Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא

L'Egypte et les "cafards" du Hamas 

26 Août 2015 , Rédigé par mordeh'ai

  • " Que faisaient vos quatre hommes [du Hamas] dans le Sinaï? N'avez-vous pas nié dans le passé la présence des hommes du Hamas dans le Sinaï? Alors, d'où ces hommes surgissent? " - Dina Ramez, journaliste égyptien.

  • Cette pratique du Hamas c'est quelque chose que les autorités égyptiennes sont arrivées à comprendre, c'est ce qui explique le pourquoi de leur refus à rouvrir le passage de Rafah entre Gaza et l'Egypte. La question est maintenant de savoir si la communauté internationale va comprendre les véritables intentions et les plans du Hamas - à savoir se préparer à une nouvelle guerre contre Israël.

 

Par Khaled Abu Toameh
http://www.gatestoneinstitute.org/6400/egypt-hamas-cockroaches

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif

 

Le Président Abdel Fatah Sisi d'Egypte a une nouvelle fois prouvé que lui et son pays ne toléreront aucune menace du Hamas ou d'autres Palestiniens.

 

La crise qui a éclaté entre le régime de Sisi et le Hamas, après le retrait du pouvoir du président Mohamed Morsi des Frères musulmans il y a deux ans, a atteint un pic au cours des derniers jours avec l'enlèvement de quatre membres du Hamas dans le Sinaï.

 

Les quatre hommes ont été arrachés d'un bus peu après avoir traversé la bande de Gaza en territoire égyptien le 19 Août.  Les rapports ont indiqué que des hommes armés non identifiés ont arrêté le bus et ont enlevé les quatre hommes du Hamas, qui sont recherchés par l'Egypte pour leur implication dans le terrorisme.

 

Bien que les rapports initiaux aient suggéré que les ravisseurs appartenaient à un groupe salafiste djihadiste-basé dans le Sinaï, certains responsables du Hamas ont accusé les forces de sécurité égyptiennes d'être derrière l'enlèvement. Les responsables du Hamas ont même émis des menaces voilées contre Sisi et les autorités égyptiennes, et ont dit qu'ils les tenaient entièrement responsables de la sécurité des hommes du Hamas.

 

Une déclaration publiée par le Hamas a mis en garde les autorités égyptiennes de ne pas nuire aux quatre hommes. " Ces hommes ont été victimes de la tromperie et leur seul défaut est d'être de la bande de Gaza ", a indiqué le communiqué. " Cet incident montre que les criminels n'ont pas peur de cibler notre peuple."

 

Le chef du Hamas Abu Marzouk Musa a déclaré que son mouvement tient les autorités égyptiennes entièrement responsables de tout dommage causé aux personnes enlevées. Il a dit que l'enlèvement soulève de nombreuses questions et ses circonstances restent peu claires.

 

Le Hamas affirme que les groupes salafistes-djihadistes dans le Sinaï ont informé ses représentants qu'ils n'ont pas kidnappé les quatre hommes. Selon des responsables du Hamas, l'enlèvement a eu lieu près de la frontière avec la bande de Gaza - une zone où l'armée égyptienne maintient une forte présence.

 

Cependant, des sources dans la bande de Gaza, ont confirmé que les quatre hommes appartiennent bien à la branche armée du Hamas, Ezaddin al-Qassam. Les sources ont indiqué que les hommes étaient apparemment sur le chemin de l'Iran pour une formation militaire. Les sources ont souligné que les quatre hommes avaient reçu l'autorisation des autorités égyptiennes de quitter la bande de Gaza par le passage frontalier de Rafah. Les visas, cependant, sont censés avoir été délivré à des civils, pas à des activistes du Hamas.

 

Les menaces du Hamas contre l'Egypte ont rendu furieuses les autorités égyptiennes ainsi que certains journalistes " top " au Caire.

 

Les autorités égyptiennes ont répondu en refusant de donner la permission au dirigeant du Hamas, Ismail Haniyeh, et certains autres dirigeants de son mouvement à voyager au Qatar et au Liban à travers le passage de Rafah. Les dirigeants du Hamas avaient l'espoir de tenir des pourparlers avec certains de leurs collègues dans ces deux pays au sujet de la possibilité de parvenir à une trêve à long terme avec Israël.

Le refus des Egyptiens de permettre aux dirigeants du Hamas de quitter la bande de Gaza a encore tendu les relations entre les deux côtés. Des représentants du Hamas dans la bande de Gaza ont accusé les autorités égyptiennes de "conspirer" contre le mouvement et tous les Palestiniens.

 

Au Caire, les forces de sécurité égyptiennes ont nié tout lien avec l'enlèvement des quatre hommes du Hamas. Cependant, les dénégations n'ont eu l'oreille de personne au Hamas on semble croire les autorités égyptiennes. Pire encore, les représentants du Hamas ont continué au cours des derniers jours à émettre des avertissements et des menaces contre l'Egypte.

 

Comme par le passé, chaque fois que la tension monte entre le Hamas et l'Egypte, les Egyptiens lâchent certains de leurs journalistes chevronnés contre le mouvement islamiste.Depuis la destitution du président Morsi du pouvoir, les Egyptiens ont affiché une tolérance zéro en ce qui concerne le Hamas. Ils sont particulièrement nourris par des rapports sur la participation accrue du Hamas dans leurs affaires intérieures et des liens vers des groupes terroristes dans le Sinaï.

 

Pendant la dernière guerre entre Israël et le Hamas, plusieurs journalistes égyptiens et des personnalités publiques ont ouvertement exprimé l'espoir que les Israéliens détruisent le mouvement une fois pour toutes. D'autres journalistes au Caire, qui sont ouvertement affiliés au régime de Sisi, ont même exhorté leur gouvernement à lancer des attaques contre les bases du Hamas dans la bande de Gaza.

 

Cette semaine, et dans le sillage de la reprise des tensions entre le Hamas et l'Egypte, les journalistes égyptiens ont repris leurs attaques rhétoriques contre le mouvement. La question que la plupart de ces journalistes ont posé: Que faisaient des membres du Hamas sur le sol égyptien en premier lieu? Les journalistes ont accusé le Hamas d'exploiter les gestes humanitaires de l'Egypte pour que ses hommes de la bande de Gaza fassent de la contrebande.  

 

Une de ces journalistes, Dina Ramez, que l'on connaît comme une fervente partisane du président Sisi, a lancé une attaque cinglante sur le Hamas, appelant ses membres et ses dirigeants  «cafards».

 

Se référant aux menaces du Hamas contre l'Egypte, Ramez dit: " A-t-on jamais entendu parler de cafards ou de fourmis menacer des lions Ces cafards appartiennent au Hamas, qui menace l'Egypte suite à l'enlèvement de quatre de ses hommes et je veux demander au Hamas?. cafards une question simple: Que faisaient vos quatre hommes dans le Sinaï N'avez-vous pas nié dans le passé la présence de tous les hommes du Hamas dans le Sinaï Alors d'où surgissent ces hommes, je vous défie d'approcher de la frontière avec l'Egypte!. Nous avons confiance en notre armée et notre réponse sera douloureuse. Ce sera une réponse forte et la dissuasion contre toute cafard qui ose venir près de notre frontière ou de menacer l'Egypte. "

 

Indépendamment de l'identité des ravisseurs, l'incident montre que Sisi et les autorités égyptiennes continuent de considérer le Hamas comme une menace pour la sécurité nationale de l'Egypte. L'incident prouve aussi que le Hamas n'a pas hésité à profiter de gestes humanitaires du Caire pour faire passer ses hommes de la bande de Gaza. De toute évidence, les quatre hommes du Hamas ne sont pas sur de recevoir un traitement médical ou poursuivre leurs études en Egypte ou tout autre pays.

 

Qu'ils soient membres de Ezaddin al-Qassam parle de lui-même. Au lieu d'expédier ses combattants vers l'Iran et la Turquie, le Hamas aurait dû permettre aux patients médicaux et aux étudiants universitaires de quitter la bande de Gaza. Mais le Hamas ne se soucie pas du bien-être des Palestiniens dans la bande de Gaza. Au contraire, il se soucie de l'envoi de ses hommes en Iran et en Turquie pour recevoir une formation militaire et sécuritaire.

 

Cette pratique du Hamas est quelque chose que les autorités égyptiennes sont arrivées à comprendre, ce qui explique pourquoi elles refusent de rouvrir le passage de Rafah entre Gaza et l'Egypte. La question est maintenant de savoir si la communauté internationale va comprendre les véritables intentions et les plans du Hamas - à savoir se préparer à une nouvelle guerre contre Israël.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :