Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא

Attaques éhontées de la Gauche sur Netanyahou

1 Février 2015 , Rédigé par mordeh'ai

Éditorial : Attaquer le messager au lieu du message est une stratégie simple lorsque le camp de centre-gauche n'a pas un quelconque message alternatif crédible ou fort.

 

Par Shoula Romano Horing

http://www.ynetnews.com/articles/0,7340,L-4620857,00.html

Adapté par Mordeh'aï pour malaassot.com

 

Il semblerait que les médias de la Gauche israélienne ainsi que les partis d'opposition ont décidé que la seule façon qu'ils avaient de pouvoir vaincre le premier ministre Benjamin Netanyahu aux prochaines élections était celle des attaques personnelles pour l'humilier et le ridiculiser, ainsi que par la crainte alarmiste de l'opinion publique israélienne en faisant valoir que son comportement soi-disant offensant et embarrassant aura des conséquences sévères pour Israël.

 

Attaquer le messager au lieu du message est une stratégie simple lorsque le camp de centre-gauche ne dispose pas d'un quelconque message alternatif crédible ou de dirigeant perçu par la plupart des Israéliens comme trop faible sur la sécurité et trop élogieux et apaisant sur les affaires étrangères.

 

Netanyahu in Paris. 'The clueless leftists embarrassed themselves by taking the side of the French and joining them in criticizing Bibi for 'offending' the French' (Photo: Israel Bardugo)

Alors que la plupart des Juifs Français applaudissaient et scandant le nom du Bibi dans la synagogue à Paris après l'attaque terroriste du supermarché, la Gauche a commencé à critiquer son comportement à Paris soi-disant « éffronté ».

 

Lorsqu'il a reçu le grand honneur d'être invité une troisième fois à parler devant un Congrès américain qui l'adore et qu'il a été personnellement critiqué par l'administration Obama sans vergogne, la Gauche n'a eu hâte de rejoindre les attaques personnelles.

 

Il devrait être clair maintenant que le Président des États-Unis, Barack Obama et Secrétaire d'État John Kerry, ainsi que les Français et les européens, souhaitent avoir un Israël sans Netanyahou et veulent Tzipi Livni et Isaac Herzog, les dirigeants du camp de l'opposition, pour être les premiers ministres.

 

Ils aspirent à leur rêve d'un Etat palestinien ainsi que d'un accord diplomatique négocié avec les Iraniens sur leur programme nucléaire et qu'il devienne une réalité, malgré le fait que ce rêve aboutira à un autre Hamastan et à un État iranien au seuil du nucléaire .

 

Comme tous les tyrans, ils savent qu'ils ne peuvent pas intimider Netanyahu pour satisfaire leurs désirs, mais ils savent d'expérience que Livni et Herzog seront assez naïfs et faibles pour suivre les traces de leurs anciens dirigeants et mentors de Kadima et de Avoda, tels que les premiers ministres Yitzhak Rabin, Ehud Barak, Shimon Peres, Ehud Olmert et Ariel Sharon.

 

A Paris le seul parti à s'être montré grossier est le gouvernement français pour son traitement peu diplomatique du Premier ministre de l'unique Etat juif après le massacre brutal de juifs.Les gauchistes stupides se sont embarrassés en prenant le parti des français et en se joignant à la soi-disant "offense au gouvernement français" par Bibi.

 

Les faits montrent autrement. Au départ, le Président Français Francois Hollande a suggéré que Netanyahou, qui a toujours été au front de la campagne internationale contre le terrorisme islamiste, soit absent des leadership mondiaux parce que sa présence introduirait la question du conflit « israélo-palestinien qui sème la discorde », tout en invitant le premier ministre turc qui a été le principal soutien de l'organisation terroriste Hamas.

 

Pour faire empirer les choses, lorsque Nétanyahou a clairement indiqué son intention de participer; la tête du Conseil de sécurité National Français a menacé que l'Etat juif ferait face à des conséquences sévères. Immédiatement, le Président Français lui-même, au milieu du siège terroriste de Paris, a trouvé le temps d'inviter personnellement le Président de l'autorité palestinienne Mahmoud Abbas pour démontrer son "impartialité," le même Abbas qui était l'adjoint d'un terroriste notoire, Yasser Arafat, et qui a incité à la haine antijuive et à la violence.

 

Alors que les médias se sont plaints que Bibi lui-même s'est poussé en ligne de front, ils ont ignoré le fait que les turc premier ministre et Abbas ont reçu l'honneur par les Français à marcher à l'avant de la manifestation. En outre, Hollande par la suite a été grossier lorsque lui et sa délégation du gouvernement ont quitté la Grande Synagogue juste avant le discours réconfortant de Netanyahu.

 

Depuis son acceptation de l'invitation du Congrès, les médias israéliens de Gauche et l'opposition ont critiqué Netanyahu, disant que son acceptation d'une invitation par le Congrès contrôlé par les Républicains montre qu'il est prêt à s'immiscer dans la politique des Etats-Unis et de saper l'alliance stratégique avec les Etats-Unis pour remporter une élection.


Le leader du parti travailliste, Herzog, a déclaré que "Netanyahu a touché directement le Président des États-Unis d'Amérique. Que fait Netanyahu avec ce comportement brutal qui porte préjudice aux intérêts de sécuritaires d'Israël?"

Les faits montrent que ces accusations sont infondées et politiquement motivées. Netanyahu a longtemps été aimé par le Congrès américain bipartisan. Ce sera le troisième discours de Netanyahou devant le Congrès et en 2011, après une réunion tendue publiquement à la Maison-Blanche avec Obama sur les désaccords politiques, Netanyahu a obtenu 29 ovations debout par les Démocrates et les Républicains.

En outre, la position de Netanyahu sur des sanctions supplémentaires n'est pas partisane et nombre de Démocrates du côté du Congrès sont contre la position de Obama. La semaine dernière, Bob Menendez, le meilleur des Démocrates à la Commission des Relations étrangères du Sénat, a condamné l'État de l'Union du président Obama sur les points de discussion avec l'Iran, disant « Plus j'entends ce que dit l'administration et ses citations, plus cela ressemble à des points de discussion qui sortent tout droit de Téhéran. »

Il a été signalé que l'administration Obama est en ébullition à propos des plans de Netanyahou devant le Congrès concernant la menace iranienne, affirmant « qu'il a craché à notre visage publiquement. »

Le 16 janvier, le premier ministre Britannique Cameron, a admis, lors d'une conférence conjointe avec Obama, qu'il a été directement en contact avec certains sénateurs américains à être contre de nouvelles sanctions contre l'Iran. Cameron a déclaré que ses appels n'étaient pas « en quelque sorte de dire au Sénat américain, ce qu'il devrait faire ou ne devrait pas faire. » Au lieu de cela, il a voulu dire au Sénat américain l'avis du Royaume-Uni. Condamnant Netanyahu de ne pas faire la même chose, c'est hypocrite et sans vergogne.

Des menaces anonymes de Maison Blanche que « Netanyahu devrait se rappeler que le président Obama a encore un an et demi à la présidence et il y aura un prix à payer » aura l'effet inverse. Israéliens ont seulement un État juif, et ils ne sont pas disposés à s'appuyer sur Obama ou les Français par contre sur Bibi pour assurer sa survie.

reproduction autorisée avec mention de la source et lien actif ©Copyright malaassot.com

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :