Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא

Affaire-Iran : les Victoires de la barbarie 

5 Septembre 2015 , Rédigé par mordeh'ai

  • Quand les Juifs israéliens sont assassinés, souvent de façon barbare, presque tous les médias européens et américains accusent Israël et trouvent des excuses aux tueurs.

  • Oublié que le «peuple palestinien» et la «cause palestinienne» ne sont que des récits mythiques inventés par la machine de propagande des services secrets du KGB et de Nasser dans les années 1960.

 

Par Guy Millière
http://www.gatestoneinstitute.org/6451/iran-deal-barbarity-wins

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif

 

Au cours des dernières semaines, la section Moyen-Orient de la plupart des journaux et magazines européens et américains inclus de nombreux articles sur Muhammad Allan, un gréviste de la faim en prison en Israël. Apparemment que Muhammad Allan est en prison parce qu'il appartient à la Jihad islamique palestinien semblait pertinent. Que les services de renseignements israéliens sachent qu'il préparait des attentats terroristes aussi ne semble pas étrange en la matière. Que le Jihad islamique palestinien est une organisation terroriste dédiée à la destruction d'Israël en outre cela ne semble pas faire de doute.

 

Muhammad Allan a été décrit comme une victime. Si il était mort par ​​une grève de la faim, Israël aurait été blâmé. Comme il ne mourut pas, mais qu'il a subi des dommages au cerveau en raison de sa grève de la faim, Israël a été blâmé de toute façon.

 

Quand un membre d'une organisation djihadiste palestinienne qui a tué des Juifs et qui veut tuer encore plus de Juifs et qui met sa vie en danger, les plus grands médias en Europe et en Amérique le dépeignent comme un «résistant». Les commentaires négatifs sont généralement dirigés contre Israël.

 

Quand un terroriste arabe palestinien est tué par un soldat israélien, la plupart des médias traditionnels en Europe et en Amérique accusent l'armée israélienne, même si la personne tuée était connu pour avoir assassiné ou blessé des Juifs israéliens.

 

Il y a quelques semaines, quand une maison arabe palestinienne a été incendié et qu'un bébé est mort dans les flammes, les auteurs ont été considéré comme des Juifs israéliens. Même si le gouvernement israélien a immédiatement dénoncé le crime, presque tous les rapports publiés dans les médias européens et américains ont accusé Israël.

 

Quand les Juifs israéliens sont assassinés, souvent de façon barbare, presque tous les médias européens et américains accusent Israël et trouvent des excuses aux tueurs.

 

Si les Juifs assassinés vivaient en Cisjordanie, ils sont automatiquement catalogués comme des personnes occupant les terres de quelqu'un d'autre, et ils sont à blâmer pour ce qui leur est arrivé. Ces accusations tombent même sur de jeunes enfants assassinés, y compris des bébés.

 

Immédiatement après le massacre de la famille Fogel à Itamar en 2011, de nombreux journaux ont rapporté que «cinq colons» ont été tué. Certains sites «pro-palestiniens» en Europe sont allés encore plus loin; l'un a signalé, " Cinq sionistes terroristes éliminés."

 

Si les Juifs assassinés vivaient à l'extérieur de la Cisjordanie, il était plus difficile de les rabaisser directement, mais cela n'a pas empêché ceux qui ont dit que le meurtrier avait de bonnes raisons de tuer. Certains journalistes citent les communiqués de presse des organisations "palestiniennes" revendiquant l'effusion de sang en réponse à des «crimes» commis par l'armée israélienne. D'autres, suggèrent que les tueurs étaient guidés par le "désespoir", incluant les criminels parmi les victimes.

 

Après le massacre de Novembre 2014 dans une synagogue dans le quartier de Har Nof, à Jérusalem, le quotidien français Le Monde, a publié un article intitulé " Six morts à Jérusalem." Dans l'article, les meurtriers abattus par la police ont été inclus dans le corps du comptage des victimes.

 

CBC News  au Canada a fait pire. Le titre de l'article à ​​la lecture de l'attaque, " la police de Jérusalem a blessé mortellement les 2 agresseurs après l'apparente attaque de la synagogue."

 

Malgré les atrocités massives commises par l'Etat islamique en Irak et en Syrie, malgré l'utilisation d'armes chimiques par le régime Assad en Syrie, en dépit de l'existence de dictatures atroces, ce carambolage déséquilibré contre Israël a un nom: la haine et la diabolisation par les racistes de tout un pays et de tout un peuple.

 

La Diabolisation fonctionne parce qu'elle utilise toutes sortes de stéréotypes politiques. Toutes les allégations fausses et collectives utilisées pour diaboliser les Juifs en Europe pendant des siècles sont utilisées de nouveau. Israël est décrit comme un «impérialiste», «colonialiste» et «pouvoir militariste», et les Juifs israéliens sont dépeints comme des agents impitoyables de ce pouvoir. Les tueurs "palestiniens" de Juifs israéliens, y compris des civils et des bébés, sont présentés comme des «combattants de la liberté» et les membres héroïques d'un «peuple opprimé.»

 

Oublié que le «peuple palestinien» et la «cause palestinienne» sont un récit mythique inventé par la machine de propagande des service secrets du KGB et de Nasser dans les années 1960.

 

Les Juifs en Europe ont longtemps été accusé de tous les maux imaginables; maintenant Israël et des Juifs israéliens sont accusés de diffamations de sang, d'assassiner des innocents gratuitement.Les tueurs de Juifs en Europe étaient souvent glorifiés et décrits comme des tueurs de personnes qui étaient étrangères à la terre sur laquelle ils vivaient. Les crimes commis par les Juifs ont été utilisé pour incriminer tous les Juifs. Quand les Juifs ont été massacré, ils ont souvent été désigné comme méritant le blâme pour leur sort.

 

Les historiens de l'antisémitisme en Europe expliquent que, souvent la haine des Juifs était si commune que le fait de l'inacceptable est acceptable .

 

L'historien Léon Poliakov a noté que, « Sans l'incitation à la haine incessante des Juifs dans toute l'Europe, sans la banalisation de la haine, la tentative d'extermination de tout un peuple n'aurait pas été possible.»

 

Le fin érudit Robert Wistrich a déclaré que la diabolisation d'Israël et des Juifs israéliens conduit à la même sorte de haine. Il a ajouté que la banalisation de la haine est acceptée d'autant plus si elle est fondée sur une vieille haine: « Ce qui est arrivé pourrait arriver à nouveau »

 

Les Idées d'extermination prolifèrent dans le Moyen-Orient; la plupart des gens ne font pas attention.

 

Le Jihad islamique palestinien est dédié à la destruction d'Israël et des Juifs israéliens. Pour beaucoup de journalistes, c'est un détail pas utile de le mentionner. Le Hamas a un objectif encore plus  génocidaire, la destruction d'Israël et de tous les Juifs. " L'heure du jugement ne viendra pas tant que les musulmans ne combattront pas les Juifs et les tueront, de sorte que les Juifs qui se cacheraiennt derrière les arbres et les pierres, seraient trahis même par chaque arbre et chaque pierre qui dirait:« O musulman, O serviteur d'Allah, il y a un Juif qui se cache derrière moi, viens le tuer ". Pour beaucoup de journalistes; c'est aussi un détail pas utile de le mentionner.

 

La télévision officielle de l'Autorité palestinienne appelle constamment pour la destruction d'Israël. Elle glorifie aussi comme des modèles les tueurs de Juifs; la plupart des commentateurs regardent ailleurs.

 

Le régime iranien affirme non-stop que son principal objectif est l'élimination d'Israël et des Juifs israéliens. Le Guide suprême l'ayatollah Ali Khamenei vient de publier un livre, Palestine, détaillant ses plans pour détruire Israël. Pour la plupart des commentateurs, le livre est apparemment sans pertinence; il n'est pas important.

 

Les dirigeants des pays occidentaux ont le même point de vue. Ils financent l'Autorité palestinienne (AP), et donc financent la télévision officielle palestinienne. Ils savent qu'une grande partie de l'argent donné est utilisé pour payer et former des tueurs de Juifs, mais évidemment ils ne s'en soucient pas.

 

Ils viennent de signer un accord avec le régime iranien qui permettra à l'Iran bientôt au seuil des armes nucléaires et de recevoir des milliards de dollars pour financer et armer les groupes terroristes dédiés à la destruction complète d'Israël, et les chrétiens israéliens, musulmans et juifs. Mais, évidemment, les dirigeants des pays occidentaux ne se soucient pas de quoi que ce soit.

 

Ils consentent, en effet, au génocide; mais tant que les affaires peuven être faites avec l'Iran, apparemment ça leur convient. Si le génocide a lieu, ils seraient prêts à l'encourager depuis les lignes de touche..

 

Quelques journalistes et chroniqueurs voient ce qui se passe et tirent la sonnette d'alarme. Mais ils sont une minorité, en particulier en Europe, où le courage semble avoir disparu avec le départ d'un certain nombre de Juifs.

 

Quelques dirigeants politiques ont encore des valeurs éthiques et crient leur indignation. Aucun d'entre eux n'est européen. Presque tous sont américains. Ils comprennent que le silence signifie consentement et que, à certains moments de l'histoire, il est impératif de prendre position.

 

Ce qui est en jeu dans l'enrichissement de l'Iran et de l'armement avec la capacité nucléaire est plus que le sort d'Israël et des Juifs israéliens: il est aussi le sort de l'Amérique, même si elle ne veut pas s'en rendre compte encore. Il est également le sort de la civilisation occidentale.

 

Comme les migrants continuent d'affluer sur les frontières de la Hongrie, d'Italie et de la Grèce, et de là à se répandre dans le reste de l'Europe, le continent est en train de devenir de plus en plus et de manière irréversible musulman. L'Europe s'est égarée dans l'Islam.

 

Sept décennies après Auschwitz, la barbarie gagne rapidement du terrain à nouveau.

 

En Septembre, le Congrès américain peut voter - ou essayer de se soustraire d'un vote - d'approuver ou de désapprouver l'accord avec l'Iran. De toute façon, le président américain Barack Obama a promis de faire passer l'affaire. Sa décision aura des conséquences bien au-delà de ce que nous voyons maintenant. Une chose est certaine: elle ne sera pas bonne.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :