorité arabe, permettre l'accès libre des migrants africains à notre pays, le changement des priorités budgétaires pour rendre Israël plus comme un État-providence européen, le financement du flux non-orthodoxes du judaïsme, et permettre le libre-cours des intérêts étrangers à l'appui des ONG israéliennes.

 

Bien qu'ils ne l'admettraient pas si leur véritable problème est qu'Israël est trop démocratique, en continuant à élire des politiciens qui opposent l'ordre du jour de la gauche, en particulier dans le cadre de son fantasme de se retirer de la Judée et de la Samarie, et d'entrer dans une ère de félicité de la paix.

 

La minorité d'Israéliens de gauche, qui se présentent comme la voix de la responsabilité et de la modération pour les Nord-Américains et les Européens qui sont si désireux de sauver Israël de la théocratie et du fascisme, ont été incapables de prendre le pouvoir politique en Israël parce que la majorité a peur de la mort que - comme c'est déjà arrivé avec les Accords d'Oslo et le retrait de Gaza - ils mettront en quelque sorte en œuvre leur rêve impossible, qui tournera que la Judée et la Samarie ressemblent à Gaza (ou pire) et Tel-Aviv et l'aéroport Ben Gourion en champs de bataille.

 

La majorité israélienne, qui pourrait être réceptive à certains des thèmes sociaux de la gauche comme le pluralisme religieux ou le mariage civil, ne donnera pas ces idées le temps de la journée tant qu'elles seront accompagnées de l'ordre du jour suicidaire - la «paix».

 

La gauche a maintenu un gouvernement efficace de parti unique de 1948 à 1977, et ne s'est jamais résolue à la perte de son monopole politique. Elle est absolument convaincu de sa justesse, ainsi que de sa supériorité morale et culturelle. Elle est frénétique pour revenir au pouvoir et à faire adopter ses politiques, en particulier la «fin à l'occupation», qui, selon elle, annonce un âge messianique de paix et de prospérité.

 

Parce que pour elle la fin justifie presque tous les moyens, le petit groupe de politiciens extrémistes, les gens des médias, les universitaires, les intellectuels et les ONG coopératives souffrent de cette obsession, font des alliances avec les intérêts européens et nord-américains qui sont prêts à les soutenir. Cela comprend l'Union européenne et l'administration Obama, mais également des fondations soutenues par George Soros, des organisations religieuses anti-israéliennes comme les quakers et des mennonites, et les dupes libérales comme l'URJ.

 

Même ceux de gauche qui n'ont pas pris la décision de rejoindre le côté obscur avec Levy et Hass sont corrompus par cette affaire. Les gouvernements européens, l'UE et de l'administration Obama (indépendamment des déclarations publiques) mènent une politique qui vise à conduire à la fin de l'Etat juif. Cela est également vrai des organisations financées par Soros et ses substituts comme J Street. Elles pensent qu'ils peuvent garder leur intégrité, mais le diable obtient toujours votre âme à la fin.

 

La corruption est la plus évidente dans les diverses ONG financées par l'étranger, qui reçoivent des dizaines de millions de shekels chaque année à partir de sources dont les intérêts sont souvent diamétralement opposées à ceux d'Israël. Les Israéliens dont les salaires et les avantages provenant de ces ONG sont devenus en effet par ce fait des agents de puissances étrangères hostiles.

 

Mais même ceux qui en bénéficient de manière plus indirecte sont corrompus - comme Ha'aretz, ce qui rend l'argent de son édition et son site Web anglais anti-Israëlien et des universitaires israéliens qui jouissent de chaires de professeur invités dans les universités lucratives à l'étranger en contrepartie de la prise de la ligne dite «correcte».

 

Et le dernier, mais certainement pas le moindre, il y a des partis politiques qui sont aidés par des groupes comme V15 au moment des élections.

 

En Israël, il commence à y avoir une réaction à l'influence de l'argent étranger. La Knesset a adopté une «loi sur la transparence», qui est responsable de la documentation des subventions étrangères aux ONG israéliennes. Mais il ya des lacunes dans la loi, et une nouvelle loi a été proposé qui permettra non seulement d'exiger la divulgation de subventions, mais aussi exiger des documents produits par ces ONG d'être étiquetées comme tel, et les lobbyistes de porter des «balises» les identifiant. Une proposition encore plus forte permettrait d'éviter ces lobbyistes d'être en contact avec le personnel du gouvernement ou des militaires. En vertu de cette loi, les ONG anti-étatiques pourraient être dissoutes par décision de justice.

 

Je suis convaincu que certains électeurs ont été désactivé dans la dernière élection par les tentatives maladroites des procurations de l'administration Obama pour faire basculer le vote contre Netanyahu. Ceci est un bon signe, mais ce qui devrait se passer c'est que le Likoud et le Parti travailliste divorcent finalement d'avec le fantasme d'Oslo. La sécurité peut et doit être une question non partisane, et les parties ne peuvent rivaliser sur la base de leurs visions nationales, ou même créer un gouvernement d'unité nationale.

 

Dans le cas du Likoud, c'est une question de déclaration d'indépendance de l'administration mensongère d'Obama , qui a obligé à payer le service de pure forme à un Etat palestinien que tout le monde sait ne doit jamais se produire. Il est maintenant temps, quand les Arabes sont des meurtriers et démontrent l'absurdité de l'idée de leur donner un état, et de le faire.

 

Il sera plus difficile pour le Parti travailliste, qui rend hommage à «l'héroïque» Yitzhak Rabin de nous avoir donné Oslo, qui en fait, est une embûche contre son meilleur jugement.

 

J'espère que cette idée peut être faite de faire appel au Parti travailliste - si il ne comprend rien d'autre, il devrait être en mesure de voir que cela est sa seule chance de revenir au pouvoir!

Partager cet article

Repost 0
mordeh'ai