Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא

Est-ce qu'Obama jetterait Israël en pâture à l'ONU?

20 Mars 2015 , Rédigé par mordeh'ai

Par Joseph Klein

http://www.frontpagemag.com/2015/Joseph-Klein/will-Obama-Unleash-The-un-on-Israel/

Adaptation Mordeh'aÏ pour malaassot.com

 

Congressional Leaders Meet With Obama And Biden At White House Over Budget

 

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a remporté une victoire retentissante aux élections du 17 mars. Son parti Likoud aura 30 sièges sur les 120 à la Knesset, comparativement aux 24 sièges pour son plus proche concurrent, le Camp Sioniste. Ainsi, M. Netanyahu est en position la plus solide pour former un nouveau gouvernement de coalition de centre-droit.

 

Après avoir vu leurs espoirs de changement de régime en Israël partir en fumée, les responsables de l'administration Obama se sont attaqués à ce que porte-parole de la Maison Blanche Josh Earnest, a appelé « la déclamation qui sème la discorde » de M. Netanyahu pendant la campagne électorale. Ils n'ont pas aimé que le Premier ministre ait rejeté la solution à deux Etats qu'ils envisagent. Ils n'étaient pas satisfaits d'un nouveau gouvernement de Netanyahu avec des plans susceptibles de construire dans les implantations et plus. Et ils se sont opposés aux efforts de dernière minute du Premier ministre pour rallier ses partisans à venir aux urnes en leur disant, dans une vidéo diffusée sur les médias sociaux, qu'ils pourraient perdre l'élection, car « les électeurs arabes vont en vagues énormes aux bureaux de vote.» Finalement, Obama est encore sous l'agacement du discours historique de M. Netanyahu durant une session de mise en garde au Congrès sur les dangers du mauvais accord nucléaire avec l'Iran qui pointe peut-être à l'horizon.

 

Le Président Obama veut avoir sous peu des rapports directs avec le Premier ministre Netanyahu dès que possible. Il est apparemment prêt à externaliser la gestion de la relation au Secrétaire d'État John Kerry. Un fonctionnaire de l'administration supérieure a été cité par le New York Times de dire à son patron maussade de s'engager avec le Premier Ministre: « il ne va pas perdre son temps.» Cependant, Obama a donné enfin un appel téléphonique au Premier ministre pour le féliciter, tout en réitérant l'engagement des Etats-Unis à une solution à deux Etats «qui mettrait un Israël sûr aux côtés d'une Palestine souveraine et viable».

 

Pour sa part, le Premier ministre Netanyahu a essayé depuis l'élection de clarifier ce qu'il avait dit pendant la campagne sur le rejet d'une solution à deux États pure et simple. Il a dit à la chaine de télévision MSNBC que ce qu'il veut c'est « une solution bi-étatique durable et pacifique » lorsque les circonstances le permettront. Il a dit à Megyn Kelly de Fox News que les conditions propices à une telle solution de deux États ne sont pas réalisables pour l'heure, citant comme raison des problèmes de sécurité dus aux terroristes occupant le territoire qu'Israël retournerait aux palestiniens. Il a ajouté: « Je ne renie pas tout ce j'ai dit dans mon discours, d'il y a six ans, appelant à une solution dans laquelle un Etat palestinien démilitarisé reconnassant un État juif. »

 

Il peut être trop tard pour ces qualifications et d'autant que l'administration Obama inquiète. Elle aurait laissé la porte ouverte pour jeter Israël aux loups à l'Organisation des Nations Unies.

 

En effet, Obama peut décider d'aller de pair avec les Palestiniens et pousser à une résolution du Conseil de sécurité des Nations Unies qui codifient les demandes des Palestiniens, ou au moins ne pas mettre son veto à une telle résolution. Obama est déjà d'accord avec une grande partie des exigences quant au fond. Sa volonté dans le passé, toutefois réticente, de bloquer l'intervention du Conseil de sécurité des Nations Unies dans les négociations israélo-palestiniennes est peut-être bien allée à la trappe, maintenant que le Premier ministre Netanyahu a été réélu. L'excuse serait que M. Netanyahu a inversé sa déclaration préalable de soutien pour une solution à deux États, qui ne laisse aucune option, que d'aller au Conseil de sécurité et d'approuver les principes d'un accord de paix final, centré sur une solution à deux Etats. Le problème, c'est ce qui pourrait ressembler à l'adoption d'une solution à deux Etats du Conseil de sécurité .

 

La résolution palestinienne, si c'est quelque chose comme le précédent projet de résolution qui a échoué à passer le Conseil de sécurité en décembre dernier lorsque les Etats-Unis avaient voté contre, définirait la frontière entre Israël et un Etat palestinien indépendant le long des lignes d'avant juin 1967, avec de mineures et mutuelles approches sectorielles territoriales convenues. Il désignerait « Jérusalem » comme capitale de l'Etat palestinien. Tout en légitimant les demandes des Palestiniens, une telle résolution ou pratiquement rien de concret ne serait fourni au sujet des mesures spécifiques pour assurer la sécurité des Israéliens. Alors qu'elle fournirait encore aux Palestiniens, la marge de manoeuvre pour continuer à exiger ce qu'on appelle le "droit de retour" de millions de réfugiés de vivre à l'intérieur des frontières israéliennes d'avant juin 1967 .

 

En retournant le conflit israëlo-palestinien devant les Nations Unies ce qui s'apparente à retourner le camion de pompier à l'incendiaire. L'institution des Nations Unies, jusqu'au sommet, est pro-palestinienne. Ce qui convient apparemment très bien à Obama, car il voit Israël, notamment le Premier ministre Netanyahu, comme le principal obstacle à la paix, tout comme le fait de la création des Nations Unies.

 
La partialité institutionnelle de l'ONU envers Israël ses constantes condamnations qu'il est impossible d'en tenir le compte. Elle aurait demandé des observations sur la victoire électorale du Premier ministre Netanyahu, par exemple, le porte-parole adjoint du Secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon a lu une déclaration le 18 mars dernier qui a mis tout le fardeau pour parvenir à un accord de paix sur le nouveau gouvernement israélien.

« Il incombe au nouveau gouvernement israélien », indique le communiqué, "à créer les conditions pour un accord de paix final négocié avec la participation active de la communauté internationale qui va mettre fin à l'occupation israélienne et de réaliser la création d'un Etat palestinien viable, vivant en paix et en sécurité aux côtés d'Israël. L'instruction a insisté sur la « cessation de la colonie illégale de construction dans le territoire palestinien occupé ajoutant que le Secrétaire général « croit fermement que c'est aussi la meilleure et unique voie pour qu'Israël  reste un État démocratique » Pas une seule concession n'a été demandé au côté palestinien. Du bout des lèvres on a parlé des préoccupations de sécurité d'Israël. Et le cours magistral donné à Israël sur la façon de rester un État démocratique est une insulte aux électeurs israéliens y compris aux citoyens israéliens arabes qui ont choisi librement leur prochain leader. Les dirigeants palestiniens, restent quant à eux, dans la scission entre les terroristes djihadistes à Gaza et un président de l'autorité palestinienne qui reste au pouvoir bien longtemps après l'expiration de son mandat.


En réponse à cette déclaration unilatérale, Ron Prosor l'Ambassadeur d'Israël aux Nations Unies a déclaré: " Les Nations Unies peuvent être en désaccord avec les politiques du gouvernement israélien, mais il est un fait qui ne saurait être contesté qu'Israël est la seule démocratie au Moyen-Orient. Hier les Israéliens sont allés aux urnes et 72 % des citoyens se sont prononcés qui est l'un des scrutins plus élevés dans le monde. Si les Nations Unies sont tellement préoccupées par l'avenir du peuple palestinien, elles devraient se demander pourquoi le Président Abbas est dans la dixième année d'un mandat présidentiel de cinq ans, ou pourquoi le Hamas utilise des Palestiniens comme boucliers humains."

 

Si le président Obama décide d'utiliser le Conseil de sécurité de l'ONU dans un effort cynique pour saper la Premier ministre Netanyahu, les Palestiniens passerons une victoire de propagande. Il permettra à l'ONU de devenir l'instrument de légitimation internationale de leurs revendications. Il n'y aurait aucune concession de la part des Palestiniens. En effet, il n'y aura que peu ou rien laissé à négocier sauf le timing des attaques à la roquette lancées contre des civils israéliens depuis la Cisjordanie, et combien de millions de Palestiniens seront autorisés à inonder Israël d'avant 1967 afin qu'ils puissent faire d'Israël un autre Liban.

 

Quant à lui, à moins qu'Israël aille avec la volonté de la soi-disant « communauté internationale », telle qu'exprimée par le Conseil de sécurité, plusieurs pays européens et autres nations démocratiques seront amenées à reconnaître officiellement l'Etat palestinien, peut-être y compris l'administration Obama elle-même. Et l'insidieux Boycott, désinvestissement et Sanctions mouvement viendra chercher un effort mondial afin de jeter Israël comme l'image d'un Etat d'apartheid et de paria.

 

Si le président Obama décide d'utiliser l'ONU afin de permettre l'isolement ou la reddition d'Israël, il ne fera que saboter le seul Etat démocratique et pluraliste du Moyen-Orient tout en continuant à dorloter le régime théocratique iranien répressif déterminé à anéantir l'Etat juif. Malheureusement, qui pourrait bien dire  va exactement  Obama.
 
reproduction autorisée avec mention de la source et lien actif ©Copyright malaassot.com
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :