Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא

Coexistence judéo-arabe contre vents et marées

21 Mars 2015 , Rédigé par mordeh'ai

Par Yoram Ettinger

http://www.israelhayom.com/site/newsletter_opinion.php?ID=12015

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com

 

Les élections israéliennes ont fait la lumière sur les priorités de plus en plus -- plutôt que nationales ou régionales -- des Arabes israéliens 1,7 millions. Elles ont servi à souligner l'intensification de l'israélisation/localisation de leur autodétermination; le fossé culturel/idéologique entre Arabes israéliens et les Palestiniens. la fragmentation profonde dans le secteur arabe israélien (malgré la fusion actuel entre les différents partis arabes) ; leur appréciation croissante des libertés publiques d'Israël et ont élargi la confiance dans le système politique d'Israël ; et l'écart entre les visions du monde d'un nombre croissant d'Arabes israéliens et la plupart des membres arabes de la Knesset.

 

Selon un sondage d'opinion publique du 17 février par le chercheur de l'Université de Tel Aviv Arik Rudnitzky, un chef de projet au programme de coopération judéo-arabe, Konrad Adenauer, les problèmes les plus pressants pour les arabes d'Israël sont l'emploi, l'éducation, les soins de santé, la criminalité de quartier et les droits de la femme (43 %), devant l'amélioration de la condition de la communauté arabe en Israël (28,1 %) et le conflit israélo-palestinien et aux négociations (19 %).

 

Par ailleurs, l'enquête a conclu que 61,3 % des arabes d'Israël considèrent la Knesset comme une arène efficace pour répondre à leurs préoccupations. Seuls 12,2 % d'avis ont rejeté la Knesset comme une plate-forme pour améliorer la situation des Arabes israéliens.

 

Un autre sondage du 17 février, réalisé par Net Stat, a indiqué que 77 % des Arabes israéliens préfèrent la citoyenneté israélienne -- à la palestinienne --, et 64 % sont optimistes sur les relations "juif-arabe". D'une manière sans précédent, 60 % des électeurs arabes ont déclaré qu'ils aimeraient voir la liste commune des arabes (la fusion des partis arabes, qui a remporté 13 sièges aux élections) se joindre au gouvernement de coalition d'Israël. Alors que 30 % se joindraient seulement à un gouvernement de coalition dirigé par le parti travailliste (Union sioniste), 28 % se joindraient à une coalition dirigée par Avodah ou le Likoud.

 

Contrairement à la plupart des députés arabes de la Knesset, 70 % des Arabes israéliens se soucient plus de leur statut socio-économique que de résoudre le conflit israélo-palestinien. Ils sont plus préoccupés par le niveau de vie parmi les Arabes israéliens dans la ville de Ramle, que des aspirations nationalistes de l'autorité palestinienne à Ramallah. De même, l'élection spéciale de 2014 pour le maire de Nazareth est aussi une victoire retentissante (62 % à 38 %) pour Ali Salam, qui a porté sur les défis civiques à Nazareth, contre Ramiz Jaraisy, qui a souligné son identification avec l'autorité palestinienne de Ramallah.

 

Selon Rudnitzky, l'augmentation spectaculaire dans le taux de participation parmi les électeurs arabes de 56,5 % en 2013, 53,4 % en 2009 et 56,3 % en 2006 à environ 64 % en 2015 reflète l'interaction et l'intégration entre Juifs et arabes et la confiance grandissante des arabes d'Israël grandissant dans le système politique israélien. Cela fait contraste avec le plus bas niveau de la participation arabe, seulement 18 %, aux élections de 2001. Implication d'arabes dans la politique actuelle vise à coexister pacifiquement avec, plutôt que de faire face, à la majorité juive. En 2015, la plupart des Arabes israéliens ambitionnent l'autodétermination nationale politique et civique et l'amélioration de leur statut civique dans les limites de l'Etat juif. Une majorité croissante des électeurs arabes apprécient la démocratie d'Israël, en particulier lors de l'observation du tsunami arabe enflammant la rue arabe dans tout le Moyen-Orient, dépourvu de libertés civiles, truffé de violence, d'intolérance envers les minorités et l'autre.

 

La tendance actuelle d'israélisation et de coexistence résistera aux pressions tectoniques de la rue arabe, sur les Arabes israéliens, alimentée par le saccage sauvage, intra-musulman venus du golfe Persique à travers l'Afrique du nord-est (islamistes contre les partisans de la laïcité; les pour vs les contre pour l'égalité des femmes; les pour du local vs les contre de la préoccupation nationale; les intégrationnistes vs les séparatistes; les pour des libertés civiles contre ceux pour la charia, etc..)?

 

Dans le contexte de 1 400 ans sans coexistence paisible intra-musulmane et compte tenu de l'agitation endémique civique entre majorités et minorités dans la plupart des démocraties occidentales, on ne devrait pas sous-estimer la coexistence judéo-arabe économique, culturelle et politique en évolution dans l'Etat juif, une des grandes démocraties du monde, qui fait face à des dangers mortels constants: le terrorisme quotidien et la guerre lancée par les frères de sa minorité arabe

reproduction autorisée avec mention de la source et lien actif ©Copyright malaassot.com

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :