Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא

Palestiniens: Beaucoup d'occasions manquées

2 Juillet 2015 , Rédigé par mordeh'ai

Mahmoud Abbas a peur du Hamas et a peur d'entrer dans la bande de Gaza. À la suite de rumeurs selon lesquelles le Hamas travaillerait en privé pour parvenir à un accord de cessez-le-feu avec Israël, Abbas menace de dissoudre le gouvernement d'unité nationale.

 

Par Bassam Tawil

http://www.gatestoneinstitute.org/6023/Palestinians-Missed-opportun

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif

 

Nous, les Palestiniens continuons de rater une occasion après l'autre. Maintenant, nous sommes sur le point de manquer encore une opportunité pour la paix.

 

La réalité géographique et politique du Moyen-Orient ne sourit pas aux Palestiniens. Les pays qui, jusqu'au printemps arabe, ont exercé le plus de pressions sur Israël pour négocier avec nous sont devenus faibles. Certains d'entre eux se sont désintègrer et d'autres, dans ce monde d'étranges compagnons, considèrent les partenaires israéliens dans la lutte contre leur ennemi commun, l'Iran.

 

Nos frères arabes nous considèrent maintenant comme une nuisance, marginale à leur lutte pour survivre face aux menaces de la montée en puissance nucléaire des Ayatollahs en Iran et des islamistes radicaux comme ISIS.

 

Nous, les Palestiniens ne comprenons pas les énormes changements dans la région. Nous ne savons pas comment faire pour les tourner à notre avantage. Jusqu'à présent, chaque fois que les Israéliens nous ont offert une proposition intéressante, les dirigeants de la Ligue arabe ont opposé leur veto. Ce qui s'est passé à Camp David, quand Ehud Barak a offert à Yasser Arafat des concessions sans précédent, dont certaines sur Jérusalem. Les dirigeants arabes se sont opposés au deal, nous nous sommes embourbés dans notre misère actuelle, et nous n'avons rien gagné. Alors que le chaos régional actuel a affaibli les États arabes et les Palestiniens, il peut y avoir aussi des possibilités de compromis avec Israël.

 

L'Arabie saoudite a récemment relancé l'initiative arabe de 2002. Une telle mesure signifie que les Arabes sont maintenant disposés à autoriser les Palestiniens à faire des compromis sur des questions douloureuses, parmi lesquels Jérusalem, les frontières et les réfugiés.

 

Le problème est que nous refusons toujours de renoncer à la demande du retour de tous les réfugiés de la Palestine de 1948 ou de reconnaître Israël comme un État juif.

 

Notre obstination a fait que les Israéliens tournent encore une fois le dos et haussent l'épaule à l'initiative saoudienne. Étant donné que les Juifs sans surprise semblent réticents à signer leur propre arrêt de mort, ce n'est plus rationnel qu'ils refusent d'accepter n'importe quel arrangement qui inclurait la demande du "droit de retour" des réfugiés en Palestine comme dangereusement écrasante pour la démographie d'Israël.

 

En outre, les Juifs et de nombreux Palestiniens s'inquiétent que le Hamas ou un autre ISIS s'établisse sur la rive occidentale. Déjà, les deux ont « pointé leur nez» et essayent d'avoir plus d'informations. Il n'était pas juste pour nous d'essayer de faire suspendre les Israéliens de la FIFA  tout simplement pour les motifs qu'ils inspectent les athlètes quittant ou entrant dans la bande de Gaza, qui est contrôlée par le Hamas. Récemment, Mme Sanaa Muhammad Hussein Hafi de Nousseirat dans la bande de Gaza a été capturée faisant de la contrebande de fonds de la bande de Gaza vers la Cisjordanie pour les prisonniers du Hamas. En outre, l'athlète palestinien, Sameh Tarifs de Qalqiliya, a été capturé transportant l'argent du Qatar pour financer l'activité du Hamas aussi.

 

Quand des agents d'ISIS dans la bande de Gaza, continuent d'attaquer Israël par des tirs sporadiques de roquettes, le Hamas ne fait rien pour les en empêcher. Si vous regardez l'escalade actuelle, la conduite de l'autorité palestinienne (AP) doit paraître hypocrite, au mieux: d'une part, l'autorité palestinienne coopère avec Israël afin d'interdire le passage des armes terroristes et des fonds de l'étranger vers la Cisjordanie et la bande de Gaza; et d'autre part, elle tente de faire boycotter internationalement Israel parce qu'Israël a renforcé ses inspections des athlètes pour des raisons de sécurité.

 

Ensuite, l'autorité palestinienne accuse Israël de mélanger sport et politique, alors même que les Palestiniens mêlent sport politique tous le temps et se jettent dans le terrorisme. C'est les Palestiniens qui ont tué 11 athlètes israéliens à Munich. Depuis lors, l'AP a régulièrement organisé des événements sportifs afin de glorifier les Palestiniens terroristes « héros » qui se sont fait exploser dans des attentats, des attaques-suicide tuant des centaines d'Israéliens.

 

Si nous étions honnêtes avec nous-mêmes, on se rendrait compte que tandis que nous nous embêtons avec des boycotts et faisant grand cas des mesquines piqures à Israël, les israéliens eux, continuent de se renforcer.

 

Sous notre nez, Israël est devenu énergie, de la haute technologie, une puissance industrielle et agricole. Dans notre folie, nous essayons de lui infliger des dommages mineurs, piquant ses talons et l'ennuyant. Nous nous berçons d'illusions en pensant qu'un boycott et une extorsion politique internationale vont changer sa position sur une question donnée. Le boycott le rend seulement plus efficace. Israel trouve tout simplement d'autres marchés pour ses produits, tels que les puces informatiques, les innovations scientifiques, les dispositifs médicaux et les produits pharmaceutiques, plus dont le monde ne peut plus s'en passer. Israel va sans doute gagner les prochaines batailles en battant la tentative de le suspendre de la FIFA.

 

Plus important encore, nous n'avons pas encore compris que nos efforts visant à nuire à Israël n'améliorent pas notre propre situation; c'est pire. Nos efforts pour parvenir à un boycott seulement de nous faire ressembler mesquins, comme des enfants maussade qui couperait notre nez à contrarier nos visages. Nous continuons d'essayer de leur faire du mal d'une manière qui seulement nous a fait mal. Et nous le faisons en négligeant la question la plus importante: négociations de paix, qui permettraient en fait d'améliorer nos vies.

 

Notre incapacité à améliorer notre avenir est alimentée par la désinformation. Nous pensons que parce que l'Occident hait les Juifs, donc il nous soutient. Nous nous consolons de succès mineurs, tels que blesser Israël occasionnellement aux Nations Unies et dans d'autres institutions internationales, mais sommes-nous vraiment prêts à nous crever les deux yeux, si nous pensons que les Juifs n'en perdront qu'un seul? Leur douleur nous fera-t-elle nous sentir mieux même si nous sommes aveugles?

 

Pour les Israéliens, non seulement la vie continuera, mais aussi elle continuera de s'améliorer. Notre situation misérable actuelle est une illustration du proverbe arabe: « Quand le chameau tombe, il sera mis sous plusieurs couteaux. »

 

Au cours de la première et de la deuxième intifadas, la direction palestinienne a appelé au boycott des produits Israéliens et aux Palestiniens de ne pas aller travailler en Israël. Le résultat fut que nous avons continué à acheter des produits israéliens sur le marché noir au double du prix ordinaire; en plus de cela, des dizaines de milliers de Palestiniens, qui travaillaient dans la construction et aux champs, avaient suivi les instructions de l'autorité palestinienne et avaient perdu leur emploi en Israël pour toujours. Depuis lors, certains d'entre eux se sont infiltré illégalement et travaillent pour la moitié de leur traitement.

 

C'est nous qui nous faisons de mal: quand les Israéliens se sont retrouvés sans travailleurs palestiniens, ils se sont simplement tournés vers les travailleurs étrangers, la construction préfabriquée et les autres innovations industrielles. Ainsi, nous étions chargés de dizaines de milliers de familles palestiniennes qui avaient faim. C'est exactement le genre de catastrophe que nous Palestiniens nous nous rendons à nous-mêmes; et à nouveau si le boycott des produits fabriqués dans les colonies réussit. Des milliers, voire des dizaines de milliers de Palestiniens, se retrouveront au chômage, affamé et mûrs pour être radicalisés. Nous sommes à nouveau emportés par le fantasme que l'Occident vengeur qui nous soutiendra pour nuire aux Juifs, mais encore une fois, ce sont les travailleurs palestiniens dans les usines des implantations qui seront visés. Les Israéliens continueront à prospérer. Ils ont déjà trouvé d'autres marchés.

 

La réponse occasionnelle à l'appel palestinien au boycott est trompeuse encore une fois en pensant que nous avons misé sur un cheval gagnant. En réalité, il n'y a aucun fondement en réalité pour notre satisfaction: le monde ne tournera jamais le dos aux produits Israéliens et aux innovations, des lecteurs flash à Waze aux spirales d'élargissement de l'artère cardiaque et le reste des inventions ingénieuses qui sont le fruit non seulement d'Israël dans les frontières de 1967, mais des colonies de Cisjordanie aussi. Nous devrions cesser d'être naïfs. Le monde n'abandonnera jamais son informatique, médical, agricole et produits de mise sur le marche pour notre cause.

 

Les seules personnes qui seront satisfaites de notre appel au boycott sont les islamistes en Europe. Les stratégies géopolitiques étant fondées sur les intérêts, le monde arabo-musulman collabore secrètement avec Israël sur les questions de sécurité sensible, tandis que derrière notre dos se moque de nous et de notre boycott inefficace. Israël a des accords commerciaux avec les pays arabes d'une valeur de plusieurs dizaines de millions de dollars. Il colle de faux autocollants sur ses produits, les pays arabes le savent et ne se soucient pas; la marchandise est bonne, achetez-la, sourire et se taire.

 

En adhérant obstinément à nos positions, nous nous mettons entre les mains d'Israël et lui permettons d'éviter des négociations de paix véritables avec nous -- négociations qui engageraient Israël à faire des concessions et d'établir un Etat palestinien en Cisjordanie et dans la bande de Gaza.

 

Le premier ministre israélien surfe sur une vague de popularité parce qu'il a invité Mahmoud Abbas à revenir à la table des négociations, alors que le dirigeant palestinien refuse et, agit mesquinement et pense qu'il va faire pas de mal à Israël, il donne plutôt à Netanyahu ce qu'il veut.

 

Mahmoud Abbas est pleinement conscient qu'au-delà de ce qui provoque des dommages mineurs de tactique, il n'a aucune chance de changer les positions d'Israël et des manœuvres politiques transparentes.

 

Mahmoud Abbas a peur d'entrer dans la bande de Gaza et a peur du Hamas. À la suite les rumeurs selon lesquelles le Hamas travaillerait en privé pour parvenir à un accord de cessez-le-feu avec Israël, Abbas menace maintenant de dissoudre le gouvernement de consensus national.

 

En mars 2015, le conseiller d'Abbas, Mahmoud Habbash, a appelé les arabes et les musulmans à attaquer le Hamas à la façon dont les Saoudiens et leurs alliés avaient attaqué au Yémen les rebelles Houthi soutenus par l'iran. En attendant, un fonctionnaire officiel du Hamas Salah al-Bardawil a accusé l'autorité palestinienne de la responsabilité d'une voiture piégée visant le chef du Hamas, Ismaïl Haniyeh.

 

Il ne s'agit d'aucune sorte de construire un Etat palestinien. Alors que nous nous tournons les pouces, ISIS prend le pouvoir dans la bande de Gaza et tire des roquettes sur le territoire israélien. Il y a maintenant des poches opérationnelles d'ISIS en Cisjordanie. Comme la menace de l'islamisme radical occupe une place importante au Moyen-Orient, nous continuons à tergiverser et faire du surplace et de poser des exigences impossibles que réduisent à néant la possibilité d'établir un Etat palestinien à tout moment dans l'avenir et de manquer encore une fois une opportunité!

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :