Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא

La rédition d'Obama à l'Iran

12 Mars 2015 , Rédigé par mordeh'ai

Par le Dr Mark Christian

http://www.frontpagemag.com/2015/dr-mark-christian/obamas-surrender-to-iran-2/

Adaptation de Mordeh'aï pour malaassot.com

 

obama-iran

 

Il devient de plus en plus évident que l'agenda d'Obama au Moyen-Orient est d'aider les islamistes à regagner la terre qui fut une fois contrôlée mais perdue par eux en 1924 avec la chute de l'Empire Ottoman.

 

Le printemps arabe n'était pas un mouvement pour remplacer les dictateurs impitoyables par des gouvernements démocratiques. C'était plutôt un mouvement islamique pour remplacer les gouvernements islamiques laïcs.

 

Étape par étape, cette administration aide à établir le rêve des islamistes d'un califat reconstitué, ou une « Union Pan arabe islamique » comme elle a été appelée récemment par des dirigeants islamistes .

 

Il y a une école de pensée erronée qui croit que telle une Union islamique fonctionnerait comme une Union européenne arabe, en croissance de leurs économies et leur permettant de prendre leur place parmi les autres nations du monde comme des égaux.

 

Cette école néglige de répondre à la question plus avancée: comment vont-ils contenir un mouvement qui ne reconnaît comme frontières que les siennes propres et qui contraint à la foi par la force pour dominer le reste du monde ou de mourir vaincu?

 

Malheureusement, la principale opposition à ce plan n'est pas venu du peuple américain. Malheureusement, une grande partie de l'Amérique souffre de confusion, d'ignorance, de haine de soi et d'un mouvement de reculade pour éviter la confrontation qui se profile.

 

Plutôt que de sélectionner un solide noyau de soutien pour les choix difficiles qui s'imposent, notre administration crée un énorme gouffre entre les citoyens sur des banalités et des affronts trop exagérés. Nous sommes beaucoup plus faibles pour cela.

 

On peut se demander alors, qui s'oppose au puissant Président des États-Unis? Qui ose s'opposer au lauréat du prix Nobel de la paix "Barack Obama?"

 

La réponse sera un choc pour beaucoup.

 

Sans ordre particulier, l'énumération ci-dessous est celle des personnes ou d'Etats qui se sont affichés contre les conceptions de notre « cher dirigeant ».

 

  • Poutine

Se tenant debout, plus en évidence, c'est Vladimir Putin, l'ours russe. Poutine a concepts sur les anciennes nations satellites soviétiques et il a besoin d'une économie forte et l'effet de levier assurant un monopole pétrolier sur le marché européen pour alimenter ses aspirations.

Son aventure d'Ukraine s'avère plus difficile que prévu, et la pensée et la poussée d'Obama pour renverser Assad en Syrie menaçant l'accès de Poutine à un port des mers chaudes pour les exportations du pétrole russe vers l'Europe.

Les oligarques russes sont de plus en plus rétifs sous le joug de Poutine, voyant ses rêves de "Sovietus revivivus" comme mauvais pour les affaires et potentiellement catastrophiques. La laisse de Putin raccourcit et son mandat n'est en aucun cas une chose sûre.

Tant que Poutine restera au pouvoir, il s'opposera au rêve Ottoman d'Obama. Il n'a pas d'autre choix.

 

  • La Vieille garde et les Monarchies du Moyen-Orient

Viennent ensuite la vieille garde et les monarchies du Moyen-Orient. Que nous aimons à appeler « dictateurs » alors qu'en réalité, ce sont tous des musulmans sunnites, ils sont plus préoccupés du maintien de leur propre richesse et du pouvoir que de recréer un Califat islamique.

Parmi eux se trouvaient Kadhafi, Mubarak et d'autres destitués lors du printemps arabe, mais également étiquetés dans ce groupe le Royaume hachémite de Jordanie et l'Arabie saoudite ainsi que les Emirats.

Tous sont en danger d'être éjectés de ce jeu. Mais à l'instar de Poutine, ils ne s'en iront pas sans éffusion de sang.

 

  • La République islamique d'Iran

Le dernier joueur c'est aussi le plus fort : l'Iran.

L'Iran, une nation chiite, il est l'ennemi naturel de tout système des sunnites du Califat islamique. Les dirigeants iraniens appréhendent de l'histoire islamique (la même histoire que nous ignorons complètement ici en Occident) que tout Califat sunnite avalera et effacera les chiites, détruira tous les opposants à leurs idéaux bien établis de la structure religieuse et politique islamique

Donc, l'Iran, devra avoir des armes nucléaires pour se protéger si il ne fait pas dérailler les plans ambitieux d'Obama. Si l'Union islamique Pan arabe (sunnite) devenait une réalité, les dirigeants iraniens croient que d'avoir la capacité de provoquer l'Armageddon tiendra les sunnites à distance.

Du moins, les mollahs en Iran pourraient mieux dormir en sachant, que dans leur chute, ils peuvent entraîner tout le monde avec eux. Pensez à la « destruction mutuellement assurée.» Une sorte de « Folie » parmi les fous.

Ne laissons pas ce scénario apocalyptique, cependant, prêté à croire que l'Iran va tranquillement tombé dans l'oubli. Au contraire, l'Iran a travaillé sans relâche pour déjouer les plans d'Obama.

L'utilisation de l'Iran de la terreur et des mandants de la terreur s'accélère. Il va distraire et cacher, frapper et cajoler, mais il ne permettra pas un Califat Sunnite d'apparaître à sa frontière sans une capacité nucléaire propre pour dissuader l'aventurisme sunnite.

Le revers d'Obama en Syrie et à Benghazi l'ont contraint à négocier avec les Iraniens. Il veut les assurer qu'ils n'ont rien à craindre d'un Califat, tout en évitant au peuple américain de reconnaître l'objectif politique monumentalement stupide qu'il poursuit.

À cette fin, Obama nous dit qu'il a obtenu de l'Iran d'accepter de reporter ses travaux nucléaires pendant dix ans, avec l'idée ridicule et naïve qu'il aura changé la dynamique du Moyen-Orient. Beaucoup pensent que Obama est en fait un musulman. En réalité, ce n'est pas vraiment grave.

Son administration est d'avis que tous les conflits peuvent être formulés en termes marxistes. Responsabiliser ceux qui ont peu et ils se joindront à la communauté avec des sourires et des claques dans le dos. Fondamentalement, l'administration se méprend sur le problème et applique une solution semblable à jeter de l'huile sur le feu.

L'économie est sans importance pour les islamistes. La puissance est leur monnaie et ils dépensent tout afin d'acheter le monde pour Allah. L'établissement d'un Califat islamique ne calmera pas la rue arabe, il va la dynamisée pour des conquêtes plus grandes, comme l'exige l'Islam.

 

Bien sûr, aux yeux des neo-progressistes de la Maison Blanche, on pourra parler  «d'islamophobie».

Pour Obama, un Iran nucléaire est un compromis acceptable pour un califat reconstitué, pour Israël, toutefois, l'Iran et le califat menacent son existence.

Un califat reconstitué d'après l'ancien Empire Ottoman ne fait aucune place à Israël, l'Iran avec une arme nucléaire n'a aucune raison de ne pas tenir sa promesse de longue date de « rayer l'Etat d'Israël de la surface de la terre. » en effet, sur les cartes de l'Iran, Israël n'existe pas du tout.

 

L'Amérique est en négociation pour une politique nucléaire avec un Etat terroriste qui a une hégémonie géopolitique avec une religion/idéologie qui ne connaît aucune frontière sauf les siennes propres.

 

En 2013, le président Obama nous a dit que nous pouvions tous prendre une grande respiration, il avait réussi à arracher une concession inestimable aux Iraniens. Poignant, il a annoncé que l'Iran avait émis une fatwa contre les armes nucléaires.

 

Il est apparu que nous sommes revenus au bord du gouffre à cause de la capacité passionnée du Président à négocier. Malgré l'évidente (et tout à fait inadéquate) démagogie d'épater la galerie du POTUS (liste des President of the United States), il y a quelques autres questions qui doivent être abordées à l'égard de cette fatwa non pertinente.

 

La plupart des américains ne sont pas au courant que la Fondation du programme nucléaire iranien a été établi le 5 mars 1957 aux États-Unis, un programme d'Eisenhower appelé "Atomes pour la paix". L'Iran a créé le centre de recherche nucléaire à Téhéran (CRNT) en 1967, c'était un réacteur de recherche nucléaire de 5 mégawatts, alimenté par de l'uranium enrichi.

 

En 1968, l'Iran a signé le traité nucléaire TNP; traité (TNP) ratifié en 1970, rendant le programme nucléaire de l'Iran sous vérification de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) et de sa responsabilité.

 

Après la révolution de 1979, presque toutes les coopérations nucléaires internationales avec l'Iran ont été coupées. Avec peu d'espoir de retrouver sa coopération internationale, l'Iran a décidé de poursuivre le programme par ses propres moyens, bien qu'il pensait mieux de sauver la face et tenter de « d'humilier » l'Amérique (et par extension sa technologie nucléaire avancée) en condamnant toutes les choses nucléaires.

 

C'est pour cette raison et uniquement pour cette raison, que la fatwa a été lancé. Elle n'avait rien à avoir avec quelconques intérêts humanitaires qui tenaient profondément à cœur aux dirigeants iraniens; ils sont certainement plus que disposés à n'importe quelle méthode qui leur permettrait d'éliminer plus efficacement leurs ennemis, et plus particulièrement Israël.

 

La fatwa contre le nucléaire, s'est pleinement révélée être une imposture, cinq ans plus tard, quand on voit la destruction du programme nucléaire iranien réputé "inexistant" par les forces irakiennes.

 

Tout cela s'est produit sous le règne de l'Ayatollah même qu'il avait émis la fatwa nucléaire brièvement les cinq années précédentes. De toute évidence, les Iraniens avaient continué leur programme nucléaire, en dépit de la fatwa.

 

La dernière fois que nous avons vu une référence à la « fatwa nucléaire » de 1979 c'est en 2003. L'AIEA a publié un rapport condamnant le programme nucléaire iranien, l'accusant de nouveau, d'essayer d'utiliser la technologie dans un but militaire.

 

Pourtant, l'Iran ne bougea pas. Ce n'était pas juste parce que les Etats-Unis ont menacé de s'impliquer militairement (le plein pouvoir et la puissance de l'armée américaine présente juste à côté -- en Irak, sous la houlette du Président Bush) que la partie iranienne a finalement cédée.

 

A quoi cette concession a-t-elle ressemblé? Eh bien, comme vous l'avez peut-être deviné, l'Iran simplement réaffirmé la vieille, veille fatwa de 1979, condamnant les armes nucléaires et en promettant d'être vrai.

 

Donc, pour mémoire, nous avons des preuves claires que les Iraniens considèrent leurs fatwa anti-nucléaires comme du papier hygiénique, en fait Obama les "concessions", ne permettent plus de les désarmer. L'Iran avait chassé la fatwa de 79 à nouveau en 2013, espérant que nous allions y mordre une fois de plus. Obama s'y est facilement obligé.

 

Le président Obama semble prêt à faire tout ce qu'il faut pour construire son héritage sur le rétablissement de l'État islamique après une absence de 80 ans. Il apparaît également disposé à mettre en danger les États-Unis et obliger Israël à le faire.

 

La colonisation européenne n'a pas créer de terroristes; L'Islam et Mohammed ont donné naissance au terrorisme afin de propager une idéologie brutale et impitoyable.

 

L'absence d'intervention de l'Europe, pourrait rejeter les musulmans dans des siècles plus reculés, qu'ils ne le sont déjà. L'Islam est une force paralysante. La Science n'a jamais été particulièrement importante pour les islamistes.

 

Le contact avec les européens a permis aux pays musulmans de sortir de l'âge de pierre; l'âge de pierre auquel le djihad islamique a l'intention de nous ramener tous.

reproduction autorisée avec mention de la source et lien actif ©Copyright malaassot.com

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :