Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Malaassot - le blog de mordehai - ! ברוך הבא
  • Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא
  • : Défenseur de l'unité et de l'indivisibilité de Jérusalem Juive et capitale de l'Etat d'Israel sans aucun partage
  • Contact

Recherche

12 mai 2015 2 12 /05 /mai /2015 17:39

Par Khaled Abu Toameh

http://www.gatestoneinstitute.org/5722/Palestinian-Authority-Treason

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avecmention de la source et lien actif ©Copyright malaassot.com

 

Les dirigeants de l'autorité palestinienne (AP) continuent de donner de faux espoirs aux Palestiniens concernant le « droit au retour » à leurs anciens villages et villes en Israël, comme le font les dirigeants des pays de la plupart des pays arabes.

 

Il s'agit de ce que les arabes et les dirigeants palestiniens ont fait depuis la création d'Israël en 1948 -- et pourquoi des millions de Palestiniens continuent à vivre dans des camps de réfugiés tout au long de la Cisjordanie, dans la bande de Gaza, au Liban, en Jordanie et en Syrie. Au lieu d'aider les réfugiés et les encourager à mener leur vie, les dirigeants arabes et Palestiniens continuent de leur demander de rester où ils sont parce que, on leur raconte, qu'ils retourneront à la maison de leurs grands-pères et grands-mères à l'intérieur d'Israël.

 

Les dirigeants arabes et Palestiniens ont peur d'affronter les réfugiés avec la vérité soixante-sept ans plus tard, à savoir que la plupart, si ce n'est pas tous, ne retourneront jamais aux villes et villages qui n'existent plus à l'intérieur d'Israël.

 

Lorsque le Président de l'AP Mahmoud Abbas, en 2012, fait  « l'erreur » de dire qu'il ne cherchait pas à retourner à son lieu de naissance -- Safed dans le nord d'Israël, les Palestiniens, de toutes tendances politiques l'ont fermement condamné pour abandon du « droit au retour, » et de nombreux le traitant de « traître ».

 

Dans un sens, Abbas ne peut seulement que s'admonester d'avoir suscité parmi son peuple ces commentaires. Après tout, il a été dit aux Palestiniens pendant de nombreuses années que le  « droit au retour » est « sacré » et ne devrait jamais être abandonné. Ses médias, surtout les stations de radio et de télévision, se référerant régulièrement à Acre, Haïfa et Jaffa comme  « des villes palestiniennes à l'intérieur de la ligne verte ».

 

Les fortes condamnations qui ont suivi sa remarque au sujet de Safed oblige à revenir en arrière, niant qu'il avait accepté de renoncer au droit de retour.

 

"Mes mots sur Safed étaient une position personnelle, et ils n'indiquent pas une renonciation du « droit au retour », puisqu'il n'est pas possible pour quiconque d'abandonner le droit au retour, parce que le libellé de toutes les résolutions islamiques en anglais et en arabe prévoient qu'une solution juste et convenue doit être trouvée au problème des réfugiés basée sur la résolution 194 des Nations Unies, Abbas a précisé avec le mot « convenu » signifiant en accord avec la partie israélienne, .

 

Depuis lors, pour éviter d'autres critiques, Abbas et les autres dirigeants palestiniens se sont abstenus de parler de la question sensible du « droit de retour ». Le seul moment où ils font mention de la question c'est quand ils appellent les Palestiniens à marquer la "Nakba Day" (jour de la Catastrophe) lors de l'anniversaire de la création d'Israël.

 

La Nakba Day est marquée chaque année dans la Cisjordanie et dans la bande de Gaza avec des rassemblements et des marches, au cours de laquelle les orateurs et participants soulignent qu'ils n'abandonneront jamais le rêve de retourner dans les villages et villes à l'intérieur d'Israël. Ce jour-là, beaucoup de Palestiniens détiennent également une clé, qui est le symbole du « droit de retour ». Certains, comme le Hamas, sont allés aussi loin que répéter leur appel pour la destruction d'Israël.

                                     View image on Twitter

Une clé symbolique géante, représentant le « droit au retour, » s'affiche dans un camp de réfugiés situé à Bethléem. (Source image : capture d'écran vidéo PNN)

 

L'autorité palestinienne en Cisjordanie est responsable de l'organisation et le financement des événements de « Jour de la Nakba », qui souvent se transforment en manifestations anti-Israël et les affrontements avec les Forces de défense israéliennes et de la police.

 

Le 7 mai, l'autorité palestinienne a décidé que cette année les Palestiniens encore marqueraient la « Nakba Day » avec de nombreuses marches. Le gouvernement a mis la date du 15 mai, pour les événements, appelant à une « Journée nationale complète. » Il a exhorté tous les Palestiniens à participer à des rassemblements, au cours de laquelle une sirène de « deuil » pourrait sonner pendant 67 secondes – (le nombre d'années depuis la création d'Israël.) Les Églises ont également été invitées à sonner le tocsin en signe de « deuil » pour la création d'Israël.

 

L'autorité palestinienne a également chargé son ministère de l'éducation de consacrer la première classe dans toutes les écoles afin de familiariser les élèves avec le "droit au retour pour les réfugiés" et la « Nakba » palestinienne. En outre, elle a demandé à tous les prédicateurs de mosquée de consacrer leurs prêches et à parler de la « Nakba » au cours de la prière du vendredi. Le gouvernement palestinien prévoit également un important rassemblement à Ramallah pour marquer l'événement.

 

Le Hamas, pour sa part, a déjà lancé une série d'événements dans la bande de Gaza en «deuil»  sur la création d'Israël. Un des événements comprend l'invitation des palestiniens de venir à la frontière avec Israël, et montrer la « Palestine occupée » spéciale jumelles.

 

Lors de l'événement, le chef du Hamas Ahmed Bahr a annoncé que son mouvement s'apprêtait avec ses 100 000 combattants "pour" libérer la Palestine. Il a ajouté: « les groupes de résistance continueront à porter des armes et nous ne renoncerons pas à nos terres et aux lieux saints. L'occupation israélienne doit cesser. Personne n'est autorisé à renoncer au droit au retour ou à faire des concessions à ce sujet. Quiconque viole cette promesse commettrait le crime de haute trahison. »

 

Le Hamas a au moins l'honnêteté au sujet de son intention de détruire Israël et le remplacer par un État islamiste. Mais les dirigeants de l'autorité palestinienne en Cisjordanie continuent à tromper non seulement leur peuple, mais aussi la communauté internationale, en ce qui concerne le problème des réfugiés.

 

En parrainant, le financement et en encourageant les Palestiniens à descendre dans la rue pour « pleurer » la création d'Israël et rester attachés au « droit au retour, » Abbas et ses collaborateurs, de Ramallah ne sont pas honnêtes avec leur peuple. Ils ont sans doute peur de raconter à leur peuple qu'Israël ne laisserait jamais des millions de Palestiniens entraient dans ses frontières. Ils ont encore plus peur d'admettre  que les dirigeants arabes et Palestiniens ont menti aux réfugiés à eux seuls depuis 1948 en leur demandant de rester dans leurs camps parce qu'un jour ils reviendront aux inexistants villages et maisons.

 

Si les pourparlers de paix israélo-palestiniens reprennent un jour,  les dirigeants de l'AP ne seront pas en mesure de faire des concessions sur la question des réfugiés. Ils ne le feront pas car ils savent que leur peuple n'acceptera pas n'importe quel genre de concessions sur cette question. Une fois de plus, les dirigeants de l'AP n'auront qu'eux-mêmes à blâmer pour avoir radicalisé leur peuple au cours des années à un point où les Palestiniens considèrent toute concession à Israël comme un « crime de haute trahison ». Cette position s'applique non seulement à la question des réfugiés, mais aussi à d'autres questions, telles que la solution de deux États, le statut de Jérusalem et les futures frontières d'un Etat palestinien. Abbas ni aucun dirigeant palestinien futur ne sera en mesure de parvenir à un compromis avec Israël alors que l'autorité palestinienne elle-même continue de promouvoir de tels sentiments anti-Israël.

Partager cet article

Repost 0
mordeh'ai