Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא

Les bouffons de la Cour Suprême des Etats Unis et Jérusalem

13 Juin 2015 , Rédigé par mordeh'ai

Par Michael Freund

http://www.michaelfreund.org/17263/US-Supreme-Court-Jesters-Jerusalem

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif

 

L'Approche maladroite de l'Amérique à son plus proche allié au Moyen-Orient a été  affiché plus tôt cette semaine, lorsque la Cour suprême des États-Unis s'est ralliée à l'administration Obama et a invalidé une loi du Congrès autorisant les américains nés à Jérusalem à faire enregistrer Israël comme leur pays de naissance.

 

Ainsi, l'Etat juif demeure le seul pays sur la planète, dont la capitale est snobée et bafouée d'une telle manière. Cette absurdité diplomatique est non seulement choquante, elle est discriminatoire, et c'est une gifle à la face de tout le peuple juif.

 

Plusieurs commentateurs ont déjà ont étudié de près cette décision de la Cour afin d'évaluer sa probité constitutionnelle et les implications politiques, mais peu semble enclins à aborder l' aspect particulièrement sensible de celle-ci, ce qui en dit long sur l'état de la communauté juive américaine aujourd'hui.

 

Considérez ce qui suit: trois des juges de la Cour suprême américaine étaient juifs  – Ruth Bader Ginsburg, Stephen Breyer et Elana Kagan – pas un seul n'a voté en faveur de Jérusalem. Pas un seul ! Sans exception, ils se sont tous trois alignés sur leur ligne politique privée-libérale, pour rendre la décision à une majorité de 6-3.

 

Si juste deux d'entre eux avaient voté différemment, la loi du Congrès aurait été maintenue, ainsi que la dignité de Jérusalem.

 

Bien sûr, la Cour suprême est destinée à traiter avec des subtilités constitutionnelles plutôt que la loyauté juive, et personne ne s'attend à ce que ses délibérations ressemblent à celles du Sanhédrin. Mais comment est-il possible que pas même un des juges n'est défendu Jérusalem? Ne croyez pas toutes les balivernes que les juges décident uniquement en fonction de leur raisonnement sec et à la lettre de la Loi. Les juges sont des êtres humains, pas des robots, et comme tout le monde, ils sont soumis à un nombre quelconque de motivations subjectives, d'intérêts et autres facteurs.

 

Thurgood Marshall, le militant des droits civiques, a été choisi pour être le premier juge noir de la Cour suprême en octobre 1967. Son grand-père et son arrière-grand-père avaient été des esclaves, une triste réalité qui a contribué à façonner ce qui il était et comment il voyait les problèmes de l'injustice et les libertés fondamentales de l'homme. Tout le monde s'y attendrait par ailleurs. Ou prenez le juge Antonin Scalia, qui a siégé à la Cour depuis septembre 1986. Antonin Scalia, dont les parents étaient des immigrants de la Sicile, a grandi dans un milieu catholique dévot qui comprenait la fréquentation d'un lycée jésuite. Son fort penchant conservateur est clairement ancré dans les valeurs religieuses et culturelles qu'il a eu tout jeune. Personne ne pourrait prétendre qu'il devrait court-circuiter dans son processus décisionnel.

 

Alors pourquoi en serait-il différent concernant les juges Juifs? N'étions-nous pas en droit d'espérer qu'au moins l'un d'entre eux se serait regarder dans un miroir et n'aurait pas oublié qu'en plus de son serment à la Constitution américaine, n'avait-t-il pas également l'obligation de défendre le peuple juif en tant que membre? Le fait que les trois juges Juifs n'ait pas eu à cet égard ce réflex il est cruel de rappeler à quel point le libéralisme juif américain s'est essentiellement transformé en quelque chose qui est beaucoup plus que libéral - il n'est plus juif.

 

Dans de nombreux cas, il semblerait que les Juifs libéraux américains sont plus préoccupés par la séparation des pouvoirs qu'ils accompagnent en se séparant du peuple juif et, de ses espoirs de ses rêves collectifs, et de sa destinée.

 

S'ils voulaient, les juges Juifs auraient pu sûrement trouver un moyen de faire respecter la loi du Congrès.

 

Après tout, chaque fois que la Cour a voulu voir une prescription particulière de la politique suivie, elle est souvent allée très loin, y compris inventant des théories ou donnant des explications, pour justifier sa position.

 

Ce fut le cas en 2012, pour la décision qui a maintenu l'exigence du programme que les individus paieraient une pénalité financière pour ne pas adhérer à l'assurance-maladie de l'Obamacare. La Cour, par une majorité de 5-4, a caractérisé une telle sanction comme une taxe, croyez-le ou non.

 

Mais l'essentiel est qu'aucun des trois juges Juifs apparemment ne s'est soucié suffisamment de Jérusalem ou de sa centralité pour notre peuple d'y avoir travaillé et sué dans un effort constitutionnel pour soutenir sa dignité. Quelle honte.

 

Car je pense que pendant près des 1900 ans, les ancêtres des juges Breyer, Kagan et Ginsburg se tournaient vers Jérusalem quand ils priaient. Quelle tristesse, au lieu de continuer cette tradition, les juges juifs de la Cour suprême, comme beaucoup de Juifs américains libéraux, ont plutôt choisi de tourner le dos à ce qui était le plus cher pour leurs ancêtres.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :