Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא

Les groupes pro-israéliens froissés par l'attitude des Etats-Unis de leur soutien au gouvernement d'union

3 Juin 2014 , Rédigé par mordeh'ai

La Volonté des États-Unis à travailler avec le gouvernement palestinien qui inclut le Hamas irrite les groupes pro-israéliens; l'Ambassadeur israélien Dermer dit: Israël profondément déçu par les USA.

 

Yitzhak Benhorin

http://www.ynetnews.com/articles/0,7340,L-4526707,00.html

Adaptation par Mordeh'aÏ pour malaassot.com

 

WASHINGTON - Le Premier ministre Netanyahu utilise l'ambassadeur d'Israël aux États-Unis, les groupes pro-israéliens et des membres du Congrès d'Israël des deux partis pour lutter contre la Maison Blanche et son annonce lundi soir rapide et ferme de reconnaître le nouveau gouvernement palestinien d'union nationale.

Dans une chaîne de tweets l'Amb. Ron Dermer a fustigé le département d'Etat, disant qu'Israël était "profondément déçu" par l'annonce. L'ambassadeur a en outre réitéré la position d'Israël que le Hamas est une organisation terroriste qui " a assassiné des centaines d'Israéliens, tiré 1000 roquettes sur nos villes, et reste attaché à notre destruction."

Le sentiment de Dermer a été repris par des groupes pro-israéliens, qui se sont concentrés  moins sur leur déception des États-Unis, et plus sur ce que l'AIPAC a appelé " un recul inquiétant de la paix."

Le lobby a également exhorté les États-Unis de mettre fin à l'aide financière aux Palestiniens comme le dit la " loi américaine est claire -. Aucuns fonds ne peuvent être fournis à un gouvernement palestinien dans lequel le Hamas participe ou a une influence indue. Nous demandons maintenant au Congrès de procéder à un examen approfondi de la poursuite de l'aide américaine à l'Autorité palestinienne afin de s'assurer que la loi est complètement suivie et mise en œuvre ".

Les États-Unis considèrent le Hamas comme une organisation «terroriste» et le Congrès américain a imposé des restrictions sur le financement de l'Autorité palestinienne, qui est généralement de 500 millions de dollars par an, dans le cas d'un gouvernement d'union.

Cependant, lorsqu'on lui a demandé si elle continuerait à financer le gouvernement d'union nationale, la porte-parole du département d'Etat Jen Psaki a déclaré aux journalistes lors d'une conférence de presse que le gouvernement intérimaire palestinien ne comprend pas de ministres du Hamas, l'aide, pour le moment, continuera.

Psaki a déclaré: " A ce stade, il semble que le président Abbas a formé un gouvernement provisoire de technocrates et ne comprend pas de ministres affiliés au Hamas "

" Sur la base de ce que nous savons maintenant, nous entendons travailler avec ce gouvernement, mais allons le surveiller de près pour s'assurer qu'il respecte les principes que le président Abbas a réitéré aujourd'hui ", dit-elle, se référant à l'engagement de M. Abbas d'honorer les derniers accords de paix passés, une demande clé d'Israël.

Néanmoins, l'AIPAC a claqué Abbas d'avoir choisi le Hamas plutôt qu'Israël, dénonçant les anciens dirigeants de Gaza comme une «organisation terroriste non réformée qui continue de perpétrer des attaques terroristes contre Israël et a toujours repoussé la communauté internationale en refusant d'accepter les principes du Quatuor de la reconnaissance d'Israël, rejetant la violence et l'acceptation des accords israélo-palestiniens précédents ".

La Conférence américaine des présidents, a également publié une déclaration condamnant, déplorant le gouvernement d'unité et exhortant " les Etats-Unis et les autres gouvernements à faire preuve de vigilance dans leur jugement de relations avec le gouvernement nouvellement déclaré. Nous appelons que le président Abbas devrait revenir à des négociations avec Israël et ne pas s'engager dans cette mascarade ".

Le groupe de coordination, qui représente les communautés juives aux Etats-Unis, a également rappelé que " le droit des États-Unis interdit tout financement à un gouvernement palestinien dans lequel le Hamas participe. Par conséquent, nous soutiendrons les appels aux  membres du Congrès des deux partis d'examiner l'aide américaine à l' Autorité palestinienne et de s'assurer que la loi est appliquée de manière appropriée ".

Selon la loi américaine, l'aide des États-Unis ne peut pas bénéficier au Hamas » ou à toute entité effectivement contrôlée par le Hamas, un gouvernement de partage du pouvoir dont le Hamas est membre, ou qui résulte d'un accord avec le Hamas et sur lequel le Hamas exerce une influence indue. "

Mais plusieurs législateurs américains de haut rang ont déclaré que Washington devrait suspendre l'aide annuelle, qui doit avoir une autorisation par le Congrès.

" Le financement pour les Palestiniens est ajourné jusqu'à ce qu'il soit clair que le gouvernement d'unité est attaché à la paix et à la sécurité ", a déclaré la représentante Républicaine Kay Granger du Texas, présidente de la Chambre des représentants des États et du sous-comité des opérations étrangères.

Le représentant de New York Eliot Engel, le supérieur Démocrate du Comité des affaires étrangères de la Chambre, a déclaré l'Autorité palestinienne jetait le doute sur son engagement envers le processus de paix et celà menaçait l'aide future. "Les Etats-Unis n'ont pas l'obligation de donner un centime à l'AP si elle se réconcilie avec un groupe terroriste connu," dit-il.

L'ADL a également exhorté les Etats-Unis "à refuser de reconnaître le nouveau gouvernement tant que le Hamas ne renonce pas au terrorisme contre Israël, reconnaît le droit d'Israël à exister et accepte tous les accords antérieurs" et également a exprimé son soutien à l'idée du Congrès d'imposer une "pause" de l'aide étrangère des États-Unis à l'Autorité palestinienne. Il a appelé le gouvernement d'union "la négation même des efforts inlassables de paix du Secrétaire Kerry."

Le Directeur d'ADL Abe Foxman a déclaré: " Bien que nous ne croyons pas que les États-Unis devraient immédiatement mettre fin à tous les fonds à l'Autorité palestinienne, nous soutenons l'idée d'une pause dans le financement ", citant la même loi interdisant l'aide américaine Hamas.

 

Nathan Diament, directeur de la politique de l'Union des Congrégations juives orthodoxes d'Amérique a fait écho aux revendications, et a déclaré dans une déposition  " qu'Il n'est pas question que le Hamas - en paroles et en actes - qui est engagé à la destruction de l'État d'Israël et à utiliser le terrorisme afin de nuire aux Israéliens innocents. Indépendamment des déclarations polies faites à la presse, le président palestinien Mahmoud Abbas a malheureusement décidé de son sort avec une entité qui est reconnue par le gouvernement des États-Unis comme une organisation terroriste ".

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :