Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Malaassot - le blog de mordehai - ! ברוך הבא
  • Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא
  • : Défenseur de l'unité et de l'indivisibilité de Jérusalem Juive et capitale de l'Etat d'Israel sans aucun partage
  • Contact

Recherche

24 janvier 2015 6 24 /01 /janvier /2015 15:20
A gauche, la mosquée Islamic Mission mondiale à Oslo. A droite: Assis devant le drapeau noir du djihad est Ubaydullah Hussain, un islamiste bien connu en Norvège qui a été reconnu coupable d'incitation à la haine contre les Juifs et menaçant les journalistes.

A gauche, la mosquée Islamic Mission mondiale à Oslo. A droite: Assis devant le drapeau noir du djihad est Ubaydullah Hussain, un islamiste bien connu en Norvège qui a été reconnu coupable d'incitation à la haine contre les Juifs et menaçant les journalistes.

Par Bjorn Jansen

http://www.gatestoneinstitute.org/5140/norway-islam-multiculturalism

Adapté par Mordeh'aï pour malaassot.com

 

Dans le système éducatif de la Norvège, l'histoire n'est pas un sujet étudié. Elle est incluse dans « Études sociales » ou « le Norvégien ». De nombreux norvégiens ignorent donc comment leur société et la démocratie ont été formé, ou les prix énormes payé pour les atteindre. Les générations récentes semblent les prendre pour acquis.

 

Le système éducatif de la Norvège est également pénétré par une vision idéaliste de l'égalité et d'une croyance dans le relativisme culturel: que tout le monde, toutes les cultures et toutes les religions ont la même valeur. Les Écoles et maternelles même sont obligées de travailler pour effacer les différences de classe. La majorité des enseignants sont des utopistes qui croient dans l'idéalisme, qu'ils sont obligés de prêcher. L'Islam est présenté dans les manuels scolaires comme « juste une autre religion »--attrayante et dépeinte comme si elle a déjà été réformée, une situation qui n'est tout simplement pas le cas.

 

Il n'y a aucun clubs de débat en Norvège. Il en résulte une pression d'un consensus d'opinions et de pensées. D'exprimer une opinion qui s'exécute à contre courant peut être associé à « étant difficile, » « argumentatif » et que ce que vous pensez est « mauvais », avec des accents désagréables de « vous êtes programmés à tort. »

 

Les médias refusent même de regarder les doctrines de l'Islam. Plutôt que d'enquêter sur l'Islam pour eux-mêmes, les hommes politiques en Norvège mettent leur foi aveugle dans ce que les imams et le Conseil islamique de Norvège disent de ce qu'est l'Islam. Si les médias et les politiciens admettent qu'il y a un problème, ils seront obligés de se rétracter de leur croyance au multiculturalisme et à présenter des excuses.

 

Comment alors, une seule dissidence explicite dans un pays dont les politiciens et les médias sont enracinés dans la pensée socialiste; où discuter de religion est une impasse; là où la politique a remplacé la religion et où il y a une petite population, la conformité de la pensée, avec le risque d'être sanctionné pour exprimer d'autres pensées?

 

 

Il semble que la plupart des gens en Europe - à la suite des massacres au magazine Charlie Hebdo et du supermarché casher à Paris ont oublié, ou qu'il n'a jamais été enseigné, que les musulmans ont envahi l'Europe plusieurs fois auparavant. Au VIIIe siècle, les Maures (musulmans d'Afrique du Nord) ont réussi à conquérir l'Espagne et Charles Martel, le roi des Francs au moyen âge, a combattu et mit un terme à l'invasion des Maures de la France. Il a fallu 800 ans afin d'expulser l'Islam d'Espagne; l'expulsion définitive des Maures d'Andalousie a eu lieu à 1494. Plus tard, les Ottomans sont arrivés aux portes de Vienne en 1683. Comment a-t-on oublié la nature de l'Islam et de l'histoire en Europe?

 

La Norvège, comme beaucoup d'autres pays en Europe après la seconde guerre mondiale, a construit un État providence expansif. Il repose sur le principe des valeurs partagées, des objectifs communs et une foi partagée dans l'État. Historiquement, la Norvège s'est enorgueillie d'être une société en grande partie sans classes avec une grande bourgeoisie et seulement une petite classe supérieure ou la noblesse. Dans le système éducatif de la Norvège, l'histoire n'est pas un sujet étudié. Elle est soit incluse dans le cadre des « études sociales » ou « le Norvégien ». Ce déclassement, combiné à l'érosion et l'élimination virtuelle du christianisme du système éducatif, signifie que beaucoup ignorent comment leur société et la démocratie ont été formé, ou des énormes prix payés pour les atteindre. Les générations récentes semblent les prendre pour acquis.

 

Le développement de l'Occident, qui commence avec Socrate à Athènes; est alors passé à l'état de droit fondé sur des preuves vérifiables et une justice égale de Rome; puis le débat théologique qui a précédé la réforme et la Renaissance; le siècle des lumières et la croissance de la science--tout cela, pendant des centaines d'années, ont façonné les constitutions et créé des sociétés démocratiques d'aujourd'hui. Les Constitutions d'aujourd'hui, les systèmes juridiques, les codes de l'éthique et les valeurs même souhaitées pour les enfants, sont basés sur les valeurs et les qualités exprimées dans l'ancien et le Nouveau Testament, mais la plupart des jeunes ne sont pas conscients de cela.

 

L'Islam est une idéologie. Toutes les nations ont leurs propres, bien que ce ne soit pas évident pour ceux qui sont nés et a grandi avec. Ce qui, alors, est idéologie (ou idéalisme), de l'après-guerre pour la Norvège et comment a-t-il pénétré la société d'aujourd'hui de la Norvège?

 

Avant que de grandes quantités de pétrole n'aient commencé à être extraites dans les années 1970, la Norvège a été en grande partie une société monoculturelle. Cependant, au cours des 40 dernières années il y a eu une transition rapide vers une société multiculturelle, dont les valeurs de solidarité et articulation précédentes sont maintenant brisées et remises en question par le parallèle et, dans le cas de l'Islam, certaines valeurs et des objectifs largement opposés.

 

Avec l'immigration vient un plus grand écart entre les plus pauvres et les plus riches qu'avant, mais la Norvège conserve ses valeurs sociales fortes de l'égalité et son rêve de solidarité--peut-être des principales raisons pourquoi socialisme a encore une forte teneur sur le pays.

 

Le système d'éducation de la Norvège est imprégné d'une vision idéaliste de l'égalité et la croyance au relativisme culturel: que tout le monde, toutes les cultures et toutes les religions sont de la même valeur. Écoles et même des écoles maternelles sont obligées de travailler afin d'annihiler les différences de classe. Comme l'Etat s'oppose à l'idée d'écoles privées, il n'y a pratiquement pas d'alternative à l'école publique. La majorité des enseignants sont des utopistes qui croient en l'idéalisme et ils sont obligés de le prêcher.

 

Le relativisme culturel et religieux l'emportent. L'islam est présenté dans les manuels scolaires comme «juste une autre religion». Les Pratiques clés, sont présentées telles que comment se laver avant de prier et de prier cinq fois par jour, mais la biographie de Mahomet, l'idéologie et le programme de l'Islam, le concept du kafir [infidèle] et tout son contenu qui sont agressifs sont mis sous le tapis. L'islam est présenté comme une belle religion, pas une idéologie, et est dépeinte comme si elle a déjà été réformé, une situation qui est tout simplement pas le cas.

 

Il n'y a pas de tradition de clubs de débat en Norvège; le résultat est une pression d'un consensus de vues et de pensées. Le débat, en Angleterre, est considéré comme un art. De nombreuses écoles ont des clubs de débat, et il n'y a pas de mal au vu d'un profond désaccord, puis après aller après au pub. En Norvège, dans le milieu de travail, d'être en désaccord n'est pas toujours une option sûre. Pour exprimer une opinion qui va à contre-courant peut être associé à "être difficile», «argumentatif», et que ce que vous pensez est «mauvais», avec des accents désagréables "vous êtes mal planifié."

 

Les politiciens de la Norvège sont à la fois jeunes et moins expérimentés que leurs homologues européens, qui entrent souvent tard dans la vie politique après une carrière dans les affaires. Peu de politiciens de la Norvège ont une perspective internationale de l'enseignement supérieur ou d'une carrière en dehors de la politique. Beaucoup sont allés directement dans la politique. Ils sont élevés dans une société avec une petite population ancrée dans un consensus socialiste, pour la conformité. Comment alors peut-on exprimer son désaccord dans un pays dont les politiciens et les médias sont enracinés dans la pensée socialiste; où discuter de religion est uninterdit; où la politique a remplacé la religion, et où il y a une petite population assuré de la conformité de la pensée, avec le risque d'être sanctionnée pour exprimer d'autres pensées?

 

La plupart des médias ont la même perspective socialiste que les politiciens de la Norvège.C'est l'ignorance complète ou un refus aveugle d'aller à la racine du terrorisme islamique, ou comment la doctrine de l'islam effectue la socialisation, la mentalité et les actions des musulmans. Malgré l'existence de sites informatifs, indépendants tels que document.no et rights.no , les médias refusent même d'examiner les doctrines de l'Islam.

 

Plutôt que d'enquêter sur l'Islam pour eux-mêmes, les politiciens de la Norvège ont mis leur foi aveugle dans ce que les imams disent en Norvège ce qu'est l'Islam. De même Islamsk Råd, le Conseil islamique de Norvège, à qui il a été donné espace médiatique pour déterminer ce que l'islam est ou ne l'est pas.

 

Les trois dernières années ont vu une explosion dans la connaissance de l'islam par l'homme-de-la-rue, en grande partie grâce à l'Internet, et inspiré par des personnalités telles que Geert Wilders, Ayaan Hirsi Ali, Irshad Manji, frère de Rachid et la Norvège propre de Hege Storhaug. Même si aucune voix critique de l'islam obtient une couverture dans les médias, la couverture récente dans les médias populiste de l'Allemagne

 

PEGIDA mouvement (Européens patriotique contre l'islamisation de l'Occident) a déjà commencé à changer ce moment. PEGIDA a été lancé en Octobre dernier par Dresde Lutz Bachman, qui a démissionné le 21 Janvier 2015, après la parution d'une photo de lui, posant comme Hitler. Sa popularité a été une traînée de poudre dans toute l'Europe en seulement trois mois ou l'existence semble due aux politiciens et à la négligence des médias pour leur population - en particulier refus ou l'incapacité d'entreprendre du journalisme d'investigation indépendant des médias.

 

Les gens sont en train de discuter exactement de ce qui empêche les médias européens d'aller à la racine de l'Islam - discuter les éléments clés des Écritures de l'Islam (le Coran, la Sira et le hadith ) sont au conflit avec le monde non-musulman.

 

Si les médias et les politiciens admettent qu'il y a un problème, ils seront obligés de se rétracter de leur croyance dans le multiculturalisme et de s'excuser pour avoir permis volontairement un changement dans la démographie de la Norvège, avec de nombreux résultats potentiellement violents. Ils pourraient avoir à admettre que les médias et les politiciens connaissaient les dangers des doctrines de l'Islam, mais n'osaient pas les publier; que peut-être ils ont été collectivement menacés et ont eu peur des conséquences. Les médias d'autres pays pourraient avoir peur de parler des doctrines de l'islam en raison de leur dépendance au pétrole du Moyen-Orient, mais ce n'est pas le cas pour la Norvège.

 

Les disciples de PEGIDA peuvent déclencher un débat qui fait cruellement défaut dans la boîte de Pandora non ouvert sur des doctrines de l'Islam. Ils peuvent également poser des questions qui doivent être posées, mais que ni les politiciens ni les médias n'ont eu jusqu'ici le courage de poser. Les Caricatures et les dessins humoristiques ne sont que les symptômes; nous devons aller à la racine.

 

reproduction autorisée avec mention de la source et lien actif ©Copyright malaassot.com

 

Partager cet article

Repost 0
mordeh'ai