Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Malaassot - le blog de mordehai - ! ברוך הבא
  • Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא
  • : Défenseur de l'unité et de l'indivisibilité de Jérusalem Juive et capitale de l'Etat d'Israel sans aucun partage
  • Contact

Recherche

6 juin 2015 6 06 /06 /juin /2015 17:22

Éditorial: Le mauvais esprit de BDS ne menace pas seulement Israël; Il fait des ravages aux Etats-Unis et au Royaume-Uni, menaçant le monde libre, encourageant la terreur palestinienne et le refus et accroissant l'hostilité et la haine entre Juifs et arabes.

Par Ben-Dror Yémini

http://www.ynetnews.com/Articles/0, 7340, L-4664867, 00.html

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif.

 

La décision prise par la National Union des étudiants (NUS) du Royaume-Uni de rejoindre le le mouvement BDS (Boycott, désinvestissement et Sanctions ) contre Israël a été perçu comme un incident sans importance.

Qui sont-ils de toute façon ? Ces organismes, les gens ici disent, toujours qu'ils prennent des décisions insignifiantes. En attendant, est arrivée la déclaration du directeur général d'Orange il faut qu'il soit clair que quelque chose se passait.

L'histoire prouve également que nous devrions être troublés. Une telle décision « négligeable » a été déjà effectuée il y a 82 ans. Et même alors il y a eu des fonctionnaires, dirigés par Winston Churchill, qui se sont rendus compte que c'était une décision dangereuse ayant une signification historique.

À la fin de janvier 1933, Adolf Hitler prit le pouvoir. Les vents de la guerre ont commencé à souffler. Il était déjà clair qu'il était fou. Dix jours après que Hitler fut nommé chancelier, l'Oxford Union Society se réunissait pour discuter des craintes de la guerre. C'était un débat houleux. La motion acceptée était incroyable: « Cette Assemblée en aucun cas ne luttera pour son roi et le pays. » Elle a été emporté par 275 voix contre 153.

C'est une décision prise par un corps d'enseignant une question marginale? Churchill, l'homme qui a voulu arrêter l'hitlérisme, a prononcé un discours enflammé, huit jours après la résolution d'Oxford:

"Je pense à l'Allemagne, avec ses splendides jeunes hommes lucides, marchant en avant sur toutes les routes du Reich chantant leurs chansons anciennes, exigeant d'être enrôlés dans l'armée, cherchant avidement les plus terribles armes de guerre; s'enflammant pour souffrir et mourir pour leur patrie. Je pense à l'Italie, avec son part Fasciste ardent, à son Chef renommé et à son sens sens du devoir national. Je pense à la France, anxieuse, éprise de paix, pacifiste dans l'âme, mais armée jusqu'aux dents et déterminée à survivre comme une grande nation dans le monde. On peut presque sentir du mépris sur les lèvres viriles de tous ces gens quand ils ont lu ce message envoyé par l'Université d'Oxford au nom de la jeune Angleterre. Cet aveu est abjecte, sordide, et sans vergogne... C'est un symptôme très inquiétant et dégoûtant. »

 Mais l'esprit d'Oxford se propagera aux universités semblables et les supervisera aussi.    

Alfred Zimmern, professeur de relations internationales à Oxford, a écrit à l'ancien Président de l'Union syndicale responsable du débat, six mois plus tard: « Si les allemands doivent être battus une deuxième fois, ce sera en partie ta faute. »

 Mais Zimmern était Prof. de droit? Les expressions d'apaisement peuvent-elles conduire à la guerre? Le 4 mai 1965, le Daily Telegraph a publié une lettre par Erich von Richthofen, un ancien officier dans la Wehrmacht, qui a servi à l'état-major allemand lors de la résolution d'Oxford. « Je peux vous assurer, de ma connaissance personnelle, qu'aucun autre facteur n'a le plus influencé Hitler et ne l'a décidé de son parcours que le « refus de se battre pour le roi et le pays » venant de ce qui était supposé être une élite intellectuelle de votre pays, » a écrit l'officier allemand.

Les élites intellectuelles reviennent à la même occupation ces jours-ci. Les Oganisations d'étudiants et professeurs, ainsi que le PDG d'Orange, sont des jalons dans ce chemin honteux. Des arguments peuvent être avancés contre Israël. Certaines des déclarations du Premier Ministre Benjamin Netanyahu et de la politique d'Israël sont dignes d'une critique profonde. Mais Israël est une démocratie. Il y a un débat de fond qui se déroule ici. La campagne anti-israélienne ne contribue pas à la réconciliation entre Juifs et arabes. Il augmente l'hostilité et la haine.

Le PDG d'Orange ne saurait pas appuyé le boycott si il ne provenait pas de l'ambiance créée par la propagande de mensonges. C'est une atmosphère et une maladie qui ne menace pas seulement la Grande-Bretagne, mais le monde libre tout entier. Une autre institution universitaire prestigieuse, la London School of Economics (LSE), a décidé de jumeler son union avec celle de l'Université islamique de Gaza, de toutes les universités, c'est celle ou certains de ses dirigeants ont indiqué clairement vouloir l'extermination des Juifs - et c'est une commande de mise en œuvre immédiate.

Le mauvais esprit de BDS ne menace pas seulement Israël. Il fait des ravages aux Etats-Unis et en Grande-Bretagne. Il menace le monde libre. Il encourage la terreur palestinienne et le refus palestinien. La déclaration du Directeur Général d'Orange est un nouveau jalon dans la parade honteuse.

Churchill l'avait saisi à l'époque et craignait que cette ignominie ne saurait seulement que ramener la guerre au plus près. Quatre-vingt deux années se sont écoulées, et le monde libre refuse de se rendre compte que Churchill avait raison.

Partager cet article

Repost 0
mordeh'ai