Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא

Prendre Netanyahu au mot sur les négociations

30 Mai 2015 , Rédigé par mordeh'ai

Opinion : Pourquoi tant de gens se précipitent-ils à croire les déclarations de paix d'Abbas mais pas ses observations aux Palestiniens, et le contraire quand il s'agit du Premier Ministre israélien?

 

Par Ben-Dror Yémini

http://www.ynetnews.com/Articles/0, 7340, L-4662764, 00.html

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avec mention de la source et du lien actif

 

Lors d'une réunion il y a quelques jours avec le Ministre des affaires étrangères de l'UE Federica Mogherini, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a proposé la tenue d'une série de conférences sur le « règlement des frontières ». Gilad Erdan, dont les nouveaux titres font de lui l'un des six ministres des affaires étrangères d'Israël, a ajouté en réponse que «les négociations impliqueraient des concessions territoriales».

 

Comme à toute proposition liée à Netanyahu, la chorale régulière éclata dans son refrain bien connu: il va tromper tout le monde; il ne veut pas dire; C'est simplement un autre mouvement pour gagner du temps; Il va nous tromper encore une fois.

 

Fait intéressant, lorsque Nétanyahou dit quelque chose dans le sens opposé, les goûts de la déclaration: « Il n'y aura pas d'Etat palestinien au cours de mon mandat au bureau, » il devient l'individu le plus digne de confiance qui révèle vraiment chaque mot qu'il dit – même si la déclaration est venue dans la chaleur de la campagne électorale et a été conçue pour attirer les électeurs de droite du Likoud.

 

Pourquoi diable Netanyahu est considéré comme un escroc lorsqu'il dit quelque chose avec des accents de modération? Et comment se fait-il que ces mêmes gauchistes sachent que chaque déclaration de rejet de Mahmoud Abbas est faite « à des fins internes», alors que chaque déclaration modérée est « la preuve que le dirigeant palestinien veut la paix » alors pourquoi n'es-il pas pris au sérieux?

 

L'entreprise de colonisation est la plus grande pomme de discorde entre Israël et les dirigeants occidentaux. Ils ont l'impression qu'Israël est en expansion et étouffe toute possibilité d'un Etat palestinien. Ce n'est pas vrai. L'expansion se déroule principalement dans les blocs de grande implantation.

 

La proposition de Netanyahou vient résoudre les litiges en cours avec l'Europe et les États-Unis. Après tout, le  plan Clinton de paix, l'Initiative de Genève et la proposition d'Olmert comprenaient tous des blocs d'implantation. Alors pourquoi la construction à Ramat Shlomo, qui ne sera jamais cédé aux termes de tout accord de paix, des réponses qui sonnent comme si nous traitions d'implantation de bâtiments au coeur de Jénine?

 

 Le Secrétaire d'État des États-Unis, John Kerry, courait entre Ramallah et Jérusalem. Il a préparé un projet de proposition, qui n'était pas très différent du plan Clinton. Netanyahu semblait enclin à répondre positivement à la plupart de ses clauses. Il n'y a pas d'accord à la division de Jérusalem.

 

Lors d'une réunion de crise à la Maison Blanche le 17 mars 2014, Abbas et son équipe ont rejeté l'offre – exactement de la même manière que le même Abbas avait rejeté l'offre d'Olmert en 2008; et exactement de la même manière que Yasser Arafat avait rejeté la proposition de Clinton à la fin 2000.

 

Tzipi Livni, en toute justice, a fait précisé que les pourparlers sous la médiation de Kerry n'ont pas capotés à cause de Netanyahu, mais principalement en raison de Abbas. Le dirigeant palestinien modéré, donc très modéré a déjà dit non et continuera à le dire à toute proposition  qui n'inclut pas le droit au retour, massivement des réfugiés..

 

Dans ce contexte, le parti du SionisMe de gauche devrait saisir l'initiative de Netanyahu pour déterminer « les frontières des colonies de peuplement », parce qu'à la lumière des positions d'Abbas et aussi en raison de la situation géopolitique actuelle et de la composition du nouveau gouvernement israélien, il n'y a aucune chance d'obtenir un accord de paix. Mais il y a une chance d'adopter des mesures qui sauraient conjurer la catastrophe d'un grand État. Et l'étape la plus importante dans cette direction consiste à mettre un terme à l'expansion de l'entreprise d'implantation.

 

Elle peut être faite – parce que dans le cadre des pourparlers avec Kerry, Netanyahu a convenu d'un Etat palestinien couvrant plus de 90 % de la Cisjordanie. Consentement de Netanyahu est venu sous la pression; Il a été contraint; mais il l'a donné. Ainsi, un dialogue est possible.

 

Il y a place pour une étape importante. Et lorsque le danger d'une prise de contrôle de la Judée et de Samarie par l'une des ramifications de jihadistes, comme le Hamas, s'apaisera, nous pourrons passer aux étapes supplémentaires. Mais si rien n'est fait, si la stagnation persiste, alors, la vision horrible d'un seul état commencera à prendre forme.

 

Il s'avère que les Palestiniens ne sont pas les seuls à manquer toutes les occasions; le nouveau parti sioniste de gauche, par opposition au sionisme de gauche d'antan,préfère rester avec la palme politique que de s'offrir une chance, même si petite soit-elle, à faire un pas dans la bonne direction.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :