Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא

Une recherche turque pour « Libérer » Jérusalem

13 Novembre 2014 , Rédigé par mordeh'ai

Par Burak Bekdil

http://www.gatestoneinstitute.org/4867/Turkey-Jerusalem

Adaptation de Mordeh'aï pour malaassot.com

 

Les deux turcs Erdogan le Président et Davutoglu, son premier ministre ont déclaré à la fois que Gaza et Jérusalem (en plus de la Syrie, l'Irak, l'Egypte, la Somalie et le Maghreb) sont le "affaires intérieures" de la Turquie.

En vérité, il n'y a aucune mention du nom de n'importe quelle ville dans le Coran.

 

Les Turcs ont une compréhension différente de ce qui constitue une occupation et une conquête d'une ville. La domination turque est très simple: la capture d'une ville étrangère par la force est une occupation si cette ville est turque (ou musulmane) et la capture d'une ville par la force est une conquête si la ville appartient à une nation étrangère (ou à des non-musulmans).

Par exemple, les turcs pensent toujours que la capture d'Istanbul en 1453 n'était pas une occupation; C'était une conquête.

Dans un discours de 2012, le Président Recep Tayyip Erdogan (alors premier ministre) a dit: « Tout comme la Mecque, le Caire et Istanbul sont des villes du Coran. » En vérité, il n'y a aucune mention du nom de n'importe quelle ville dans le Coran. Mais ce n'est pas grave.

« La Conquête », Le Haut dignitaire religieux musulman de Turquie,  le professeur Mehmet Gormez, a déclaré en 2012,"ce n'est pas d'occuper des terres ou de détruire des villes et des châteaux; la Conquête c'est la conquête des coeurs!" C'est pourquoi, le haut dignitaire turc a dit: « dans notre histoire on n'a jamais occupé. » Au lieu de cela, le professeur Gormez a dit: « dans notre histoire, cela  a toujours été une conquête. » Il a expliqué que l'un des piliers de la conquête est d'« ouvrir les esprits à l'Islam et le cœur au Coran. »

C'est dans cette justification religieuse que la plupart des islamistes turcs pensent qu'ils ont un droit donné par Allah de prendre des terres aux infidèles par la force de l'épée--ironie du sort, pas très différente de ce qu'ont fait les islamistes les plus radicaux dans ces grandes parties de la Syrie et de l'Irak. Demandez à n'importe quel commandant de l'État islamique et il vous dira ce que sont et font les djihadistes-«ils ouvrent l'esprit à l'Islam et le cœur au Coran. »

Tant le Président Erdogan que son premier ministre Ahmet Davutoglu ont déclaré à maintes fois que Gaza et Jérusalem (en plus de la Syrie, l'Irak, l'Egypte, la Somalie et le Maghreb) sont les "affaires intérieures" de la Turquie.

En réalité, avec ou sans la normalisation des relations diplomatiques entre Ankara et Jérusalem, les Turcs n'ont jamais caché leurs objectifs plus larges dans le conflit israélo-arabe: que Jérusalem soit la capitale d'un Etat palestinien; et qu'Israël devrait être poussé vers ses frontières d'avant 1967. D'ici là, il sera « halal » [permis dans l'Islam] pour Erdogan de blâmer Israël pour le réchauffement climatique, le virus d'Ebola, la famine en Afrique et tous les autres malheurs auxquels le monde est confronté.

Comme pour confirmer ce point de vue étrange, le vice-premier ministre Yalcin Akdogan a également critiqué Israël pour les manquements démocratiques dans le monde arabe. « Israël travaille avec des régimes [non démocratiques] et conserve son navire à flot. » Donc, c'est à cause d'Israël que des nations arabes n'ont jamais établi de culture démocratique--avant ou après 1948; ou avant ou après quil y ait  la révolte du printemps arabe. Mais heureusement, les Palestiniens ont un nouveau « protecteur ».

Depuis le discours du premier ministre Davutoglu le 7 novembre: Al-Aqsa [mosquée de Jérusalem] sera un jour libérée. Les Israéliens doivent savoir que les Syriens opprimés ont un protecteur. Les Palestiniens opprimés aussi ont un protecteur. Ce protecteur est la Turquie. Tout comme Bursa [la ville turque, où il a parlé] a mis fin à son occupation, les honorables Palestiniens, les honorables musulmans mettront fin à l'occupation [israélienne]. A l'instar d'Osman Gazi [son tombeau à Bursa] a été libéré, al-Aqsa sera aussi libérée. Al-Quds [Jérusalem] est dans nos prières et elle nous a été confiée par l'histoire. Elle a été confiée, à nous, par Hazrat Omar. La dernière liberté de Jérusalem a été sous notre domination [ottomane]. Al-Qods est notre Raison. C'est le gouvernement israélien qui est l'occupant, l'oppresseur qui a transformé le Moyen-Orient en un bourbier.

Faisant écho à ce point de vue, le Président Erdogan a déclaré que la protection des sites islamiques en Terre Sainte est une mission sacrée (pour son gouvernement) et carrément averti que toute attaque contre la mosquée al-Aqsa n'est pas différente d'une attaque sur la Kaaba de la Mecque.

 

View image on TwitterRepérer la différence: aux yeux des responsables politiques et religieux de Turquie, Istanbul et ses Hagia Sophia (une fois basilique greque orthodoxe) a été « conquise » par les musulmans Ottomans, tandis que Jérusalem et la mosquée al-Aqsa (construite sur les ruines des Temples juifs) sont illégalement «occupés » par Israël. (Source des images : Wikimedia Commons)

 

Sans doute, après la bande de Gaza, les al-Aqsa (et Jérusalem) sont devenues une obsession turque puissante et une mine de votes, compte tenu notamment des élections parlementaires de la Turquie de juin prochain. Et ne vous attendez pas que les dirigeants turcs qu'à corrompre les faits. Fabrication simple est une méthode plus favorisée. Même, si une personne, contre son gré révélerait la vérité lors d'une tentative de corrompre les autres faits.

Étant donné que Davutoglu a affirmé que "Jérusalem a été confié aux Turcs par Hazrat Omar", il peut être utile de rafraîchir les mémoires. Hazrat Omar est Omar bin Al-Khattab (579-644), l'un des califes musulmans le plus puissant et le plus influent dans l'histoire. Dans le cadre de la "conquête contre l'occupation", il a été référencé par le supérieur ecclésiastique, le professeur Gormez lors d'un discours en 2012:

Après la conquête de al-Quds [Jérusalem] Hazrat Omar, a été invité à prier dans une église [comme encore il n'y avait aucune mosquée à Jérusalem]. Mais il a poliment refusé parce qu'il était inquiet que les conquérants  pourraient transformer l'église en mosquée après qu'il y ait prié là.

Depuis les faits historiques médiévaux n'ont pas pu changer au cours de ces deux dernières années, les oulémas turques Albums [érudits religieux], faisant référence à un calife musulman très puissant, est meilleur témoin; que lorsque les musulmans étaient arrivés à Jérusalem il y n'avait pas une seule mosquée dans la ville. Pourquoi? Parce que Jérusalem n'était pas une ville musulmane. Pourquoi, alors, les islamistes turcs prétendent-ils qu'elle est musulmane? Parce qu'elle avait autrefois été « conquise. » Les mêmes Turcs rétrocéderaient-ils Istanbul aux forces d'occupation qui avaient pris la ville après la première guerre mondiale, parce que sa capture en 1920 l'avait rendue une ville non turque? Non, ce n'était pas une conquête, cela a été une occupation !

Si MM. Erdogan et Davutoglu avaient été des écoliers, un tel raisonnement aurait pu s'intituler intimidation et tricherie.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :