Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא

La journaliste employée au New York Times, elle déteste l’israélien

29 Avril 2015 , Rédigé par mordeh'ai

Par Ari Lieberman

http://www.frontpagemag.com/2015/ari-lieberman/the-ny-times-israeli-hating-reporter/

reproduction autorisée avecmention de la source et lien actif ©Copyright malaassot.com

 

NY Times

 

Le 25 Avril, le New York Times , le papier qui est classé deuxième que le journaliste le plus malhonnête en 2014 et placé en premier l'année précédente, titrait, « les officiers de police israéliens ont tué deux hommes palestiniens.» L'article a été rédigé par Diaa Hadid; je dirais plus sur elle plus tard. Pas avant que l'on commence la lecture de l'article peut-on comprendre pourquoi les tirs ont eu lieu et dans quelles circonstances. Dans les deux cas, les forces de sécurité israéliennes ont été attaqué au couteau et la hache que brandissaient des terroristes palestiniens et dans au moins un de ces incidents, l'attaquant a réussi à poignarder un Israélien, mais heureusement, ses blessures étaient sans danger pour sa vie.

Clairement Hadid a du mal à comprendre (ou à accepter) le concept de cause à effet - les tentatives terroristes de poignarder appellent des réponses israéliennes et les israéliens en se défendant ont tiré sur le terroriste. Considérons la façon dont d'autres organes de presse ont couvert l'événement. Le Jerusalem Post titrait en relation avec exactement la même histoire; " des terroristes tués après avoir poignardé un policier des frontières à Hébron " . " Le Ha'aretz de gauche a couvert cet incident en rapportant quelque chose de semblable; la police a dit " qu' un palestinien a tenté de poignarder des policiers à Jérusalem et a été abattu. " Et le Boston Herald a noté ce qui suit:." "Et le Boston Herald a noté ce qui suit; " la police israélienne: 2 Palestiniens abattu après les attaques au couteau . "

Hadid a également utilisé l'article pour rappeler aux lecteurs une attaque terroriste anti-arabe perpétrée par un Israélien qui a eu lieu il y a plus de 21 ans et qui a abouti à la mort de 29 personnes. absent de son reportage c'est bien sûr le pogrom arabe, le massacre et l'expulsion de la communauté juive pacifique de Hébron en 1929 qui a abouti à la mort de 69 civils. Pas plus qu'elle ne se donne la peine de noter que, suite à l'occupation arabe d'Hébron en 1948, les Arabes ont lancé une campagne systématique pour éradiquer tous les vestiges de la présence juive dans la ville. L'ancien cimetière juif d'Hébron (qui, incidemment, contenait les corps de certaines des victimes du massacre de 1929) a été profané et les synagogues ont été détruites ou converties en enclos.

La majorité des points de vente de presse couvrant l'histoire ont entendu que les coups de feu ont été provoqué par des attaques meurtrières et pas simplement au sortir d'une dépression. Mais Diaa Hadid et ses rédacteurs en chef du New York Times ont un programme différent, celui qui substitue le reportage objectif avec le journalisme jaune, la propagande et l'obscurcissement. J'ai effectué une recherche sur Internet sur Hadid et je suis tombé sur quelques informations inquiétantes qui pourraient jeter un peu de lumière sur son reportage.

Hadid avait auparavant travaillé comme responsable des relations publiques pour Ittijah, Une ONG pro-palestinienne anti-israélienne virulente. Selon le moniteur à la tête de l'ONG-Ittijah, Amir Makhoul, qui a été condamné à neuf ans de prison pour espionnage au profit du Hezbollah. Le groupe approuve le Boycott antisémite désinvestissement et sanctions (BDS), propage la répugnante calomnie de "l'apartheid" et soutient le soi-disant «droit au retour» palestinien un surnom commun utilisé par les ennemis d'Israël au lieu d'appels à la destruction pure et simple de l'Etat juif pour rendre le concept de génocide plus acceptable pour le public occidental. L'Association de haut niveau passé entre Hadid avec Ittijah aurait dû à tout le moins, faire tinter la sonnette d'alarme au New York Times et aurait dû constituer une raison suffisante pour lui interdire de venir au bureau d'Israël .

Mais il y a plus sur Hadid. Dans un article intitulé « Mon Israël, Ma Palestine » Hadid est cité disant: « Je ne peux plus regarder les Israéliens. Je ne peux pas séparer le citoyen israélien moyen de l'occupation, je ne veux pas être amie avec eux, je ne veux pas parler pour eux.» Elle est à nouveau cité disant," A ce jour, je ne dirais jamais que je suis anti-quelqu'un. Mais mon objectivité en fait l'ai-je jeté par la fenêtre? Oui, parce que je devenais une arme israélienne pointant sur un palestinien. " Donc là vous l'avez. Hadid reconnaît sans vergogne que son objectivité a été jeté par la fenêtre et cela va loin pour expliquer pourquoi le New York Times l'a embauché.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :