Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא

Mémo à la gauche israélienne: Les israéliens ne sont pas aussi stupides

4 Février 2015 , Rédigé par mordeh'ai

Par P. David Hornik

http://www.frontpagemag.com/2015/davidhornik/Memo-to-the-Israeli-Left-Israelis-aren ' t-tout-que-bête /

Adaptation de Mordeh'aï pour malaassot.com

 

Que signifie dans le monde juif « Droite » et « Gauche » quand il s'agit d'Israël ?

 

« Droite », estime qu'Israël n'a pas d'autre choix face aux hostilités du monde arabe et musulman et de l'Europe, qu'il ne provoque pas en existant, ainsi que des critiques et des pressions exercées par les administrations américaines qui sont excessives et injustes. «Gauche» signifie la vue qu'Israël a lui-même fait beaucoup pour provoquer l'hostilité, les critiques et les pressions et pourraient devenir un pays beaucoup plus accepté en corrigeant son comportement.

 

Dans la campagne actuelle des élections israéliennes, les partis de gauche — principalement ceux d'Isaac Herzog et de Tzipi Livni Avoda/Hatnuah ou comme ils se nomment le « Camp sioniste » et de Yair Lapid Yesh Atid — ont exagéré le thème que le premier ministre Binyamin Netanyahu a provoqué « l'isolement d'Israël » et qu'il a altéré les relations avec les États-Unis, créant une faille, à les entendre ou à les lire, le Président Barack Obama est irréprochable.

 

Bien que Avoda/Hatnuah et Yesh Atid s'acharnent également sur le thème des prix des logement sont élevés ainsi que des denrées alimentaires en Israël, jusqu'à présent, ils se sont étendus sur les plaintes populistes et ont fait court sur des propositions cohérentes pour les voies de recours. Le Discours public sur les questions économiques en Israël va rarement au-delà des slogans, en partie parce que, en fin de compte, presque invariablement, les questions de sécurité priment.

 

Cette fois, aussi, les questions de sécurité sont primordiales, et le dernier sondage montre que les Israéliens n'achètent pas la revendication de la gauche d'un monde d'amour fraternel attend Israël si seulement les politiques de Netanyahou pouvaient être remplacées par des plus accortes et plus douces. Le sondage montre que le centre-droit Likoud de Netanyahu mène devant Avoda/Hatnuah 25 à 23 (sur une Knesset de 120 membres). Plus significativement, il montre que le Likoud ainsi que sa droite "naturelle", partenaires de la coalition des religieux et des ultra-orthodoxes gagnent bien plus de la moitié du gâteau électoral.

 

Les Esprits israéliens étaient concentrés la semaine dernière quand le Hezbollah a tiré des missiles sur Israël depuis la Syrie qui ont tué deux soldats israéliens. Ils savent aussi qu'une prétendue attaque israélienne plus tôt en janvier a mis en évidence le fait que l'Iran est maintenant activement impliqué, juste en face de la frontière d'Israël avec la Syrie, en aidant le Hezbollah a faire un front anti-israélien — en le dotant de plus de 100 000 missiles ne pas oublier que Hezbollah a déjà le Liban.

 

Les Israéliens savent aussi — comme les autres êtres sur la planète — qui la région dans son ensemble, plus ou moins, est un enfer. Ils savent que des terroristes liés à ISIS viennent de commettre une attaque massive dans le Sinaï, que le Yémen est sur le point de tomber dans l'escarcelle d'une milice iranienne, que l'Irak, la Syrie et la Libye sont tombés dans la sauvagerie Hobbesiennes primaires, et aussi que l'Europe est en ébullition avec l'antisémitisme. Si jamais, la gauche israélienne veut revenir au pouvoir, il lui faudra arriver à une autre conception que « Si ce n'était ce maudit Bibi, il y aurait paix. »

 

Et alors que le sondage ci-dessus montre qu'une majorité d'Israéliens s'opposent au prochain discours de Netanyahou au Congrès par crainte qu'il déclenchera la colère de trop d'Obama, les sondages montrent également que les Israéliens se méfient d'Obama, lui reprochent les relations difficiles et tendues américano-israéliennes avec Netanyahu.

 

Pendant ce temps, mardi, la Radio de l'armée israélienne a signalé que:

Les Fonctionnaires européens ont dit à des responsables israéliens ces derniers jours que les Etats-Unis et l'Iran se rapprochent d'un accord qui permettrait à la République islamique de garder un grand nombre de centrifugeuses en contrepartie de garantir la stabilité de la région...

 

Selon les fonctionnaires de l'UE, le Secrétaire d'État des États-U, John Kerry, et son homologue iranien, Mohammad Javad Zarif, ont discuté d'augmenter le nombre de centrifugeuses que l'Iran serait autorisé à conserver. En échange, les Iraniens auraient l'obligation de s'engager à exercer leur influence afin d'assurer le calme en Irak, en Afghanistan et en Syrie.

 

…Selon la Radio de l'armée, l'UE s'oppose au lien proposé entre la question du nucléaire et des autres questions géopolitiques. En effet, les européens suspectent que Washington utilise Bruxelles dans leur dos et que Kerry n'a pas pris la peine de les mettre au courant de ses entretiens avec Zarif.

 

Le degré précis de ce rapport, il s'intègre bien une image d'une « détente » irano-américaine limite d'alliance stratégique (voir un bien informé, compte-rendu convaincant d'un ancien officiel de la défense Michael Doran), avec la nucléarisation de l'Iran dans le cadre de la négociation. Même les européens se sont alarmés, c'est guère la substance d'une victoire électorale de la Gauche en Israël.

 

Que se passera-t-il, alors, dans les élections israéliennes du 17 mars ?

 

Très probablement le bloc de droite dirigé par Netanyahu va gagner confortablement. Netanyahu demandera ensuite au parti Avoda de se joindre à la coalition. Il va falloir deux raisons principales à cela: une volonté de contrebalancer les partis ultra-orthodoxes et d'extrême droite, qui feront des demandes budgétaires et politiques difficiles pour lui et un désir d'atteindre autant que possible de la légitimité, avec la plus large  coalition possible, pour faire face aux défis auxquels Israël drvra faire face.

 

Et Avoda plus probable — en partie parce qu'il sait, qu'il n'a pas d'autre choix de participer au gouvernement et d'obtenir des postes de cabinet — il acceptera l'offre de Netanyahu comme il avait accepté son offre précédente en 2009. Si Avoda peut temporairement réserver sa Bibi-diabolisation et agir de manière responsable cela deviendra alors la question clé.

 

reproduction autorisée avec mention de la source et lien actif ©Copyright malaassot.com

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :