Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Malaassot - le blog de mordehai - ! ברוך הבא
  • Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא
  • : Défenseur de l'unité et de l'indivisibilité de Jérusalem Juive et capitale de l'Etat d'Israel sans aucun partage
  • Contact

Recherche

15 septembre 2015 2 15 /09 /septembre /2015 20:00

Par Vic Rosenthal

http://abuyehuda.com/2015/09/why-negotiations-with-the-plo-are-a-waste-of-time/

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif

Toute "solution à deux Etats" est une mauvaise idée. Elle est incompatible avec la sécurité d'Israël - La Judée et la Samarie ressembleront rapidement à Gaza - et elle  impliquera généralement (mais pas toujours) que le peuple juif n'a pas la pleine propriété de la terre du Jourdain à la Méditerranée.

 

Il est également impossible de la mettre en œuvre, parce que les Juifs et les Arabes ont des idées entièrement différentes de ce que cela signifie. Cette ambiguïté a condamné toutes les négociations entre Israël et l'OLP de Oslo pour le moment.

 

Pour un Juif israélien, l'idée de "deux Etats pour deux peuples", implique  généralement de vivre en paix côte à côte. Il est entendu qu'une partition de la terre ne saurait mettre un terme au conflit.

 

Pour l'OLP et la plupart des autres milieux arabes, ce ne est pas le cas. Je suis redevable à Azmi Bishara, un ancien membre arabe de la Knesset (qui a fui le pays pour éviter des poursuites pour avoir transmis des informations au Hezbollah pendant la Seconde guerre du Liban) pour expliquer ceci:

 

Le slogan "deux Etats pour deux peuples" transforme un réglement historique d'un conflit dans l'acceptation du Sionisme comme une idée, tandis que la solution à deux Etats comprend l'acceptation d'une situation existante – à condition que tout accord entre Israël et les chefs palestiniens comprend la création d'un Etat palestinien et le droit au retour des réfugiés.

 

Initialement, ce fut un accord politique que l'Organisation de libération de la Palestine (OLP) a accepté. Cependant, l'OLP n'a pas l'intention de faire une concession concernant sa compréhension de l'histoire, ni ne doit abandonner la contradiction entre elle-même et le Sionisme comme un concept; sinon, elle va abandonner le droit au retour et les droits des Palestiniens en Israël.

 

Le rejet de Bishara de "Sionisme comme une idée" est basé sur le «récit palestinien». Selon lui, il n'y a pas de peuple juif, seulement une religion. Et les Juifs n'ont pas le droit moral ou juridique sur la terre d'Israël. Toute la «reconnaissance» d'Israël, comme celle faite par l'OLP à Oslo, est seulement la reconnaissance d'un (injuste) état ​​de choses, pas une acceptation de celui-ci.

 

L'Etat juif, dit-il,

 

... Ne s'envisage pas comme l'état de plus d'un million de personnes qui sont ses citoyens et le peuple autochtone de la terre les Arabes qui sont restés dans les frontières de la Palestine de 1948 restent les premiers habitants du pays. L'occupation les a transmuté de majorité réelle en une minorité.

 

Ils ne sont pas des immigrants qui doivent renoncer à leur identité et s'intégrer à un autre peuple comme si ils avaient choisi d'immigrer.Ainsi, en plus de leurs droits individuels en tant que citoyens, ils ont aussi des droits collectifs comme habitants autochtones. Tout d'abord de ces droits sont la préservation et le développement de leur identité et de leur relation avec la terre et avec d'autres Arabes.

 

Comme je l'ai affirmé, Les Juifs sont les autochtones, la population indigène de la terre d'Israël. Ils sont les «premiers habitants», pas les «Palestiniens», qui sont relativement nouveaux dans la région et ne sont pas même considèrés comme un «peuple» jusqu'aux années 1960. Ceci est la base reconnue dans le mandat de la Société des Nations, sur laquelle reposent les droits moraux et juridiques du peuple juif .

 

L'idée d'une solution à deux Etats de Bishara est celle qui comprend à la fois le soi-disant «droit de retour» des descendants des réfugiés arabes en Israël (pas en «Palestine») et un changement dans le statut des Arabes vivant en Israël à un les gens avec des droits nationaux ainsi que les droits civils. «Palestine» serait donc un Etat arabe, et "Israël" serait un Etat bi-national.

 

«La compréhension de l'histoire» de l'OLP est le récit palestinien, dans lequel les Juifs sont des colonialistes européens occupant la Palestine arabe  ayant dépossédés ses «véritables propriétaires». Cela empêche une fin permanente du conflit et la  reconnaissance d'Israël comme l'Etat du peuple juif, même si il se retire aux lignes d'armistice de 1949.Voilà pourquoi, Mahmoud Abbas, ne consentira jamais aucun accord avec ces choses, et c'est pourquoi il a toujours insisté sur le fait qu'aucun premier ministre juif n'a jamais accepté "la solution à deux Etats." Selon la définition arabe, que d'aucun en fait.

 

Je pense que le président Obama va bientôt reprendre la pression sur Israël pour céder aux demandes de l'OLP et de se retirer de la Judée – Samarie et de parties Est de Jérusalem.

 

Je souhaiterais qu'Israël ne présente pas seulement l'argument de la sécurité, mais aussi fasse valoir les droits historiques, moraux et juridiques comme points de départ des attaches du peuple juif à l'ensemble de la terre d'Israël, au motif qu'à son origine, le peuple juif est le peuple autochtone de la terre.

 

Partager cet article

Repost 0
mordeh'ai