Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Malaassot - le blog de mordehai - ! ברוך הבא
  • Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא
  • : Défenseur de l'unité et de l'indivisibilité de Jérusalem Juive et capitale de l'Etat d'Israel sans aucun partage
  • Contact

Recherche

17 octobre 2015 6 17 /10 /octobre /2015 14:37

Lorsque les mensonges sont le fondement des politiques.

 

Par Bruce Thornton

http://www.frontpagemag.com/fpm/260465/middle-east-and-orwellian-historical-arguments-bruce-thornton

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif

 

 

Beaucoup de nos débats et conflits politiques tant appels nationaux qu'étrangers font appel à l'histoire afin de valider leurs allégations. À la maison, les crimes du passé comme l'esclavage et la ségrégation légale sont utilisés pour justifier les politiques actuelles allant des marchés raciaux  en sommeil aux règlements de logement longtemps après que ces institutions aient été démantelées. À l'étranger, nos ennemis djihadistes évoquent constamment les Croisades, le «colonialisme», et «l'impérialisme» comme justifications à leur violence. Pourtant, «l'histoire» utilisée de cette façon est généralement unilatérale, simpliste, ou carrément fausse. Ni c'est la raison difficile à trouver: comme nous le lisons dans 1 984, «Qui contrôle le passé. . . contrôle le futur:. qui contrôle le présent contrôle le passé » L'imparfaite histoire est un instrument puissant pour la conquête du pouvoir politique.

 

Nulle part l'abus de l'histoire n'est plus endémique qu'au Moyen-Orient. Depuis la Seconde Guerre mondiale tous les problèmes dont le mensonge d'origines se situent dans les croyances tribales et religieuses et les comportements dysfonctionnels ont été mis aux pieds du «colonialisme» et de «l'impérialisme." Les Gauchistes occidentaux - abrutis à la fois par une haine marxiste de la démocratie libérale, et par de noble sentiments Tiers-Mondistes -- ont légitimé ce prétexte spécieux, qui maintenant est devenu pour beaucoup un fait historique.

 

En réalité, les Européens n'ont jamais eu de colonies au Moyen-Orient moderne, pour la simple raison que le territoire était contrôlé par l'Empire ottoman musulman. Ainsi le «colonialisme» est sans importance pour l'histoire de cette région. Les faits de cette histoire nous enseignent que l'incompétence irresponsable d'une série de sultans ottomans, dans la poursuite de leurs rêves impérialistes de récupérer leurs provinces balkaniques perdues et de restaurer leur hégémonie sur l'Egypte, avait affaibli financièrement l'empire et l'a fait dépendre des puissances européennes qui lui ont prêté de l'argent. En conséquence, c'est devenu «l'homme malade» géopolitique que l'Angleterre a dû protéger contre l'aventurisme Russe et l'expansionnisme égyptien.

 

Efraim Karsh et Inari Karsh des historiens indiquent succinctement la conclusion d'un examen sobre de ces faits:

 

L'Histoire du XXe siècle du Moyen-Orient est essentiellement le point culminant de longue date des tendances autochtones, des passions et des modes de comportement plutôt qu'un diktat imposé de l'extérieur. Les Influences des grandes puissances, ont joué un rôle secondaire, ne constituant ni la force principale derrière le développement politique de la région, ni la principale cause de sa volatilité notoire. Même au point le plus faible dans leur histoire moderne, au cours de la Première Guerre mondiale et dans son sillage immédiat, les acteurs du Moyen-Orient ne sont pas de malheureuses victimes des puissances impériales prédatrices, mais des participants actifs dans la restructuration de leur région.

 

La décision ottomane de rejoindre les puissances centrales lors de la Première Guerre mondiale afin de retrouver le statut impérial et récupérer les territoires perdus, la captation par l'Angleterre de la plupart de territoires ottomans après la guerre, donnés par le clan hachémite, les chevilles ouvrières de la création du Moyen-Orient-moderne ont été les Ottomans, les Egyptiens et les Arabes, et non pas les puissances «coloniales», comme les grandes puissances l'avaient fait depuis l'antique Sumerie, de tenter d'influencer les événements afin de faire avancer leurs propres intérêts. Mais cela n'est pas de " l'impérialisme " correctement compris.

 

L'exemple le plus flagrant de cette histoire orwellienne, cependant, c'est la prédiction de la violence musulmane contre Israël de son statut comme un larbin occidental néo-impérialiste violemment imposé dans la «patrie» du peuple «palestinien» dont les terres antiques ont été volées par une " «nation qui continue brutalement " illégitimement d'occuper " le territoire appartenant légitimement aux " Palestiniens ".

 

Tout d'abord ce récit est faux. Il n'y a jamais eu une telle chose comme un peuple «palestinien», une idée qui a surgi seulement après la guerre des Six Jours de 1967. La majeure partie des gens appelé à tort "Palestiniens" sont ethniquement, religieusement et linguistiquement indiscernables des musulmans arabes du Liban, de Jordanie , ou de Syrie. De nombreux commentaires par les dirigeants arabes avant 1967 ont souligné ce fait. Par exemple, Zouhair Muhsin, un membre du Conseil exécutif de l'OLP, a déclaré: " Il n'y a pas de différences entre Jordaniens, Palestiniens, Syriens et Libanais. Nous faisons tous partie d'une nation. C'est seulement pour des raisons politiques que nous soulignons attentivement notre identité palestinienne ... Oui, l'existence d'une identité palestinienne distincte sert uniquement à des fins tactiques. La fondation d'un Etat palestinien est un nouvel outil dans la lutte continue contre Israël ".

 

Deuxièmement, la région en question n'a jamais été une patrie arabe, et les Arabes ne commencèrent à l'habiter de façon permanente qu'après la conquête musulmane de Jérusalem en 637. Depuis lors, les Arabes musulmans sont venus en conquérants, les occupants, les travailleurs migrants et les immigrants, mais ils ne sont plus des peuples «indigènes» comme les Américains le sont l'Amérique du Nord. D'autre part, la preuve littéraire et archéologique abondante confirme la présence de Juifs dans la région et le statut de Jérusalem comme une ville juive depuis 1300 avant JC. Ce fait explique la réécriture orwellienne de l'histoire des Arabes palestiniens qui sont actuellement engagés dans, à détruire les preuves archéologiques sur le Mont du Temple qui confirment la présence de Juifs sur ce site de près de 2000 ans avant que l'Islam n'existe.

 

Troisièmement, l'affirmation selon laquelle Israël est un Etat «illégitime» est faux. Israël a été créé dans le cadre du système obligatoire mis en place après la Première Guerre mondiale dans le cadre de l'accord de paix, et confirmé par plusieurs traités internationaux, la Société des Nations, et plus tard la résolution 181 des Nations Unies. Sauf pour la résolution de l'ONU, ce même processus a créé les nouvelles nations de la Jordanie, de l'Irak, de la Syrie et du Liban. Si Israël est illégitime, pourquoi les autres nations ne le sont-elles pas? Serait-ce parce que, pour les musulmans traditionnels, il n'y aurait que les Juifs qui seraient illégitimes, et non pas leur état? Serait-ce expliquer pourquoi plus d'un million d'Arabes vivent en Israël, alors que tout futur Etat palestinien doit être Judenrein?

 

Enfin, la charge d'une "occupation illégale" de la "Cisjordanie occupée" est un bobard. Ces territoires, dont le cœur des anciennes nations juives de Judée et de Samarie, sont contestés, leur élimination finale en attendant un traité de paix. Il n'y a pas de «frontières» pensées définissant la nation palestinienne mythique. Ces lignes sur la carte sont des lignes d'armistice, crééent après qu'Israël ait vaincu les armées de la Syrie, de la Jordanie et de l'Egypte en 1967. Par tous les droits du vainqueur, Israël aurait pu incorporer la soi-disant Cisjordanie à l'état d'Israël, sur la mêmes bases éternelles de la guerre qui a conduit l'Amérique du Sud a être incorporée dans les États-Unis après la guerre de 1846 à 1848 avec le Mexique, ou de l'Allemagne prussienne à la Pologne après la Seconde Guerre mondiale. En effet, depuis que le territoire en question a été il y a des milliers d'années, la patrie du peuple juif, Israël aurait fait une meilleure affaire pour restaurer la Judée et la Samarie à Israël. Au lieu de cela, dans l'histoire orwellienne créée par les musulmans et acceptée par l'Occident, les peuples autochtones sont considérés comme les «occupants» de leurs propres terres, et les conquérants, les envahisseurs et les colonisateurs considérés comme les victimes privées de leurs droits.

 

Les récents attentats-suicides les meurtres aléatoires d'Israéliens par des Palestiniens ont été analysé en termes qui perpétuent cette fausse histoire. Notre Secrétaire d'Etat à la déficience intellectuelle, John Kerry, fait référence à cette fausse histoire quand il a dit à Harvard, " Il ya eu une augmentation massive de règlement au cours des dernières années et il ya une augmentation de la violence parce qu'il y a cette frustration qui grandit, " «Implantations»ce n'est rien de plus qu'un mantra aveugle, comme «cycle de la violence» ou «points de contrôle» ou le «caractère sacré de la mosquée al-Aqsa», pour l'Occident pusillanime, tandis que pour les musulmans, ce sont des prétextes pour pratiquer leur traditionnelle violente et sacralisée haine des Juifs .

 

L'histoire que cette déclaration sur le Mont du Temple ignore la grande patience, et pour être sûr du  pragmatisme tactique, des Israéliens ont quitté le Mont du Temple le laissant sous la direction des Arabes; tandis qu'une mosquée créé comme un orgueil triomphaliste sur les chrétiens et les Juifs, dans une ville jamais mentionnée dans le Coran, est davantage respectée par l'Occident que ses propres cathédrales vides. Pendant ce temps les déboires d'immigrés musulmans sont surexcités et assassinent par plus de crucifixions, de torture, de viol et d' assassinats de chrétiens de la plus grande persécution de masse des chrétiens dans l'histoire.

 

Ce sont les appointements de l'ignorance historique et l'acceptation d'une histoire faite par l' adversaire qui peut plongé sa main dans le passé et «dire de tel ou tel événement, il n'a jamais eu lieu», comme dit Orwell dans le Roman "le Parti 1984". Notre politique étrangère a souvent été fondée sur ces mensonges, et le résultat était prévisible lorsque les mensonges sont le fondement des politiques - cela donne l'échec abject auquel nous assistons aujourd'hui dans la région.

Partager cet article

Repost 1
mordeh'ai