Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא

Débordement d'invectives sans précédent de l'administration Obama contre Israël

9 Octobre 2014 , Rédigé par mordeh'ai

Par Isi LEIBLER

http://wordfromjerusalem.com/?p=5253  

Adapté par Mordeh'aï pour malaassot.com

                                                                                                         

 

La condamnation des États-Unis exceptionnellement outrancière d'Israël concernant la construction dans les quartiers juifs de Jérusalem de logements n'est pas seulement erronée, mais reflète aussi les préjugés irrationnels. Soit dit en passant, ce comportement a également des parallèles inquiétants avec l'incarcération inhumaine de Jonathan Pollard, malgré les supplications de son rachat de tous les secteurs de la société américaine.

Le débordement sévère de critiques se rapportant à un projet de 2 600 logements  prévu dans le prolongement d'un quartier exclusivement juif, adjacent à la banlieue de Talpiot et du kibboutz Ramat Rahel tant au sein de la ligne verte. Il intègre des terres principalement arides sur laquelle les immigrants éthiopiens et russes avaient été hébergé temporairement dans les maisons mobiles. Hautement significatif – mais ce qui est ignoré – c'est que près de la moitié de la construction a été affecté pour des logements aux arabes. Les Permis de construire ont été approuvé il y a deux ans, mais c'est le groupe d'extrême Gauche, "La Paix Maintenant" qui a jugé bon de remettre en évidence la question dans un communiqué publié à la veille de la réunion du Premier Ministre Benjamin Netanyahu avec le Président américain Barack Obama dans un effort calculé afin d'embarrasser le Premier ministre et de provoquer des tensions.

Les déclarations successives par les porte-parole de la Maison Blanche et du Département d'Etat doivent être considérées comme les condamnations les plus amèrement partiales et déséquilibrées  jamais exprimé par les États-Unis contre Israel. Elles se moquent des affirmations répétées de l'administration Obama qui considère Israël comme un proche allié.

Le Porte-parole de la Maison Blanche Josh Earnest a déclaré, " ce développement appuiera uniquement la condamnation de la communauté internationale, Israël se distancie aussi de ses plus proches alliés, cela empoisonne l'atmosphère, non seulement avec les Palestiniens, mais aussi les gouvernements arabes avec lesquels le Premier ministre Netanyahu a dit vouloir construire des relations."

La Porte-parole du Département d'Etat américain Jen Psaki est allée encore un peu plus loin et a déclaré que ces plans de construction « remettraient en question l'engagement ultime d'Israël à un règlement pacifique et négocié avec les Palestiniens. » Cette remarque scandaleuse sera vue comme une tentative d'Obama de rassurer le Président de l'autorité palestinienne Mahmoud Abbas qu'il soutiendrait toujours les Palestiniens, malgré la condamnation du discours écoeurant tenu à l'ONU par Abbas, qui était également une gifle au visage des États-Unis

Il s'agissait clairement d'un posture élaborée. Les Etats-Unis sont pleinement conscients que l'emplacement de cette construction est au cœur des quartiers juifs de Jérusalem et elle restera toujours sous souveraineté juive. Ils ont également idéalement négligé le fait que ce projet devait inclure des logements arabes .

Pour compliquer les questions, l'administration a également condamné l'acquisition légitime de sept résidences par les Juifs dans le quartier arabe de Silwan de Jérusalem. Ce faisant l'administration Obama  approuve la politique de l'autorité palestinienne d'empêcher les Juifs d'acheter des maisons dans les zones à population arabe de Jérusalem. Ceci, malgré le fait que les Arabes vivent librement parmi les Juifs à Jérusalem-Ouest et partout en Israël. Les États-Unis auraient donc validé les politiques de nettoyage ethniques « Judenrein » d'Abbas, qui a eu le culot d'accuser Israël d'être un Etat d'apartheid dans son discours belliqueux récemment à l'ONU. .

Les déclarations américaines exhortent sans équivoque des autres pays, y compris " les plus proches alliés "d'Israël, de condamner Israël pour cette construction municipale systématiquent et qui, contrairement aux allégations totalement infondées, en aucun cas, ne porte atteinte à une solution à deux Etats. Il n'est pas surprenant, et elles ont déjà trouvé un écho chez différents pays européens et l'Union européenne, a également appelé « l'attachement d'Israël à la question d'un règlement négocié pacifique. »

Elles sont allés jusqu'à retransmettre le message aux Arabes modérés déclarant qu'Israël  " empoisonne l'atmosphère," décourageant des alternatives aux efforts de Netanyahu pour parvenir à sortir et à développer une nouvelle relation avec eux.

L'amère attaque sur Israël pour la construction dans les quartiers juifs de sa propre capitale est unique non seulement en raison de la férocité disproportionnée de cette condamnation publique d'un allié, mais aussi envisagé dans le contexte plus large. En dehors de la guerre de Gaza et les attaques histrioniques contre Israël par Abbas à l'Assemblée générale des Nations Unies, il est impossible de comprendre une telle réaction dans le contexte des événements régionaux. Des pays entiers, l'Irak et la Syrie —  implosent ; littéralement des millions ont été déplacé de leur domicile et se réfugient ; plus 200 000 ont été assassiné en Syrie seule; des décapitations barbares de personnes innocentes qui sont diffusées publiquement sur Internet. Pourtant, c'est dans le contexte de ce tourbillon qu'aux Etats-Unis, on estime nécessaire de condamner et d'isoler son allié le plus dévoué, le seul Etat démocratique dans la région et le seul endroit où le chaos ne prévaut pas. Pourquoi? Parce qu'il y a deux ans, la municipalité de sa capitale, Jérusalem, a approuvé un projet de logements dans un quartier juif (ce qui également fournirait un logement aux résidents arabes).

L'irrationalité et la gravité de ces reproches d'Israël, encouragent d'autres « amis » à se joindre à la condamnation, que suggère Obama et qui demeure déterminée et obsessionnelle de forcer Israël à adopter son approche. Et ce, malgré les événements de ces derniers mois et de son propre aveu, dans son discours de l'ONU qu'il avait jusqu'ici  commis une erreur en affirmant que le conflit israélo-palestinien était un obstacle majeur à la stabilité régionale.

Aucun gouvernement israélien responsable ne pouvait jamais acquiescé à cette demande. Nous ne devons jamais nous excuser pour la construction de maisons dans la Jérusalem juive et il y a un élément de folie aux États-Unis qui nous condamne à cet effet.

Netanyahu parle à ce sujet au nom de toute la nation. Ce n'est pas l'approche d'un gouvernement particulier. Cette démarche reflète le consensus — autres que cellei du Meretz extrême gauche  et des groupes marginaux post-sionistes. Il s'agit d'un temps pour nous de nous lever et de nous compter. Le Membre de la Knesset Isaac Herzog leader de l'opposition devrait taire comme un véritable dirigeant travailliste sioniste et déclarer que son parti est en harmonie avec le gouvernement au sujet de la construction à Jérusalem. Si il ne le fait pas, il tournera le dos à des idéaux du parti Travailliste sioniste des fondateurs d'Israël et de son propre parti travailliste qui deviendra un groupe de marginal de Gauche délirant et discrédité.

La réponse de la direction juive américaine est également cruciale. Elle a jusqu'à présent fait preuve de réticence à répondre publiquement aux déclarations tendancieuses sur Israël exprimées par Obama. Mais cela les mettra à l'épreuve. Si les dirigeants ne parviennent pas à s'exprimer contre une telle attaque vicieuse qui encourage efficacement les autres pays à se joindre et à exercer des pressions sur Israël, elle sera perçue comme une érosion dramatique de son influence politique et de sa communauté permanente. L'American Israel Public Affairs Committee devrait maintenant activement lancer une campagne d'information, parler de manière forte des droits d'Israël à Jérusalem et faire un effort concerté pour démarcher le soutien des membres du Congrès.

Si Obama peut se comporter de manière méprisante envers Israël cinq semaines avant les élections législatives de la mi-mandat, on se retrouve avec une sensation de froid alors que nous pouvons voir des initiatives encore plus malheureuses durant le reste de sa mandature présidencielle; il cherche à se démarquer d'Israël comme en même temps, il s'engage avec les Etats voyous et semble déterminé à remettre en selle l'Iran.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :