Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא

S'unir pour résister à l'hostilité sans précédent de Obama

2 Avril 2015 , Rédigé par mordeh'ai

Par Isi Leibler

http://wordfromjerusalem.com/Uniting-to-resist-Obamas-Unprecedented-hostility/

Adaptation:Mordeh'aï ©Copyright malaassot.com.reproduction autorisée avec mention de la source et lien actif 

 

 

Il est ironique que nous nous préparons à célébrer la Pâque, la fête de la liberté, nous sommes confrontés à des efforts vicieux par le vindicatif chef des États-Unis, notre meilleur allié, qui nous abandonne — le seul État démocratique dans une région gorgée de barbarie.

 

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu est obligé de répondre diplomatiquement aux scandaleuses provocations menées contre lui par le Président Barack Obama. Mais nous, les citoyens israéliens nous devons nous élever au-dessus de politiquement correct et nous accomoder avec une réalité désagréable.

 

Le Président des Etats-Unis, le leader du monde libre et de la civilisation occidentale, ne décharge pas simplement sa frustration contre Netanyahu ou a des crises de colère de la décision des Israéliens de réélire ce dernier. Obama lui-même souligne qu'il est motivé par des raisons idéologiques qui remonte au discours du Caire, qu'il a prononcé après sa première élection.

 

Il a intensifié son hostilité envers Israël, tout en se faisant simultanément aimer en même temps qu'il rampait devant l'Iran.

 

En effet, le chef d'état-major d'Obama, Denis McDonough, s'adressant à la Conférence anti-israélienne de J-street, a employé même les clichés palestiniens, insistant sur le fait "qu'une occupation qui dure depuis près de 50 ans doit cesser" sans aucune référence au fait que deux offres de premiers ministres israéliens avait été repoussées par Yassir Arafat et Mahmud Abbas quand ils leur avaient offert près de 95 % des anciens territoires jordaniens occupés .

 

Les attaques personnelles accusant Netanyahu comme un raciste et un menteur sont également utilisées par Obama comme un prétexte pour poursuivre deux objectifs. Tout d'abord, le Président cherche à neutraliser Israël afin de finaliser l'accord nucléaire avec les mollahs iraniens. Il convient de noter que l'ancien directeur de la CIA David Petraeus a désormais publiquement fait écho pratiquement aux remarques critiques de Netanyahu sur la politique américaine.

 

Deuxièmement, Obama cherche à poursuivre son objectif à long terme de forcer Israël à se retirer sur les lignes indéfendables d'armistice de 1949 et de créer un État palestinien — qui reste lui, déterminé à détruire Israël. Les États-Unis mettent leur menace de s'abstenir d'exercer leur droit de veto aux Nations Unies, si c'est le cas Israël sera confronté à une grave crise diplomatique et peut-être finalement faire face à des sanctions. La France a déjà annoncé qu'elle présentera bientôt une résolution allant dans ce sens au Conseil de sécurité.

 

À un moment, nous devons rester Unis pour résister aux pressions de Obama et des européens ainsi que de faire d'autres concessions unilatérales, qui représenteraient une menace existentielle à long terme.

 

Cela nécessitera des politiciens israéliens de changer leur approche et donner la priorité à l'intérêt national devant leurs propres ambitions ou egocentricités.

 

Cela commence par le Président Reuven Rivlin, qui, tout en s'identifiant initialement à la nation comme un homme du peuple, semble avoir perdu de vue cette notion. Son rôle est un facilitateur et un symbole apolitique de l'État, non pas d'instruire Netanyahu sur la composition du gouvernement qu'il doit créer.

 

Et c'est indigne pour lui de dire au Premier ministre de réparer les relations avec l'administration américaine — comme si il était responsable de la tension. Rivlin fournit également du carburant à nos adversaires quand il continue de critiquer son Premier ministre lors d'une seule phrase mal formulée concernant le bloc arabe exprimée dans le feu de l'élection, pour laquelle Benyamin Nétanyahou par la suite l'a clarifié et a présenté ses excuses — surtout quand les Américains contestent sa sincérité et effectivement l'appellent "menteur".

 

Par ailleurs, autant nous admirons les tendances libérales de notre Président, il semble certainement avoir perdu ses repères quand il a envoyé une lettre de soutien à J Street, un groupe juif américain condamnant son gouvernement et qui réclame maintenant à Obama de punir Israël, d'encourager le boycott des produits de la colonisation et fournir une plate-forme pour les partisans du BDS.

 

Rivlin doit se comporter apolitiquement et éviter les déclarations politiques controversées qui minent les commandes du gouvernement au niveau international.

 

Netanyahu poursuit maintenant a la lourde tâche de former une coalition dans laquelle tous les petits partis sont engagés dans le marchandage traditionnel, cherchant principalement à se faire connaître sans référence à l'intérêt national. Par exemple, la plupart des Israéliens seront furieux qu'un criminel condamné sera probablement nommé à un ministère principal, mais il n'y peuvent rien faire à ce sujet.

 

Il est difficile de comprendre les Naftali Bennett de Habayit Hayehudi, qui réclama les Affaires Etrangères ou le Ministère de la Défense. Sa politique annexionniste ne convient guère au poste de ministre des affaires étrangères d'Israël, et Moshe Ya'alon a prouvé son courage en tant que Ministre de la Défense et ne devrait pas être remplacé. Bennett aurait immédiatement accepter le portefeuille de l'éducation, qui devrait être le plus important ministère pour son parti, ce qui lui permettrait de promouvoir des valeurs juives et pour lequel ses électeurs ont exprimé leur suffrage.

 

Mais le plus déconcertant est que Netanyahu pourrait reconduire Avigdor Lieberman au poste de ministre des Afaires étrangères. Lieberman n'est pas un imbécile, mais il est sans doute le pire ministre des Affaires étrangères d'Israël et il a décimé son ministère. Comme ministre des Affaires étrangères, au cœur du conflit de Gaza, il a publiquement fustigé la conduite de son gouvernement au lieu de défendre Israël sur la scène mondiale. Il est boudé par plusieurs chefs d'État et ses remarques grossières et primitives sur la « décapitation » d'extrémistes palestiniens dépeint Israël avec une lumière du pire.

 

L'an prochain, Israël doit mobiliser les meilleurs citoyens pour promouvoir notre cas et réfuter les mensonges, non seulement ceux de nos ennemis traditionnels, mais hélas, également ceux de l'administration Obama. Un ministre des Affaires étrangères est la face publique d'une nation dont le rôle principal est de présenter les politiques de son pays à la lumière plus positive. Il serait déraisonnable pour Netanyahu de rétablir Lieberman à ce poste.

 

La réalité douloureuse elle l'est pour beaucoup d'Israéliens, des deux côtés de l'échiquier politique, c'est que maintenant, il serait dans l'intérêt national de former un gouvernement de large unité.

 

Il n'y a absolument aucune possibilité de négociations sérieuses avec l'autorité palestinienne alors qu'elle est associée au Hamas et qu'elle intensifie le niveau d'incitation à des niveaux sans précédent. Même si le fourbe Abbas devait changer de hauteur, il ne pourrait formuler un compromis unique sans mettre en colère ses propres électeurs.

 

En outre, avec les américains sans vergogne l'AP emploie une rhétorique palestinienne pour diffamer Israël, faire pression sur lui pour qu'il accepte les frontières indéfendables et menace de donner son feu vert à l'Organisation des Nations Unies pour condamner et sanctionner en fin de compte Israël, les Palestiniens n'ont aucune incitation à s'engager dans des négociations constructives.

 

Dans de telles circonstances, les différences politiques entre le Likoud et l'Union sioniste ne sont pas significatives. En ce qui concerne l'Iran, l'Union sioniste, pas moins que le Likoud, est farouchement opposée à la capitulation de Obama aux mollahs iraniens.

 

Un gouvernement d'Union nationale saurait nier aux petits partis, la possibilité d'extorquer pour promouvoir leurs propres intérêts sectaires. Il fournirait l'occasion pour les deux partis dominants mettre en œuvre des réformes électorales à notre système actuel de politique dysfonctionnelle.

 

Avant tout, une démonstration d'unité améliorerait énormément notre réputation mondiale. Cela encouragerait les juifs dans le monde entier, en particulier aux États-Unis, à se rallier derrière l'Etat juif. Il saurait surmonté, ou du moins préviendrait, l'hostilité des composantes des  Gauches Démocratiques au Congrès et renforcerait le bipartisme, rendant extrêmement difficile pour Obama de poursuivre sa campagne actuelle téméraire pour nous forcer à nous agenouiller.

 

Il y aurait une intense opposition à une telle union des éléments plus radicaux dans les deux parties, mais la majorité des Israéliens se féliciterait d'un tel gouvernement, qui affaiblirait considérablement l'hystérie anti-israélienne générée par l'administration Obama.

 

Malheureusement, la probabilité d'un gouvernement d'unité nationale est extrêmement ténue.

 

Cela étant le cas, nous devrions au moins attendre de l'opposition à agir de manière responsable.

 

Si Isaac Herzog avait été élu, Obama aurait certainement été heureux de voir la disparition politique de Netanyahu, mais il aurait encore poursuivi les mêmes objectifs. Herzog est un sioniste, et nous pouvons espérer qu'il sera maintenant s'élever au-dessus de la petite politique, debout contre les éléments post-sionistes dans son parti et manifester son soutien à Netanyahu quand Obama fait des demandes déraisonnables ou qu'il poursuive une vendetta, plutôt que de chercher une solution. De même, il doit être sans équivoque dans son soutien aux efforts de Netanyahu afin de bloquer un accord catastrophique avec l'Iran qui pourrait avoir des implications existentielles pour Israël. Herzog remporterait un énorme respect et le soutien de la nation et gagnerait de nouveaux adeptes s'il agissait de cette manière.

 

Lorsque l'on envisage les barbares à nos portes et la trahison d'Israël par une grande partie du monde occidental, nous devrions nous réconforter lorsque nous réciterons le verset dans la Haggadah pendant le Séder de Pâque qui dans chaque génération émergeront des ennemis qui chercheront à détruire le peuple juif, mais avec l'aide du tout-puissant, nous les avons et continuerons à les surmonter.
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :