Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Malaassot - le blog de mordehai - ! ברוך הבא
  • Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא
  • : Défenseur de l'unité et de l'indivisibilité de Jérusalem Juive et capitale de l'Etat d'Israel sans aucun partage
  • Contact

Recherche

14 mai 2015 4 14 /05 /mai /2015 19:34

Par Khaled Abu Toameh

http://www.gatestoneinstitute.org/5750/Palestinians-anti-Peace

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avecmention de la source et lien actif ©Copyright malaassot.com
 

Des activistes palestiniens le 11 mai ont perturbé une conférence à Jérusalem-est où israéliens et Palestiniens s'étaient réunis pour discuter de la solution de deux États. Les militants appartiennent à la campagne "anti-normalisation", qui vise à contrecarrer les réunions entre Israéliens et Palestiniens.

 

La Conférence à l'hôtel Ambassador a été organisé par Israël Palestine Centre de recherche et d'Information (IPCRI), une organisation non gouvernementale (ONG) de think tank basée à Jérusalem. Elle s'emploie à promouvoir une solution de deux Etats au conflit israélo-palestinien.

 

L'Intitulé, « Est-ce que la Solution de Deux Etats est toujours pertinente? », la Conférence devait inclure une discussion sur la question du point de vue de la partie palestinienne et de la gauche israélienne.

 

Les organisateurs, ont déclaré que l'événement a été rendu possible par le soutien du gouvernement des Pays-Bas.

 

La partie israélienne était représentée par m. Alon Liel, ancien directeur général du ministère israélien des affaires étrangères et ambassadeur en Afrique du Sud. L'identité du représentant palestinien n'a pas été annoncé avant la discussion, apparemment pour éviter des pressions exercées par les militants de « anti-normalization ».

 

Hans est un critique virulent de la politique israélienne envers les Palestiniens. Deux ans auparavant, il a dit à la fois d'Israël qu'il soutient le boycott culturel d'Israël, et qu'il avait lui-même commencé à boycotter les marchandises produites dans les colonies pour protester contre l'absence de progrès dans les négociations de paix.

 

Mais tout cela n'a pas empêché les militants "anti-normalisation" de perturber son discours et le forçant à abandonner le podium à l'Ambassador Hotel.

 

Peu de temps après le début de la discussion, des dizaines de militants palestiniens, beaucoup sont affiliés au Fatah, la faction de l'autorité palestinienne (AP) du Président Mahmoud Abbas, ont pris d'assaut la salle de conférence et ont scandé des slogans dénonçant « la normalisation avec Israël ».

 

Les manifestants ont également scandaient des slogans condamnant les Palestiniens qui tiennent des réunions avec les Israéliens les considérant comme des traîtres. En outre, ils ont scandé, « Jérusalem est arabe! » et « La Palestine est libre! »

 

L'un des manifestants a annoncé que lui et ses amis sont venus exprimer leur opposition aux « réunions de normalisation » entre Israéliens et Palestiniens. Un autre manifestant a expliqué: " ce n'est pas la première fois que ces réunions se tiennent à Jérusalem et en Cisjordanie. Ce phénomène doit s'arrêter. »

 

Que certains des militants soient affiliés au Fatah ne les a pas empêché de condamner la direction de l'AP pour le maintien de la coordination de la sécurité avec Israël, en Cisjordanie.

 

Le Hamas, qui ne reconnaît pas le droit d'Israël à exister et s'oppose à toute réunion avec « l'entité sioniste », s'est empressé de féliciter les militants qui ont brisé la réunion à Jérusalem-est.

 

Le porte-parole du Hamas Hussam Badran a commenté « Faire déjouer la Conférence de normalisation à Jérusalem-est est un signe de la grande prise de conscience des jeunes Palestiniens et de la détermination de notre peuple pour faire face à l'occupation comme un ennemi qui doit être combattu et non accepté, » « Nous saluons ces jeunes libres qui ont mené à cette loi nationale. »

 

La réponse du Hamas montre que les militants qui ont pris d'assaut la salle de conférence servent réellement les intérêts du mouvement islamiste, qui se sent enhardi par de telles attaques. En omettant de condamner l'attaque contre des militants pacifistes israéliens et Palestiniens, les dirigeants de l'autorité palestinienne et du Fatah promeuvent également l'ordre du jour et l'idéologie du Hamas.

 

Ce n'était pas la première fois que des militants de « anti-normalisation » ciblent des israéliens et des Palestiniens qui tentent de se réunir pour parler de paix. Ces dernières années, les militants ont perturbé et arrêté un certain nombre de réunions en Orient, à Jérusalem et en Cisjordanie sous prétexte qu'elles ont été conçues pour promouvoir la normalisation avec Israël.

L'an dernier, une autre conférence israélo-palestinienne qui s'est tenue dans le même hôtel a été annulé après que des militants anti-Israël aient pris d'assaut la salle et ont commencé à crier, forçant les participants à évacuer.

Des militants palestiniens "anti-normalisation" ont perturbé une conférence de paix non officielle israélo-palestinienne l'an dernier, dans l'hôtel Ambassador de Jérusalem.


Quelques semaines plus tard, les militants "anti-normalisation" ont attaqué deux événements à Ramallah. Le premier était un spectacle par une troupe de danse indienne. Le spectacle de danse classique indienne, Kathak, qui devait se produire devant les membres de la communauté indienne à Tel-Aviv, les manifestants faisant valoir qu'il s'agissait d'une forme de normalisation avec Israël. Les forces de sécurité de l'AP ont utilisé la force pour disperser et arrêter certains des militants.

Les militants ont été arrêté parce qu'ils avaient embarrassé l'autorité palestinienne, qui avait accueilli les danseurs Indiens, non pas à cause de la campagne « anti-normalisation ».

 

Un autre événement ciblé par les militants « anti-normalisation » a eu lieu à City Inn Hotel à Ramallah, où israéliens et Palestiniens se sont réunis sous la bannière " les gens pour faire la paix." L'événement était organisé par l'organisation, esprit de paix, fondée en 2009 par un pacifiste israélien, Sapir Handelman. Les participants israéliens ont été amené aux véhicules de la police palestinienne qui les a conduit au plus proche point de contrôle des Forces de défense israélienne.

 

La campagne « anti-normalisation » palestinienne fait partie du mouvement Boycott, Désinvestissement et Sanctions (BDS) contre Israël qui est particulièrement actif aux Etats-Unis, au Canada, en Australie, en Grande-Bretagne, en Afrique du Sud et dans d'autres pays occidentaux. Son objectif premier est d'intimider et de menacer les Palestiniens et les Israéliens qui recherchent la paix et qui croient dans la solution de deux États. Son deuxième objectif est de délégitimer et isoler Israël dans la communauté internationale. À cet égard, les deux groupes ont beaucoup en commun avec le Hamas et d'autres groupes terroristes qui s'emploient à détruire toute chance de paix entre Israël et les Palestiniens.

 

Palestiniens ont besoin de se distancer de ceux qui cherchent à leur imposer une volonté par l'intimidation et la terreur. Le Boycott des Israéliens, en particulier ceux qui soutiennent les Palestiniens, n'est pas un intérêt palestinien. Les « anti-normalisation » et les mouvements de BDS sont, en fait, des anti-palestiniens, des anti-Israëliens et des anti-paix des campagnes qui à elles seules causent plus de dégâts et de souffrances au peuple qu'elles prétendent ou tentent d'aider.

Partager cet article

Repost 0
mordeh'ai