Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא

Obama vs Netanyahu

1 Août 2014 , Rédigé par mordeh'ai

http://www.frontpagemag.com/2014/ari-lieberman/obama-vs-netanyahu/

Adapté par Mordeh'aï pour malaassot.com

 

caucus-obama-Netanyahu-blog480Il n'y a pas lieu de contester le fait que l'état des relations entre Israël et les Etats-Unis, ou plus précisément, Israël et la Maison Blanche, sont les pires qu'ils aient été depuis la fondation d'Israël. Les deux nations ont eu leurs différences politiques dans le passé, mais une convergence d'intérêts régionaux et des valeurs morales partagées entend généralement que les différences - dans la mesure où elle existait - Mais le président Obama a, avec un seul but, se transforma en un one-man,de la politique étrangère boulet de démolition, déterminé à déséquilibrer une relation ancrée 66 ans avec la seule démocratie du Moyen-Orient.

Tel que rapporté par Oren Nahari de Channel 1 nouvelles d'Israël, une transcription inquiétante d'une conversation entre Obama et le Premier ministre Benjamin Netanyahu, qui a eu lieu le 29 Juillet révèle la véritable ampleur de l'animosité ancrée d'Obama pour l'Etat juif. Obama donnait l'impression d'être grossier, condescendant et entièrement insensible à la position d'Israël. À un moment de la conversation, Obama coupe Netanyahu et met hors de propos les préoccupations de Netanyahu sur les violations répétées du cessez-le-feu par le Hamas:

Barack Obama: Je demande qu'Israël s'engage à un cessez le feu unilatéral immédiat et mette un terme à toutes les activités offensives, en particulier des frappes aériennes.

 

Benjamin Netanyahu: Et que recevra Israël en échange d'un cessez-le feu?

BO: Je crois que le Hamas cesse ses tirs de roquettes - le silence sera accueilli par un silence.

BN: Le Hamas n'a pas respecté tous les cinq cessez-le-feu précédents. C'est une organisation terroriste dédiée à la destruction d'Israël.

 

BO: Je le répète, et je m'attends à ce qu'Israël mette fin à toutes ses activités militaires unilatéralement. Les images de destruction à Gaza éloignent le monde de la position d'Israël.

 

BN: la proposition de Kerry était totalement irréaliste et donne au Hamas des avantages militaires et diplomatiques.

 

BO: Dans une semaine de la fin des activités militaires d'Israël, le Qatar et la Turquie entameront des négociations avec le Hamas sur la base des accords de 2012, y compris l'engagement d'Israël à lever les restrictions du siège sur Gaza.

 

BN: le Qatar et la Turquie sont les plus grands partisans du Hamas. Il est impossible de compter sur eux pour être des médiateurs justes.

 

BO: J'espère que le Qatar et la Turquie. Israël n'est pas dans la position qu'il peut choisir ses médiateurs.

 

BN: Je proteste parce que le Hamas peut continuer à lancer des roquettes et utiliser des tunnels pour des attaques terroristes -

 

BO: (interrompant Netanyahu) La balle est dans le camp d'Israël, et il doit mettre fin à toutes ses activités militaires.

Peut-être l'aspect le plus déconcertant de la conversation est la façon dont Obama reporte sur la Turquie, un pays dirigé par le premier ministre antisémite du monde et le Qatar, principal bienfaiteur du Hamas. Apparemment, le président se sent plus à l'aise avec des antisémites, des misogynes et des xénophobes qu'avec une démocratie, fidèle allié américain qui maintient les valeurs et les principes de base communs.

Des démentis de pure forme de la Maison Blanche et du bureau du Premier Ministre qui avait immédiatement communiqué à la fois que cette conversation n'a jamais eu lieu et en faisant valoir que la transcription était «fausse» et «fabriquée». Nahari a insisté cependant, que la transcription, provenant d'un officiel américain de haut-niveau, et qu'elle était exacte.

Cependant, en considérant les interactions passées d'Obama avec Israël, il y a de bonnes raisons de croire à la véracité de la transcription. Peu de temps après sa prise de fonction, le président a commencé ce qui a été justement appelé une " visite d'excuses ", la visite de ces piliers de la démocratie que sont l'Égypte, l'Irak, la Turquie et l'Arabie saoudite, où il a offert la contrition américaine pour avoir été dédaigneux et moqueur. Le président a délibérément sauté sur Israël, un détail pas perdu pour les ennemis d'Israël.

Puis en 2010 lors d'une réunion avec Netanyahu à la Maison Blanche, le président a snobé le Premier ministre et lui a fait de nombreux affronts délibérés avec l'intention de l'humilier publiquement. Comme un journal israélien l'a caractérisée, au lieu d'être traité comme un allié critique et loyal, " Bibi a reçu à la Maison Blanche le traitement réservé au président de la Guinée équatoriale."

Union sacrée sur le traitement d'Israël et de son premier ministre par Obama, qui s'est avéré trop lourd à porter, même pour un président emphatique et a contraint la Maison Blanche de faire marche arrière et modérer la rhétorique, mais ce n'est que temporaire.

Les étincelles ont commencé à voler de nouveau en Novembre 2013, lorsque l'homme de pointe du président, John Kerry, a lancé une attaque virulente contre Israël plaçant à la traîne " pour des pourparlers de paix " l'Etat juif près du blâme exclusif. Il a ensuite donner une reconnaissance implicite au terrorisme et les tactiques du BDS comme un moyen légitime de forcer la main d'Israël. Agression verbale de Kerry sur Israël a été accompagnée par un blanchiment complet des provocations palestiniennes et des obstacles à la paix.

Mais Kerry vient de se réchauffer. En Avril 2014 Kerry, en s'inspirant des poissons de fond les plus vils, il a suggéré bêtement qu'Israël pourrait se transformer en un " état ​​de l'apartheid." Le commentaire a été fait le ​​Jour de l'Holocauste, pas moins. Une fois la déclaration odieuse révélée au public, il a essayé de revenir en arrière et a présenté des excuses (de toutes sortes) pour son mauvais choix de mots. Mais le mal était fait, planter encore un autre clou dans le cercueil des relations de l'administration Obama avec Israël.

Obama avait une chance de réparer les relations suite à l'enlèvement de trois adolescents israéliens - dont l'un détenait la citoyenneté américaine - en Juin, mais il lui a fallu 18 longues journées avant de rompre son silence sur la question. Ajoutant l'insulte à l'injure, il a immédiatement exprimé  " ses condoléances à tout le peuple palestinien" après qu'un Arabe a été enlevé avant même que les circonstances de l'enlèvement et de l'identité des coupables ne soient constatés.

Pendant les périodes de crise ou de guerre, les alliés sont censés fournir un soutien mutuel pour l'autre. En cas de désaccord ou de discorde, il est compréhensible qu'il soit tenu à huis clos parce que l'ennemi doit être amené à croire qu'il est confronté à un front uni. Mais l'administration Obama est étonnamment incapable de maintenir le protocole même minime.

Juste après le début des hostilités actuelles, tandis que 80% d'Israël esquivaient roquettes et missiles mortels de toutes formes et tailles du Hamas, Phillip Gordon, assistant spécial du président Obama et coordinateur de la Maison Blanche pour le Moyen-Orient, a publié une condamnation cinglante d'Israël se référant à Israël comme la cause de l'instabilité régionale et placer la critique sur Israël pour l'absence de progrès avec les Palestiniens. Les commentaires sont ridiculement absurdes et faux, mais même si ils étaient exacts, Gordon auraient utilisé le bon sens de base et se serait abstenu de les émettre publiquement contre un allié en temps de guerre.

Réprimande publique d'Israël se manifeste à nouveau lorsque le porte-parole de la Maison Blanche Josh Earnest a accusé Israël pour le bombardement d'une école de l'ONU et appelé le bombardement israélien présumé " totalement indéfendable." Israël avait déjà mené une enquête préliminaire sur la question et avait déterminé que ses forces n'étaient pas responsables de la mort mais Earnest ne fait aucune mention du rapport israélien. Earnest a également omis de noter que le Hamas utilise fréquemment écoles de l'ONU comme des installations de stockage d'armes et de plates-formes pour les tirs de roquettes et que beaucoup de fusées du Hamas lance ont souvent des ratés comme ce fut le cas avec l'Al-Shati camp de réfugiés de la tragédie. Néanmoins, même si les allégations étaient vraies - et il semble y avoir un doute réel sur ce chef d'accusation - l'allié devrait s'abstenir de condamner publiquement l'autre et cela est particulièrement vrai lorsque notre allié se bat contre un ennemi génocidaire dédié à sa destruction.

Mais comme l'administration Obama a manifestement et clairement fait comprendre en paroles et en actes, qu'elle ne considère pas Israël comme un allié. Obama préfère s'acoquiner avec des négationnistes comme Mahmoud Abbas et d'autres xénophobes assortis comme le dirigeant voyou de la Turquie Recep Tayyip Erdoğan. On dit que l'on peut juger un homme par la société qu'il garde. Cela ne présage rien de bon pour Obama.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :