Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא

Netanyahu copie Churchill en essayant d'influencer la politique des États-Unis pour protéger son peuple

13 Août 2015 , Rédigé par mordeh'ai

Netanyahu copie Churchill en essayant d'influencer la politique des États-Unis pour protéger son peuple

Par Alan Dershowitz M.
http://www.gatestoneinstitute.org/6333/netanyahu-churchill-us-policy

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif

 

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a agit correctement dans le lobbying contre l'accord Iran. Et le président Obama agit de façon inappropriée en l'accusant d'ingérence dans la politique étrangère américaine et en suggérant qu'aucun autre dirigeant étranger n'a jamais essayé de le faire: «Je ne me souviens pas d'un exemple similaire."

Le président Obama a aussi tort à propos de l'histoire américaine qu'il l'est de la politique. De nombreux dirigeants étrangers ont essayé d'influencer notre politique étrangère lorsque leurs intérêts nationaux étaient impliqués. Lafayette a essayé de faire impliquer les États-Unis dans la Révolution française, lorsque les premiers colons ont cherché le soutien de la France dans leur propre révolution. Winston Churchill s'est présenté devant le Congrès et a fait fortement pression pour voir l'Amérique changer sa politique isolationniste pendant la montée de la Seconde Guerre mondiale. Le président Obama ne peut prétendre ignorer les événements récents, quand il a envoyé David Cameron, le Premier ministre du Royaume-Uni, faire pression sur le Congrès en faveur de l'accord d'Iran.Récemment, Shinzo Abe, le Premier ministre du Japon, a fait pression sur nous en ce qui concerne le Partenariat Transpacifique.

La nation du Premier ministre Netanyahu a un bien plus grand interêt dans l'affaire d'Iran que la plupart des pays qui l'ont négociée. Mais Israël a été exclu des négociations. Tout dirigeant d'Israël a le devoir d'essayer d'exercer toute l'influence qu'il pourrait avoir dans le débat en cours sur l'accord.

Il ne peut être question qu'Israël qui est la principale cible visée de la quête de l'Iran pour un arsenal nucléaire. Rappelons que Hachemi Rafsandjani, l'ancien président de l'Iran, a décrit Israël comme un Etat à la bombe qui pourrait être détruit instantanément, et que même si Israël ripostait, il ne pourrait pas détruire l'Iran ou l'islam. Aucune menace similaire n'a été faite contre la Grande-Bretagne, la France, l'Allemagne, la Russie ou la Chine. Bien que les Etats-Unis soient toujours considérés par l'Iran comme le «Grand Satan», les États-Unis ont moins à craindre d'un arsenal nucléaire iranien qu'Israël.

Le président Obama croit-il vraiment que les dirigeants israéliens sont tenus de garder le silence et de simplement accepter les conséquences d'un accord qui met sa population en danger? Comme a dit le Premier ministre Netanyahu, à plusieurs reprises, Israël est pas la Tchécoslovaquie. En 1938, la Tchécoslovaquie a été aussi exclue des négociations qui ont conduit à son démembrement, mais elle n'avait pas la capacité d'influencer les politiques des nations de négociation. Elle n'avait pas non plus la capacité de se défendre militairement, comme le peut Israël.

Les États-Unis n'accepteraient certainement pas un accord, négocié par d'autres nations, qui mettrait ses citoyens en danger. Aucun leader américain resterait silencieux au regard d'un tel accord. Israël a le droit d'exprimer sa préoccupation au sujet d'un accord qui a traversé non seulement ses propres lignes rouges, mais les lignes rouges initialement proposées par le président Obama.

L'attaque du président Obama sur le Premier ministre Netanyahu, pour faire exactement ce qu'il ferait si la situation était inverse, il a encouragé les détracteurs d'Israël et à accuser les opposants de l'accord de double loyauté. Rien ne pourrait être plus éloigné de la vérité. Moi et d'autres adversaires de la transaction sommes aussi fidèles à notre pays que le président Obama et les partisans de l'accord le sont. Je suis un Démocrate libéral qui s'est opposé à l'invasion de l'Irak et qui, par deux fois ai soutenu le président Obama quand il s'est présenté à la  présidence. Beaucoup d'opposants ne peuvent pas également être accusés d'être des fauteurs de guerre, parce que nous croyons que la transaction augmente réellement le risque de guerre.

Le président devrait cesser d'attaquer les critiques tant nationaux et internationaux de l'ccord et de nous engager sur le fond. Voilà pourquoi j'ai lancé un défi à l'administration Obama pour débattre de ses critiques à la télévision nationale. Ceci est une merveilleuse occasion de débats du type Lincoln-Douglas sur cette importante question de politique étrangère. A ce moment, la majorité des Américains sont contre l'accord, comme le sont la majorité des deux Chambres du Congrès. Le président a le fardeau de changer l'esprit du public. Ceci est, après tout, la démocratie. Et le président ne devrait pas être habilité à imposer sa volonté à l'opinion publique américaine sur la base d'un tiers plus une voix de l'une des chambres du Congrès, lorsque la majorité des Américains a exprimé son opposition. Alors arrêtez de injures et laissez les débats commencer.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :