Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא

Les Palestiniens dont personne ne parle

29 Avril 2015 , Rédigé par mordeh'ai

Par Khaled Abu Toameh

http://www.gatestoneinstitute.org/5654/Palestinians-oppression

Adapté par Mordeh'aï pour malaassot.com reproduction autorisée avecmention de la source et lien actif ©Copyright malaassot.com

 

 

Les médias internationaux continuent d'ignorer le « sort » des Palestiniens vivant sous la loi de l'autorité palestinienne en Cisjordanie et du Hamas dans la bande de Gaza, ainsi que dans plusieurs pays arabes, notamment en Syrie, en Jordanie et au Liban.

« L'autorité palestinienne ne veut pas de la démocratie. » — la mère de Jihad Salim, agressé par des enquêteurs Palestiniens qui lui ont demandé pourquoi le Bloc islamique a remporté les élections étudiantes à l'Université de Bir Zeit.

La communauté internationale s'intéresse aux Palestiniens que lorsqu'ils sont « victimes » d'Israël. L'obsession constante des médias avec Israël autorise les pays arabes, ainsi que l'autorité palestinienne et le Hamas, de procéder aux violations des droits de l'homme et la liberté d'expression.systématiquement.

 

La communauté internationale semble avoir oublié que les Palestiniens vivent non seulement en Cisjordanie et dans la bande de Gaza, mais aussi dans un certain nombre de pays arabes, notamment en Syrie, en Jordanie et au Liban.

 

Les journalistes occidentaux couvrant le conflit israélo-palestinien régulièrement mettant l'accent sur le « sort » des Palestiniens qui sont touchés par les politiques de sécurité israéliennes, tout en ignorant ce qui se passe pour les Palestiniens résidant dans les pays arabes voisins.

 

Ces journalistes, par exemple, souvent ferment les yeux sur l'assassinat quotidien de Palestiniens en Syrie et au fait que les Palestiniens vivant au Liban et dans d'autres pays arabes sont soumis à l'Apartheid et à des lois discriminatoires.

 

Un palestinien qui a tiré ou qui est mort après avoir poignardé un soldat israélien à Hébron reçoit plus de couverture dans les médias internationaux qu'une femme palestinienne qui meurt de faim en Syrie.

 

Le récit et les photos de Mahmoud Abu Jheisha, qui a été abattu après avoir poignardé un soldat à Hébron, a attiré l'attention de nombreux médias occidentaux, dont les journalistes et photographes qui sont arrivés dans la ville pour couvrir l’événement.

 

Mais le même jour de l'enterrement d'Abu Jheisha il a été rapporté, qu'une femme palestinienne vivant en Syrie est morte en raison du manque de nourriture et de médicaments. La femme a été identifiée comme Amneh Hussein Omari du camp de réfugiés de Yarmouk près de Damas, qui est assiégée par l'armée syrienne depuis 670 jours. Sa mort porte le nombre de réfugiés palestiniens morts par suite du manque de médicaments et de nourriture dans le camp à 176.

 

Le cas de Omari n'est pas couvert par l'un des journalistes occidentaux qui sont basés dans la région. Pour ce qui la concerne, son histoire n'est pas importante, parce qu'elle est morte dans un pays arabe.

 

Omari serait morte dans un village ou un camp de réfugiés de la Cisjordanie ou de la bande de Gaza, son histoire aurait eu les premières pages de la plupart des principaux journaux de l'Occident. C'est parce qu'ils auraient alors été en mesure de lier sa mort aux mesures de sécurité israéliennes en Cisjordanie ou au blocus de la bande de Gaza. Les mêmes journalistes qui déclarent que les conditions économiques sont difficiles dans la Cisjordanie et dans la bande de Gaza ne semblent pas se soucier des Palestiniens qui sont affamés et torturés à mort dans des pays arabes.

 

Aucun journaliste ne rapporte à ses lecteurs et téléspectateurs le fait que plus de 2800 palestiniens ont été tué en Syrie depuis le début de la guerre civile il y a quatre ans. Un rapport publié cette semaine par un groupe palestinien a également révélé que plus de 27 000 Palestiniens ont fui la Syrie vers différents pays européens au cours des quatre dernières années. Le rapport indique également que le camp de Yarmouk a été sans électricité pendant plus de 730 jours et sans eau pendant 224 jours.

 

Plus tôt ce mois-ci, un autre rapport dit que huit Palestiniens sont morts par la torture en prison syrienne. Trois des victimes étaient des femmes, y compris Nadin Abu Salah, 22 ans, qui était enceinte quand elle est morte. Le rapport dit que 83 Palestiniens sont morts torturés dans la prison syrienne au mois de mars de cette année.

 

Ces Palestiniens sont malheureux parce qu'ils ne vivent pas dans la Cisjordanie ou dans la bande de Gaza. La communauté internationale ne s'intéresse aux Palestiniens que lorsqu'ils sont « victimes » d'Israël.

 

De même, les médias internationaux continuent d'ignorer le « sort » des Palestiniens vivant sous la loi de l'autorité palestinienne (AP) en Cisjordanie et du Hamas dans la bande de Gaza.

 

En Cisjordanie, les forces de sécurité PA continuent l'arrestation de Palestiniens qui 'post' des remarques critiques sur Facebook ou dénoncent les dirigeants palestiniens.

 

La semaine dernière, par exemple, le Service de renseignements généraux palestiniens ont arrêté Khalil Afaneh, un employé du ministère du Wakf (Islamic Trust), pour « diffamation » de Yasser Arafat sur sa page Facebook.

 

Le 25 avril, l'autorité palestinienne a arrêté le journaliste Ahmed Abu Elhaija de Jénine alors qu'il se rendait à une conférence en Jordanie. Aucune raison n'a été donnée à son arrestation, ce qui n'est pas le premier du genre impliquant des blogueurs et des journalistes palestiniens.

 

Une autre histoire qui a été ignoré par les médias internationaux impliquant Jihad Salim, membre du Bloc islamique Hamas-affilié à l'Université de Bir Zeit en Cisjordanie. Salim a été arrêté par des agents de sécurité palestiniens, peu après que le Bloc islamique ait remporté l'élection du Conseil étudiant de l'Université.

 

À sa libération, il a dit qu'il avait été agressé par ses inquisiteurs, qui l'ont questionné pour connaitre les raisons-pourquoi le Bloc islamique a remporté le scrutin-. « L'autorité palestinienne ne veut pas de la démocratie, » a dit sa mère après sa libération. « Pourquoi ils arrêtent étudiants et à qui cela sert-il? »

 

La situation concernant la bande de Gaza n'est pas très différente. La plupart des histoires qui apparaissent dans les médias internationaux ignorent les pratiques et les violations commises par le Hamas contre les Palestiniens. Prenez, par exemple, la décision récente du Hamas d'imposer une nouvelle taxe sur un certain nombre de marchandises. La décision a attiré de vives critiques de nombreux Palestiniens, avec certains réclamant ouvertement une rébellion contre le Hamas.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :