Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Malaassot - le blog de mordehai              -           ! ברוך הבא

Les dirigeants du Fatah dénoncent : Abbas est un dictateur

3 Juin 2014 , Rédigé par mordeh'ai

par Khaled Abu Toameh
http://www.gatestoneinstitute.org/4341/Fatah-Abbas-Dictator

Adaptation de Mordeh'aï pour malaassot.com

 

Les chances du Hamas de sortir vainqueur des prochaines élections ne semblent pas être mauvaises du tout. Huit ans après les dernières élections législatives, le Fatah est susceptible d'être de nouveau vaincu dans les urnes.

 

Le Président de l'autorité palestinienne Mahmoud Abbas a finalement fait la paix avec le Hamas. Mais sera-t-il capable d'éteindre l'incendie qui a éclaté dans sa propre arrière-cour?

 

Plus tôt cette semaine, Abbas a décidé d'expulser cinq fonctionnaires « indisciplinés » du Fatah, plongeant la faction dans la tourmente et déclenchant des appels à la révolte contre le Président de l'autorité palestinienne [AP].

 

Les cinq hommes - Majed Abu gashi, Soufyan Abou Zaida, Rachid Abou Chbak, Nasser Jumaa et Abdel Hamid Masri - ont été expulsé en raison de leurs liens étroits avec l'homme fort du Fatah évincé Mohammed Dahlan.

 

Dahlan a été expulsé du Fatah, trois ans après la brouille avec M. Abbas et ses deux fils, Yasser et Tarek. Depuis lors, Dahlan, un ancien commandant de la sécurité  de la bande de Gaza et un membre élu du Conseil législatif palestinien, a vécu dans les Émirats Arabes Unis.

 

Dans le contexte du différend entre les deux, Abbas a accusé Dahlan d'être responsable du meurtre de six Palestiniens et d'implication dans  « l'empoisonnement » de l'ancien chef de l'OLP Yasser Arafat.

 

La décision d'Abbas d'expulser les cinq représentants du Fatah est survenue à la veille de l'investiture du nouveau gouvernement palestinien d'unité avec le Hamas. Certains Palestiniens croient que la décision vise à envoyer un message d'avertissement aux membres du Fatah contre les opposants au gouvernement de l'unité avec le Hamas.

 

D'autres, cependant, estiment que l'expulsion des cinq hommes est associée aux préparatifs de la tenue de la septième Conférence générale du Fatah, les dirigeants de la faction sont sélectionnés. La Conférence devrait avoir lieu au mois d'août.

 

Mouvement d'Abbas est vu dans le cadre de ses efforts pour « nettoyer » le Fatah de ses fonctionnaires « indisciplinés »  qui posent un défi à son leadership autocratique. De toute évidence, le Président de l'autorité palestinienne âgé de 79 ans n'a aucunement l'intention de prendre sa retraite ou d'ouvrir la voie à l'émergence de nouveaux et jeunes dirigeants.

 

Mais à en juger par les vives réactions des fonctionnaires du Fatah évincés et de leurs partisans, il est clair que le Fatah est confronté à l'une de ses pires crises - ce qui est susceptible d'entraîner une scission dans la faction. Ceci, bien sûr, fait le jeu du Hamas et améliore ses chances de remporter les élections présidentielles et parlementaires, quand et si elles seront tenues dans la Cisjordanie et la bande de Gaza.

 

Suite à l'expulsion des cinq fonctionnaires des militants du Fatah sont descendus dans la rue dans certaines parties de la bande de Gaza, ils ont vilipendié Abbas comme un « dictateur ».

 

En réponse à l'action d'Abbas, Dahlan a dit au Président de l'AP qu'il peut « aller en enfer, » ajoutant: « que le Fatah ne deviendra jamais le fief privé d'Abbas et de ses fils, Yasser et Tarek ». Dahlan a continué à accuser Abbas et ses fils de diriger le Fatah vers une « abérration  nationale et morale ».

 

Se référant aux fonctionnaires évincés, Dahlan a déclaré: « ces dirigeants ne venaient pas au Fatah d'hôtels cinq étoiles; au contraire, ils viennent de l'école de la lutte et des prisons israéliennes. Ce sont des hommes qui mettent leur vie en jeu, alors qu'Abbas et sa famille profitaient de l'argent du Fatah et du peuple en Tunisie, au Liban et en Syrie. Nous ne permettrons pas à Mahmoud Abbas, Tarek et Yasser de voler au Fatah notre part. »

 

Sami Mashharawi, un responsable du Fatah, étroitement associé à Dahlan, a également fustigé Abbas. « Mahmoud Abbas a décidé, en sa qualité de Président-directeur général,  ceux qu'il croit travailler pour sa famille royale. La décision triviale d'Abbas montre que l'homme est plein de haine. »

 

Mashharawi a également dénoncé Abbas pour avoir apporté la « honte » sur le Fatah et sur tous les Palestiniens.

 

Commentant son expulsion du Fatah, Abu Zaida a dénoncé la décision comme illégale. « Ma relation avec le Fatah, ses membres et ses cadres ne peut être annulée par une décision illégale, » dit-il. « Apparemment, c'est le sort de quelqu'un qui ose exprimer son opinion ou croit que nous vivons dans une société démocratique qui respecte la liberté d'expression. »

 

Les attaques verbales sans précédent sur Abbas reflètent l'aggravation de la crise au Fatah. Les cinq hauts responsables du Fatah qui ont été expulsé par Abbas et  jouissent d'un large soutien parmi les Palestiniens, en particulier dans la bande de Gaza. Et il est évident que Dahlan et ses loyalistes n'entendent pas cette fois de laisser échapper impunément Abbas pour sa décision controversée.

 

Le regain de tensions au Fatah est arrivé lorsque Abbas a annoncé qu'il a chargé le nouveau gouvernement d'unité nationale de préparer des élections présidentielles et parlementaires attendues depuis fort longtemps. Il a dit qu'il avait l'espoir que les élections auront lieu dans les six mois et qu'il veut que le Hamas participe au vote, comme c'était le cas en janvier 2006.
 
Ala suite des affrontements au sein du Fatah, les chances du Hamas de gagner les élections ne semblent pas être mauvaises du tout. En 2006, le Fatah avait perdu les élections parlementaires en raison de querelles internes, de corruption financière et administrative. Huit ans plus tard le Fatah semble souffrir des mêmes problèmes et probablement sera encore battu dans les urnes.
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :