Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא

Survivre à la présidence d'Obama et à l'arme nucléaire iranienne

27 Août 2015 , Rédigé par mordeh'ai

Par Noah Beck

http://www.israeltoday.co.il/NewsItem/tabid/178/nid/27265/Default.aspx

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif

Lorsque, en 2012, j'ai écrit un récit édifiant sur ​​les dangers d'un Iran nucléaire, je ne pensais pas qu'un président américain, quelques années plus tard, essayerait activement de renforcer la position financière et géopolitique de l'Iran, tout en lui offrant une légitimité internationale au  programme nucléaire iranien. Mais parfois, la vérité est plus effrayante que la fiction.

 

Dans mon thriller, 35 sous-mariniers israéliens doivent décider que faire après que l'Iran ait obtenu sa bombe. Dans une tournure inattendue de la fiction, un petit groupe de membres du Congrès indécis pourrait de la même façon avoir à déterminer le cours de l'histoire. Ils représentent la dernière chance pour une démocratie de rejeter l'accord nucléaire des ayatollahs. Il y aurait 26 sénateurs Démocrates actuellement en faveur du président Obama pour l'offre à l'Iran, de sorte que huit autres sont nécessaires pour soutenir le veto d'Obama d'une résolution du Congrès désapprouvant  de l'accord Iran .

 

Mais comme l'accord Iran est maladroitement négocié qu'en l'abattant ce serait probablement pire, étant donné les réalités politiques. Le meilleur résultat possible, à ce stade, serait une résolution du Congrès qui rejette l'accord Iran, mais qui interdise ensuite à Obama d'utiliser  son veto. Pourquoi? Parce que si le Congrès passe outre le veto d'Obama et défait l'accord, l'Iran probablement l'utilisera comme prétexte pour abandonner toutes les contraintes limitées et temporaires qu'il a accepté en vertu de l'accord. L'Iran peut alors - à un moment de son choix - reprendre la course vers l'arme nucléaire alors qu'Obama est encore en fonction, en sachant que Barack Obama n'oserait pas arrêter militairement l'Iran. Si Obama s'est aplati en 2013 de faire respecter sa "ligne rouge" de pas-d'armes chimiques face au régime syrien beaucoup plus faible, il n'y a aucune chance qu'Obama affronterait militairement l'Iran sur son programme nucléaire (et il l'a essentiellement reconnu dans une interview à la télévision israélienne). De peur que quelqu'un doute du laxisme application d'Obama, il a déjà accepté les violations éhontées de l'Iran des sanctions existantes.

 

Incidemment, Obama a affirmé que "la diplomatie" pourrait gérer la menace d'armes chimiques syrienne plus efficacement que la force ne le ferait, mais maintenant ISIS gaze des Kurdes en toute impunité, ce qui sape toute notion que la diplomatie permettrait d'éviter les abus nucléaires. Au Moyen-Orient, la force est beaucoup plus respectée que la diplomatie, et il est clair qu'Obama projette la faiblesse de ses projets aux ennemis de même qu'aux amis. En effet, les chefs militaires iraniens se sont ouvertement moqué de la vacuité des menaces militaires d'Obama.

 

Non seulement Obama ne parviennent pas à prendre toute action militaire contre le nucléaire iranien, mais il va probablement entraver toutes les opérations israéliennes à cet effet. L'administration Obama aurait lancé l'idée d'attaquer les avions israéliens en route pour détruire le programme nucléaire de l'Iran. Incroyablement, l'offre d'Obama sans doute oblige les Etats-Unis à aider, à protéger l'Iran et son programme nucléaire contre une attaque israélienne.

 

La République islamique ne pouvait pas avoir un plus grand allié que la Maison Blanche, et ne donc exploiterait probablement une défaite du Congrès dans l'affaire Iran afin d'aller vers l'arme nucléaire en toute impunité.

 

Les Juifs américains seraient affectés eux aussi par la défaite de l'offre d'Obama à l'Iran : Obama et ses partisans alimenteraient l'antisémitisme en alléguant le pouvoir excessif des juifs encore plus que ce qu'ils ont déjà, et les Juifs et Israël seraient blâmés si l'Iran abandonnait l'accord et se précipitait vers le nucléaire - surtout si une conflagration militaire s'ensuit.

 

Aussi dangereux et risqué, qu'il est pour Israël d'entreprendre une frappe militaire unilatérale sur les sites nucléaires blindés et dispersés à travers l'Iran, une telle opération est effectivement impossible tant qu'Obamaoccupe le bureau oval. Pendant l'opération bordure de protection de l'été dernier, Obama a rappelé à Israël qu'il pourrait mettre en danger le minuscule état  au milieu de la guerre en refusant de ravitailler son armée, et son Fédéral Aviation Administration a isolé Israël en imposant une interdiction des vols vers Israël après juste treize jours de conflit  (alors qu'il a fallu environ trois ans de guerre en Syrie pour que la FAA à prenne les mêmes mesures).

 

Sur le front diplomatique, Obama a déjà menacé de retirer son soutien diplomatique à Israël à l'ONU sur la question palestinienne, donc sur la question nucléaire iranienne - son héritage "de réussite" en politique étrangère -, il serait beaucoup plus dangereux pour Israël à l'ONU.

 

L'administration Obama a également divulgué des informations très sensibles au détriment d'Israël, des attaques d'Israël sur les transferts d'armes syriennes au Hezbollah, et des détails sur le programme nucléaire israélien.

 

En plus de la preuve déjà abondante de l'animosité anti-Israël d'Obama, Michael Oren, ancien ambassadeur d'Israël aux Etats-Unis, détaille l'hostilité d'Obama envers Israël dans ses mémoires récemment publiées, Ally.

 

Compte tenu de la volonté de l'administration Obama de nuire à Israël, l'Etat juif ne peut tout simplement pas prendre le risque d'une opération militaire de grande envergure tant qu'Obama est en fonction. Ainsi, l'accord sur le nucléaire pro-iranien est maintenant, grâce à Obama, le seul moyen d'arrêter les armes nucléaires iraniennes jusqu'à ce qu'Obama quitte ses fonctions.

 

56% des Américains pensent que le Congrès devrait rejeter l'accord avec l'Iran, et 60% désapprouvent la gestion par Obama de la relation Etats-Unis - Iran, selon le dernier sondage CNN / ORC. Le rejet du Congrès de l'accord reflétera officiellement ces sentiments et sapera la légitimité de l'opération (en dépit de veto subséquent d'Obama)-en particulier parce qu' Obama a délibérément fait adopté l'accord au Conseil de sécurité des Nations Unies afin d'en faire un fait accompli qui prive le Congrès de tout rôle constitutionnel significatif dans le processus.

 

Mais si le Congrès rejette officiellement l'affaire désastreuse d'Obama et il ne survit que par le veto d'Obama, le prochain président ne peut plus légitimement l'annuler et - avec l'aide d'alliés traditionnels du Moyen-Orient - arrêter l'hégémonie et les ambitions nucléaires iraniennes.

 

Malheureusement, les politiques d'Obama ont rendu la tâche de son successeur beaucoup plus difficile. Le prochain président devra faire face à un Iran beaucoup plus fort et moins isolé, économiquement réhabilité par un monde qui se précipite pour faire des affaires avec les ayatollahs. L'Iran avec ses 150 milliards de $ post-sanctions une manne qui va faire augmenter l'aide financière iranienne pour les groupes terroristes (comme les fonctionnaires d'Obama le concèdent maintenant) et renforcer les capacités militaires de l'Iran (la Russie vient juste d' accepter de vendre à l'Iran des des missiles terre-air à longue portée des S-300, de systèmes technologiques avancés, ce qui complique les futures missions pour détruire les armes nucléaires iraniennes).

 

Jusqu'à ce que le 45e Président assume ses fonctions le 20 Janvier, 2017, les personnes concernées par la politique étrangère imprudente et irresponsable d'Obama et de sa présidence de plus en plus impériale ont besoin de le garder sur la défensive en concentrant l'attention du public sur  les controverses d'administration Obama, dont beaucoup impliquent des abus de pouvoir qui devraient intéresser les médias traditionnels. Obama plus occupé à défendre ses excès antérieurs, moins il peut en commettre de nouveaux pendant le reste de son mandat.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :