Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא

Pourquoi Abbas ne condamnera pas les attentats terroristes

12 Novembre 2014 , Rédigé par mordeh'ai

Par Khaled Abu Toameh

http://www.gatestoneinstitute.org/4871/Abbas-Terror-Attacks

Adapté par Mordeh'aï pour malaassot.com

 

View image on Twitter

 

"Le Processus de paix" du Secrétaire d'État Kerry a effectivement mis les israéliens et les Palestiniens sur une nouvelle trajectoire de collision.

Pas un seul fonctionnaire de l'autorité palestinienne n'a dénoncé la vague d'attentats terroristes contre Israël. Ils ont trop, peur d'être condamné par leur peuple pour avoir dénoncé les « opérations héroïques » tels que l'attaque d'une voiture-bélier sur un nourrisson de trois mois.

Kerry et les autres dirigeants occidentaux ne veulent pas comprendre qu'Abbas n'est pas autorisé à faire des concessions pour la paix avec Israël. Pour Abbas, il est plus commode d'être critiqué par les Etats-Unis et Israël que d' être dénoncé par son propre peuple. Sans tenir compte de ces faits, Kerry a essayé de faire pression sur Abbas de faire des concessions qui auraient tourné le Président  de l'autorité palestinienne en « traître » aux yeux de son peuple. Abbas sait que le peuple qu'il a radicalisé tse reournerait contre lui si il  osait s'élever contre l'assassinat des Juifs.

 

La récente vague d'attaques terroristes à Jérusalem, Tel-Aviv et Cisjordanie n'est pas venue par surprise pour ceux qui ont suivi la campagne d'incitation en cours menée par les Palestiniens contre Israël.

Cette campagne a augmenté immédiatement après que le Secrétaire d'Etat américain John Kerry a échoué le dernier « processus de paix » entre Israël et les Palestiniens. Le "Processus de paix" de Kerry a effectivement mis israéliens et Palestiniens sur une nouvelle trajectoire de collision, qui a atteint son apogée avec les récents attentats terroristes israéliens.

Kerry a omis de reconnaître que le Président Mahmoud Abbas de l'autorité palestinienne n'a pas un mandat de son peuple pour négocier, sans parler de signer tout accord avec Israël. Abbas est maintenant dans la dixième année de son mandat de quatre ans à la présidence.

Kerry n'a pas écouté les conseils de ceux qui l'ont averti, lui et ses collaborateurs qu'Abbas ne serait pas en mesure de mettre en oeuvre tout accord avec Israël sur le terrain. Abbas ne peut pas même visiter sa maison de vacances dans la bande de Gaza contrôlé par le Hamas, et il contrôle moins de 40 % de la Cisjordanie. Où exactement Kerry s'attendez-il qu' Abbas applique tout accord avec Israël? Dans le centre de la ville de Ramallah ou Naplouse?

Ce que Kerry et autres dirigeants occidentaux ne veulent pas comprendre, c'est qu'Abbas n'est pas autorisé à faire des concessions pour la paix avec Israël et il a même à plusieurs reprises promis à son peuple qu'il ne ferait pas de concessions pour la paix avec Israël.

Dans un discours prononcé à Ramallah le 11 novembre, marquant le dixième anniversaire de la mort de son prédécesseur, Yasser Arafat, Abbas a déclaré: « Celui qui renonce à un caillou du sol de la Palestine et de Jérusalem n'est pas des nôtres. »

Cette déclaration seule aurait dûe suffire aux dirigeants de Kerry et aux occidentaux de se rendre compte qu'il serait impossible de demander à Abbas de faire des concessions. Comme Arafat, Abbas est devenu otage de sa propre rhétorique. Comment peut-on espérer qu'Abbas accepte tout accord qui n'inclut pas de 100 % de ses exigences--dans ce cas, tout le territoire conquis par Israël en 1967?

Abbas lui-même sait que s'il revient avec 97 % ou 98 % de ses demandes, son peuple lui crachera au visage ou le tuera, après l'avoir accusé d'être un « défaitiste » et de « renoncer aux droits des palestiniens ».

C'est précisément pourquoi Abbas a choisi de sortir de la période des neuf mois du "processus de paix" de Kerry. Se rendant compte qu'Israël n'allait pas lui offrir 100 % de ses demandes, Abbas a préféré abandonner les pourparlers de paix l'été dernier.

Pour Abbas, il est plus commode d'être critiqué par les Etats-Unis et Israël que d'être dénoncé par son propre peuple d'avoir réaliser une mauvaise affaire avec Israël.

Sans tenir compte de ces faits, Kerry a essayé de faire pression sur Abbas de faire des concessions qui auraient mué aux yeux de son peuple, le Président de l'autorité palestinienne en un « traître »

Au lieu d'être honnête avec son peuple en leur disant que la paix exige des concessions douloureuses aussi de la part des Palestiniens et pas seulement d'Israël, Abbas a choisi--depuis l'effondrement "processus de paix" de Kerry --d'inciter les Palestiniens contre Israël.

Abbas a depuis tenu Israël responsable de l'effondrement des efforts de Kerry. Abbas a utilisé les médias et le discours enflammé pour dire à son peuple qu'il n'y a aucun partenaire de la paix en Israël. Il a également dit à son peuple que le seul but d'Israël est de s'emparer des terres et de mener de « nettoyage ethnique » et le « génocide » contre les Palestiniens.

On doit regarder les récentes charges d'Abbas, contre des extrémistes et des colons juifs qui « contaminent » la mosquée Al-Aqsa à Jérusalem et doivent être considéré dans le contexte de la campagne d'incitation massive qui s'est intensifiée de la suite de l'échec  "du  processus de paix de Kerry"

Au cours des derniers mois, Abbas, le Hamas et le Djihad islamique ont radicalisé les Palestiniens à un point où il est devenu risible de parler de tout processus de paix avec Israël.

Abbas est bien conscient que son peuple le condamnera, si jamais, il retourne à la table des négociations avec Israël. C'est pourquoi il a choisi maintenant une stratégie différente-- de tenter d'imposer une solution avec l'aide de l'ONU et de la communauté internationale.

Abbas veut que la communauté internationale et le Conseil de sécurité des Nations Unies  lui donnent ce qu'Israël ne peut pas et ne lui offrira pas à la table des négociations.

La campagne d'incitation contre Israël est une réminiscence de l'atmosphère qui régnait dans la Cisjordanie et dans la bande de Gaza immédiatement après le sommet bâclé à l'été 2000 de Camp David. Ensuite, Yasser Arafat s'est tenu également loin de la table des négociations après avoir réalisé qu'Israël ne lui offrirait pas tout ce qu'il demandait, à savoir un retrait complet sur les lignes d'avant 1967.

À son retour de Camp David, Arafat a également déclenché une vague d'incitation contre Israël; Finalement, l'incitation a conduit à l'éclatement de la seconde intifada en septembre 2000.

Maintenant Abbas suit les traces de Arafat en intensifiant sa rhétorique des attaques sur Israël. Cette fois, le Hamas et autres groupes terroristes ont rejoint la campagne d'incitation d'Abbas en appelant ouvertement les Palestiniens d'utiliser des voitures et des couteaux pour tuer des Juifs pour "défendre" la mosquée Al-Aqsa.

Refus de Abbas de condamner les récentes attaques de terreur sur Israël peut être  pour deux raisons: peur de son peuple et la croyance que la violence va forcer Israël à faire des concessions importantes. En refusant de dénoncer les attaques et même en louant les auteurs comme des héros et martyrs (comme il l'a fait dans le cas de Mu'taz Hijazi, l'homme de Jérusalem-est qui a blessé l'activiste juif Rabbin Yehuda Glick), Abbas indique son accord tacite à la violence.

Pas un seul fonctionnaire de l'autorité palestinienne, en fait, n'a dénoncé la vague d'attentats terroristes contre Israël. Ils ont, aussi, peur d'être condamné par leur peuple pour avoir dénoncé les « opérations héroïques », tels que le coup de poignard meurtrier à une femme de 26 ans ou le coup de la voiture-bélier sur un nourrisson de trois mois.

Abbas espère que les attentats terroristes garderont le conflit israélo-palestinien au sommet de l'ordre du jour du monde; quand tous les regards sont tournés vers la menace du groupe terreur de l'État islamique en Syrie et en Irak. Il sait aussi très bien que le peuple qu'il a radicalisé se tournerait contre lui si il osait s'élever contre l'assassinat des Juifs.

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :