Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא

L'acharnement Anti-Israëlien d'Obama

29 Août 2014 , Rédigé par mordeh'ai

Par Vic Rosenthal

http://abuyehuda.com/2014/08/obamas-anti-israel-extremism/

Adaptation Mordeh'aï pour malaassot.com

 

Nabil Shaath, un responsable de l'OLP et principal confident de président de l'Autorité Palestinienne Mahmoud Abbas, a déclaré qu'Israël avait retiré la demande que le Hamas soit démilitarisé, en raison de la pression américaine, dans une interview à l'Agence arabe Ma'an News .

 

Shaath n'est pas une source particulièrement fiable, mais il n'est pas clair ce qu'il voulait de faire de cela. L'OLP est elle aussi impatiente de voir le Hamas affaibli, et veut que les Etats-Unis soutiennent l'idée de lui donner le contrôle des points de passage, etc Pourquoi voudrait-elle irriter les Etats-Unis?

 

Dans l'ensemble, l'attitude de l'administration Obama lors de ce conflit a été difficile à comprendre. Elle a pris plusieurs mesures qui pourraient même être appelés hostiles: la demande anticipée pour un cessez le feu immédiat, la présentation de la proposition de cessez-le-feu conçue par la Turquie et le Qatar, alliés du Hamas, l'ordre de la FAA de presque fermé l'aéroport international d'Israël, le hold-up mystérieux de la livraison des missiles Hellfire, etc

 

Un accord de cessez-le feu qui comprenait le désarmement aurait été une victoire claire pour Israël, une humiliation pour le Hamas, un développement révolutionnaire qui aurait arraché les dents du Hamas une fois pour toutes. Contrairement à celui qui permet au Hamas de garder ses roquettes et d'autres armes, c'est juste un délai d'attente au cours duquel le Hamas peut se préparer à nouveau pour le prochain round.

 

Si le rapport de Shaath est vrai, alors les USA sont intervenus pour sauver une organisation terroriste. Évidemment, c'est mauvais pour Israël, mais comment serait-ce bon pour l'Amérique?

 

Peter Wehner a noté dans Commentary que c'est en réaction à un rapport qu'Obama a été «furieux» contre d'Israël.

 

Dans un quartier avec le Hamas, ISIS, le Hezbollah, la Syrie et l'Iran, pour n'en nommer que quelques-uns des acteurs, le président Obama était «furieux» à ... Israël. C'est vrai, Israël, notre allié fidèle, un phare de la liberté, la légalité et les droits de l'homme dans une région caractérisée par le despotisme, et une nation remplie de gens qui aspirent à la paix et ont tant fait pendant si longtemps à se sacrifier pour elle (y compris retour à plusieurs reprises et offrant de retourner sa terre en échange de la paix).

 

Pourtant, M. Obama, un homme réputé pour son manque de sensations fortes, son équanimité émotionnelle, son désengagement et de la distance des événements, qui du New York Times Maureen Dowd qualifie de «Spock» pour son Vulcan-comme-détachement n'est pas seulement bouleversé mais "furieux" à l'égard d'Israël.

 

Ajouter à cela le fait que le conflit avec le Hamas dans la bande de Gaza-un conflit qui a éclaté et dégénéré par le Hamas, et dans lequel le Hamas a utilisé des Palestiniens innocents comme boucliers humains - a eu un impact très négatif sur la relation de l'Amérique avec Israël. Pour vous montrer à quel point cela est devenu absurde, d'autres pays arabes ont pris parti pour Israël dans son conflit avec le Hamas. Mais pas l'Amérique d'Obama. Il était constamment à mettre la pression sur Israël. Apparemment, si vous êtes une nation qui se défend par vous-même et, ce faisant, vous menez une guerre avec un soin particulier pour empêcher la mort de civils, c'est une raison pour gagner la fureur de M. Obama.

 

Wehner conclut qu'il existe "quelque chose de malsain" dans l'attitude d'Obama envers Israël. Je suis d'accord, et cette fois, on ne peut pas rejeter le blâme sur les Saoudiens, qui veulent aussi voir le Hamas écrasé.

 

De nombreux analystes ont écrit que la politique étrangère américaine semble 'loufoque', avec des amis d'autrefois traités comme des ennemis et vice versa. Envers Israël, il a toujours été négatif, depuis la période juste avant l'investiture d'Obama lorsque les responsables entrants à son service ont pressé Israël de se retirer de la bande de Gaza, sans conclure l'opération Plomb durci, à travers son discours du Caire dans lequel il comparait l'apatridie* palestinienne à l'Holocauste, et notamment ses diverses tentatives pour forcer Israël à se retirer sur les lignes d'armistice de 1949, l'humiliation de Netanyahu à la Maison Blanche, et ainsi de suite. Un catalogue complet qui exigerait encore plus de paragraphes.

 

Obama est prudent et contrôlé dans ses déclarations publiques au sujet d'Israël, mais ses actions suggèrent que sa pensée a plus en commun avec les manifestants anti-israéliens hystériques sur les campus et dans les rues qu'avec aucun autre ancien président américain.

 

* " toute personne qu'aucun Etat ne considère comme son ressortissant par application de sa législation"

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :